Santé au Luxembourg

14 septembre 2018 09:00; Act: 14.09.2018 09:20 Print

La tarification des analyses fait débat

LEUDELANGE – Un laboratoire privé dénonce la «pression tarifaire» imposée par les autorités pour ses prestations, ce que dément partiellement le ministère.

storybild

Bionext Lab déplore une marge de manœuvre réduite, mais a effectué des investissements pour augmenter son nombre de patients. (photo: Editpress/Isabella Finzi)

Sur ce sujet

Un laboratoire quasiment neuf, inauguré en juin 2017, des investissements dans des nouvelles applications et des nouveaux outils, plus de 150 employés… La situation économique semble saine pour le laboratoire privé d’analyse médiale Bionext Lab, mais son directeur Jean-Luc Dourson dénonce une «pression tarifaire» de la part des autorités, qui «vire à l’acharnement thérapeutique comme on dit dans la profession».

En cause, la «baisse régulière» depuis 2002 des tarifs des prestations, imposés par les autorités, ainsi que le récent déremboursement de certaines analyses. «Une nouvelle nomenclature complexe nous a été imposée en début d’année, avec de nouvelles règles de prescription, reprend Jean-Luc Dourson. Il y en a désormais 400, que les médecins sont censés retenir».

Mise à jour

Contacté par L’essentiel, le ministère de la Sécurité sociale évoque effectivement une baisse des tarifs en 2015, de 16%. «Elle a été rendue nécessaire à cause de la croissance du volume des analyses réalisées et donc des coûts pris en charge par l’assurance maladie-maternité». Mais ces derniers ont «connu une augmentation constante de l’ordre de 3% par an» depuis 2011, hormis en 2015, atteignant 73,8 millions d’euros en 2017.

De son côté, la CNS a justifié la nouvelle nomenclature par la mise à jour par rapport au «développement médicotechnique dans ce domaine». Les nouvelles règles actualisent les libellés, établissent de nouvelles règles de bonne pratique et sont censées mieux réguler les cumuls de prestations. «On ne peut donc pas parler d’une baisse de la tarification proprement dite», reprend la porte-parole du ministère, Ilona Biwer.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bobo le 14.09.2018 11:33 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai du mal à comprendre cet article, "ce nouveau laboratoire" qui n'a rien de nouveau, explique qu'il fait un excellent CA sur une 1ère année (11 millions d'euros), qu'il dépense sans compter (1 million d'euros) pour un simple outil informatique ; et ensuite il se plaint de la nomenclature ...

  • Help CNS le 14.09.2018 10:46 Report dénoncer ce commentaire

    Il me semble que vous tapez souvent sur le dos de la CNS. :/ Vous ne pouvez pas venir vous lamenter sur les services et moyens de remboursements de la CNS. Dans d'autres pays les caisses compétentes ne remboursent même pas le quart du dixième. Alors il faut un peu relativiser. Après qu'elle ne rembourse pas ou peu certains traitements, ça c'est un autre débat. Elle pourrait par exemple dérembourser les cures thérmales, qui à mes yeux ne sont pas justifiés, puisque beaucoup de personnes s'y rendent juste pour passer des vacances de trois semaines.

  • Seb le 14.09.2018 13:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Arrêter avec les cures thermales... ça mériterait vraiment une pétition. On gratte sur le remboursement pour les vrais soins (la CNS a quand même refusé de me rembourser une anesthésie local faite par mon dentiste sous prétexte que l'anesthésie était un choix que j'avais fait "pour mon confort"...), mais on rembourse les vacances à Mondorf, il y a quand même un souci...

Les derniers commentaires

  • Luxo le 14.09.2018 18:13 Report dénoncer ce commentaire

    Il serai préférable de mieux rembourser les cures thermales et les fruits et légumes bio plutôt que certaines analyses, car les premiers améliorent votre santé et votre bien être alors que certaines analyses ne servent qu'a justifier la prescrition de médicament innutiles ou pire néfastes pour la santé. Les cures aides à changer vos habitudes , les examens médicaux vous encourage à compenser vos mauvaises habitudes (alimentaires) par des molécules chimiques pour le plus grand plaisir des labos et de l'industrie de la maladie.

  • djinn le 14.09.2018 14:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Homme d’affaires ? Ah oui, dites nous en plus afin que nous puissions juger objectivement.

  • Seb le 14.09.2018 13:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Arrêter avec les cures thermales... ça mériterait vraiment une pétition. On gratte sur le remboursement pour les vrais soins (la CNS a quand même refusé de me rembourser une anesthésie local faite par mon dentiste sous prétexte que l'anesthésie était un choix que j'avais fait "pour mon confort"...), mais on rembourse les vacances à Mondorf, il y a quand même un souci...

  • BioneXt LAB le 14.09.2018 12:06 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a lieu de ne pas confondre investissements et endettement d’un entrepreneur qui tente d’améliorer les services proposés aux patients et de développer son entreprise représentant plus de 150 emplois avec la santé économique du secteur de la biologie médicale qui est sous perpétuelle pression. C’est un fait. L’acharnement relevé dans le communiqué ne serait-il pas justement dirigé contre le secteur des laboratoires d’analyses médicales extra-hospitalier ? Les mesures d’économies appliquées aux laboratoires d’analyses médicales depuis près de 15 ans ont généré plus de 60% de baisse de leurs

  • Luxo le 14.09.2018 11:59 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a au GDL un énorme abus de prescrition d'analyses médicales. La CNS, n'a pas à rembourser tout et n'importe quoi sans contrôler les prix. Certaines analyses ne devraient même pas être remboursées (pour le choléstérol par ex. car innutile) et celles pour les fumeurs et les personnes en surpoids. par contre chaque résident devrait faire des analyses complètes et préventives prisent en charge à 100 % tous les 5 ans par ex. Pas besoin d'analyses pour savoir qu'il faut manger moins de viandes et de sucre et se bouger plus sans respirer la fumée des autres.

    • @Luxo: ?!? le 14.09.2018 13:32 Report dénoncer ce commentaire

      L'analyse du choléstérol est inutile .. ah bon ?! Pour votre info: le choléstérol est une des causes majeures de maladies cardiovasculaire. 2ème cause de décès après les cancers. Juste pour votre info.

    • @@luxo le 14.09.2018 14:20 Report dénoncer ce commentaire

      Totalement faux! Renseignez vous! sur les mensonges concernant vos infos et les statines. Le cholestérol n'est pas responsable des maladies cardiovasculaires. Au contraire c'est un facteur protecteur. Mesurez plutôt votre tour de taille et l'épaisseur de la couche de graisse sur votre ventre. Bien ce ne sont pas les labos qui vont vous le dire...