Aide au Luxembourg

21 septembre 2015 13:18; Act: 21.09.2015 14:20 Print

La Shoura se mobilise pour aider les réfugiés

LUXEMBOURG - La communauté musulmane du Grand-Duché s’organise pour apporter secours aux réfugiés syriens accueillis au Luxembourg.

Voir le diaporama en grand »

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Alors qu’il y a encore quelques semaines, le Grand-Duché accueillait 300 réfugiés par mois, le rythme s’est subitement accéléré avec près de 30 nouveaux réfugiés par jour. La capitale a ainsi accueilli plus de 650 migrants ces dernières semaines, notamment aux foyers Don Bosco et Lily Unden. Une centaine de personnes devraient prochainement trouver refuge dans l’ancienne maternité située route d’Arlon.

Face à cet afflux, la communauté musulmane du Luxembourg (NDLR: entre 18 000 et 20 000 personnes) se mobilise. «Nous n’avons pas attendu la récente crise migratoire pour le faire», explique Jean-Luc Karleskind, vice-président de la Shoura, interrogé par L’essentiel. «Depuis plusieurs années, les musulmans du Grand-Duché réalisent des collectes chaque vendredi dans les salles de prière. Ils ont également participé à deux journées consacrées à la Syrie, avec l’association communauté syrienne au Luxembourg, pour mieux comprendre la tragédie de la guerre civile dans ce pays».

Alors que durant le ramadan, des repas chauds ont été servis au foyer Don Bosco, le centre culturel islamique de Luxembourg (Ccil) et l’association islamique «le juste milieu» (Ljm) organiseront samedi ou dimanche une fête d’Aid avec les réfugiés. Des visites sont aussi programmées dans les centres d’hébergement au Luxembourg. La Shoura prévoit également de mettre à la disposition des réfugiés des interprètes franco-arabes.

Plusieurs milliers d'euros collectés

De leur côté, les femmes musulmanes du Grand-Duché se rapprocheront des Syriennes avec des enfants en bas-âge. Des habits sont actuellement collectés afin de leur être distribués. Plusieurs familles se sont enfin portées volontaires pour accueillir des réfugiés chez elles.

L’entraide se mesure également sur le terrain financier. La Ljm et l’association islamique et cultuelle du sud (Aics), entre autres, ont collecté plusieurs milliers d’euros au mois de septembre. Les fonds partiront soit en Syrie soit dans les camps de réfugiés en Turquie. «Les migrants qui arrivent en Europe avaient les moyens de payer les passeurs et disposaient d’un réseau qui leur a permis de franchir le pas. Nous n’oublions pas les populations locales, encore plus démunies», précise le vice-président de la Shoura.

(Pascal Piatkowski/L'essentiel)