Au Luxembourg

10 juillet 2019 07:00; Act: 10.07.2019 09:03 Print

Une faillite prive le pont rouge de peintres

BETTEMBOURG - La filiale luxembourgeoise de la société Nicoletta a été mise en faillite le 3 juillet. Elle avait pourtant un chantier colossal avec le pont rouge.

storybild

La filiale luxembourgeoise du groupe Nicoletta avait commencé les travaux de peinture sur le pont rouge à Luxembourg-Ville. (photo: Editpress/Isabella Finzi)

Sur ce sujet
Une faute?

Alors que les travaux de peinture du pont rouge (ou pont Grande-Duchesse Charlotte) sont encore loin d'être terminés, la société chargée du chantier a remballé l'ensemble de son matériel le 2 juillet, à la veille de la déclaration de sa mise en faillite. Nicoletta Lux, basée à Bettembourg, puisque c'est d'elle dont il s'agit, avait en effet été choisie comme sous-traitant pour refaire toute la peinture de l'immense pont suspendu à 74 mètres au-dessus de la vallée où coule l'Alzette.

Sur le site Internet du groupe Nicoletta, on peut même encore y lire un article consacré au pont Grande-Duchesse Charlotte. Contacté par L'essentiel, le responsable de site de Nicoletta Lux, Thibault Humbert, s'est contenté d'une réaction laconique: «Nous ne voulons pas nous étendre sur le sujet. Mais il n'y a pas de soucis à se faire pour les salariés», nous a-t-il assuré. Combien de salariés sont-ils concernés par cette faillite? Impossible à savoir.

Du côté du ministère des Travaux publics, on s’attend désormais à ce que Tralux Construction et Eiffel Deutschland qui avaient remporté la soumission publique trouvent un remplaçant au plus vite. Alors que les congés d'été semblaient un moment propice à la réalisation de ces travaux, ils devraient prendre un peu plus de retard. Retard déjà estimé à un an.

(Patrick Théry/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • jacasse le 10.07.2019 07:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les soumissions d’offres sont généralement très basses et ensuite les entreprises générales se rattrapent sur les sous-traitants sans toujours regarder pérennité et qualité de ceux-ci. Assez courant et pas seulement au GDL.

  • flores le 10.07.2019 07:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le problème c’est que les administrations et les états ici au Luxembourg ou ailleurs autres pays comme en Belgique aussi,ils prennent des entreprises et attendent des mois avant de régler les montants,minimum 3mois et en attendant il faut payer les salaires et matériel rentrant.et cela mes des entreprises en faillite,c’est mieux dès fois de travailler sur de plus petit chantier et d’être payer .voilas mon avis personnel

  • Pierchen le 10.07.2019 08:25 Report dénoncer ce commentaire

    Retard d'un an pour un travail qui se faisait jadis en plusieurs mois. On veut rendre cettte ville attractive avec des gros chantiers dans la ville et à toutes les entrées de la ville (place d'argent, Bd. Royal, Gare, Irrgärtchen, Rollingergrund, Bertrange, ...) Il faut s'armer de beaucoup de patience pour venir se ballader à Luxembourg City..

Les derniers commentaires

  • paul le 10.07.2019 13:22 Report dénoncer ce commentaire

    Flores a raison. il y a le monde des grandes entreprises et les PME qui subissent les délais de paiement en autre. Ajouter à cela , le comportement impitoyable de certaines personnes de l'administration . c'est la faillite assurée si aucn accord de découvert autorisé est accordé. Ca devient trop compliqué.

  • Ho Mam le 10.07.2019 13:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oi n'étant pas plus ignare qu'un peintre, j'offre mon service pour peindre le pont, je réclame bien entendu un paiement de 50 % avant travaux. 2 millions ça ira ?

  • Laisser l'argent où il est produit! le 10.07.2019 13:15 Report dénoncer ce commentaire

    C'est une chose de prélever les entreprises pour le financement des services d'Etat mais cette pratique limite la capitalisation qui permettrait de ne pas mettre des gens au chômage. En bref, moins d'impôt = moins de faillite et donc moins de chômage.

  • AmoureuxGdl le 10.07.2019 12:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tiens tiens.. encore une faillite? Comment se fait il que personne ne se pose les bonnes questions au sujet des très nombreuses faillites de sociétés à Luxembourg ? pour la ville, c'est le domaine de l'horesca qui est le plus touché avec une ville totalement inattractive voir repoussante pour les gens qui voudraient y venir à cause des travaux, bruits, absence de parkings, prix exhorbitants des taxis...

    • albert le 10.07.2019 15:01 Report dénoncer ce commentaire

      Le Luxembourg n'est qu'attractif que pour sa spéculation ! Si, j'oubliais sa tranquillité et ses avantages fiscaux.

  • ex UGO-NICOLETTA le 10.07.2019 12:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour le Groupe Nicoletta (FRANCE) ce n'est qu'une faillite de plus au luxembourg, avec bien sûr les dettes qui vont de pairs... Pour mémoire, il y avait déjà eu la faillite de la société UGO-NICOLETTA avec les marques ZORN et ALEX MULLER en 2008, société qui bien sur appartenait au groupe NICOLETTA (France). Chers dirigeants de notre beau pays, comment peut-on laisser les choses se reproduire encore et encore!!

    • Nomi le 10.07.2019 12:48 Report dénoncer ce commentaire

      Les fonctionnaires qui savaient sont en retraite ! Les nouveau jeunes n'écoutent pas et ne lisent pas les rapports des anciens. Il faudrait une banque de données secrète pour les situations financières des entreprises contractantes ! On sait comment faire, demandez la police et la justice ! Pour celà on refait les mêmes fautes que d'antan !