Santé au Luxembourg

08 octobre 2020 09:00; Act: 07.10.2020 20:37 Print

«Laissons les sages-​​femmes faire leur travail»

LUXEMBOURG - Les sages-femmes qui travaillent au Grand-Duché voudraient pouvoir exercer pleinement leur profession auprès des futures mamans.

storybild

Les sages-femmes sont habilitées à suivre des grossesses non pathologiques.

Sur ce sujet
Une faute?

«Il n'y a pas de pénurie au sens strict du terme», concède Yolande Klein, vie-présidente de l'Association luxembourgeoise des sages-femmes, en commentant la réponse parlementaire de la ministre de la Santé, Paulette Lenert, sur le sujet. Aucun poste libre n'est en effet laissé vacant. «Mais je parlerais de pénurie d'offres pour les femmes qui vont ou ont accouché» ajoute-t-elle en regrettant qu'«aujourd'hui tout passe par la maternité et les gynécologues», privant ainsi les sages-femmes d'une partie importante de leurs attributions.

«Laissons les sages-femmes faire leur travail, suivre des grossesses normales de A à Z, elles sont compétentes pour le faire». Un premier pas a été fait avec le règlement grand-ducal du 22 novembre 2019 «déterminant le statut, les attributions et les règles de l’exercice de la profession». Mais la philosophie autour des femmes enceintes peine à changer, les institutions aussi puisque les futures mamans doivent encore passer par un gynécologue pour obtenir les précieux tampons synonymes d'allocations prénatales et de naissance. Une absurdité pour Yolande Klein «car si l'offre était plus diversifiée, il y aurait aussi plus de places de stages pour les étudiants». Et donc plus de sages-femmes luxembourgeoises.

Seul un tiers des étudiants vont au bout

Car 56% des sages-femmes sont aujourd'hui belges ou françaises a rappelé la ministre de la Santé. Et les Luxembourgeois vont avoir du mal à se faire une place dans la profession si la formation ne change pas, prévient Yolande Klein. Au Grand-Duché, la formation de sage-femme consiste en un Brevet de technicien supérieur (BTS) sur trois ans quand dans les pays étrangers, il s'agit d'un bachelor ou un master sur quatre voire cinq ans, plus prestigieux et plus valorisé sur le marché du travail.

C'est ainsi la double peine pour les étudiants au Luxembourg qui «doivent apprendre le métier en seulement trois ans et qui ne peuvent, en plus, espérer avoir la possibilité de continuer leur parcours universitaire». Résultat, seuls un tiers de 18 étudiants vont au bout de leur formation.

(mc/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • IDE le 08.10.2020 10:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui en France la sage femme a un niveau « médical » contrairement au Luxembourg .... Idem pour les infirmières qui en France , ont un niveau Bac + 3 alors qu’au Luxembourg c’est un simple bac technique .... Une réorganisation complète des études paramédicales serait nécessaire et une mise à niveau par rapport aux autres pays européens ..... Souhaitons que cela se fasse rapidement

  • mon avis le 08.10.2020 13:24 Report dénoncer ce commentaire

    Heuhhhh non ! En France, par exemple, les personnes qui exercent ce métier doivent avoir validé une 1re année de médecine. Et les études sont plus poussées. Ici pas du tout donc non

  • Le travail le 08.10.2020 12:59 Report dénoncer ce commentaire

    Pas que pour la sage femme. C est de toute facon inevitable pour faire sortir le bébé

Les derniers commentaires

  • mon avis le 08.10.2020 13:24 Report dénoncer ce commentaire

    Heuhhhh non ! En France, par exemple, les personnes qui exercent ce métier doivent avoir validé une 1re année de médecine. Et les études sont plus poussées. Ici pas du tout donc non

  • Le travail le 08.10.2020 12:59 Report dénoncer ce commentaire

    Pas que pour la sage femme. C est de toute facon inevitable pour faire sortir le bébé

  • support le 08.10.2020 11:19 Report dénoncer ce commentaire

    c'est des vraies miracles, il faut les laisser faire leur travaille.. au niveau psychologique elles (ou ils) font mieux que les gynécologues

  • petite plume le 08.10.2020 10:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Wep ! Elles sont super ! Il faut les reconnaître ! (Et moi je n’ai pas eu le droit à ma Prime de naissance car j’ai été suivie par un SF ...)

  • IDE le 08.10.2020 10:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui en France la sage femme a un niveau « médical » contrairement au Luxembourg .... Idem pour les infirmières qui en France , ont un niveau Bac + 3 alors qu’au Luxembourg c’est un simple bac technique .... Une réorganisation complète des études paramédicales serait nécessaire et une mise à niveau par rapport aux autres pays européens ..... Souhaitons que cela se fasse rapidement

    • Unicorn le 08.10.2020 13:23 Report dénoncer ce commentaire

      en même temps, les bac + de certaines sections en France cela ne valent guère plus que du secondaire technique au Luxembourg