Procès en France

28 août 2017 14:59; Act: 28.08.2017 16:56 Print

Landsbanki Luxembourg a gagné son procès

LUXEMBOURG/PARIS - La justice a prononcé ce lundi une relaxe générale en faveur de Landsbanki Luxembourg et de ses dirigeants.

storybild

Selon le tribunal correctionnel de Paris, la centaine de plaignants, dont le chanteur Enrico Macias, n'ont pas été victimes de manœuvres frauduleuses.

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Accusés d'avoir escroqué des centaines d'épargnants français, dont le chanteur Enrico Macias, les dirigeants de Landsbanki Luxembourg, filiale d'une banque islandaise, ont bénéficié d'une relaxe générale lundi. «Il ne résulte pas du dossier que les emprunteurs ont été victimes de manœuvres frauduleuses» en hypothéquant leurs biens auprès de Landsbanki Luxembourg, selon le tribunal correctionnel de Paris.

Le parquet avait requis le 23 mai, après un mois de procès, des peines de prison avec sursis et des amendes à l'encontre de neuf anciens dirigeants, cadres ou conseillers en gestion de patrimoine, liés à cette filiale au Luxembourg d'une grande banque islandaise, balayée en 2008 par la crise financière.

La procureur, critiquant «l'opacité totale» opposée à la justice par l'établissement, a demandé en particulier trois ans de prison avec sursis et 300 000 euros d'amende pour l'ancien patron de la maison mère islandaise Landsbanki, et ancien propriétaire du club de foot anglais de West Ham, Bjorgolfur Gudmundsson.

En 2008, sur fond de crise et de nationalisation des grandes banques islandaises, la Landsbanki Luxembourg fait faillite et entreprend de recouvrer les créances, quitte à vendre ou menacer de vendre les biens hypothéqués. L'affaire éclate avec la plainte d'Enrico Macias, qui a gagé sa villa de Saint-Tropez auprès de la Landsbanki Luxembourg, dont la liquidatrice lui réclame désormais 35 millions d'euros.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Opinion le 28.08.2017 16:48 Report dénoncer ce commentaire

    Enfin, du bon sens. Quand on achète des produits financiers, il faut suivre une règle très simple "je ne comprends pas ergo je n'achète pas". Les gens qui se sont fait bernés se sont tous fait avoir par leur cupidité. Si votre livret A rapporte 1.25 % et on vous propose un produit "qui peut rapporter jusqu'à 12%" les deuxième est forcément risqué.

  • Hofcat le 28.08.2017 16:43 Report dénoncer ce commentaire

    Emprunter (bas) pour placer (cher) : il y a un loup! Au moins une prise de risque. Exemple emprunter à 2% et espérer (!) un rendement supérieur sur actions ou autres. De plus il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier. Si les placements sont en titres (actions corp, oblig état, etc) OK. Mais si ce sont des contrats avec une seule banque : concentration des risques. Responsabiliés partagées : la banque ne devrait pas pousser ça et les clients ne devraient pas chercher ce genre de montages.

  • Orangeverte le 29.08.2017 07:16 Report dénoncer ce commentaire

    L important dans cette affaire est qu une juridiction pénale française ait démontre et fortement motive que le travail effectué par une banque luxembourgeoise a été fait selon des critère adéquats et que les investisseurs avaient tous été informés des risques qu ils Encourraient. C est mieux pour la compréhension de chacun que ce jugement soit rendu par une juridiction française qui ne fait que confirmer ce que disent les différents organes luxembourgeois depuis des années.

Les derniers commentaires

  • Orangeverte le 29.08.2017 07:16 Report dénoncer ce commentaire

    L important dans cette affaire est qu une juridiction pénale française ait démontre et fortement motive que le travail effectué par une banque luxembourgeoise a été fait selon des critère adéquats et que les investisseurs avaient tous été informés des risques qu ils Encourraient. C est mieux pour la compréhension de chacun que ce jugement soit rendu par une juridiction française qui ne fait que confirmer ce que disent les différents organes luxembourgeois depuis des années.

  • jmj le 29.08.2017 03:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est toujours les clients qui perdre avec les bons conseil des banques sa (prête )à réfection la preuve est qu ils son toujours la Qui a dit ( difficile d'être encore crédible vis-à-vis des européen

  • bmess le 28.08.2017 23:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Non pourquoi ? ?

  • Opinion le 28.08.2017 16:48 Report dénoncer ce commentaire

    Enfin, du bon sens. Quand on achète des produits financiers, il faut suivre une règle très simple "je ne comprends pas ergo je n'achète pas". Les gens qui se sont fait bernés se sont tous fait avoir par leur cupidité. Si votre livret A rapporte 1.25 % et on vous propose un produit "qui peut rapporter jusqu'à 12%" les deuxième est forcément risqué.

  • Hofcat le 28.08.2017 16:43 Report dénoncer ce commentaire

    Emprunter (bas) pour placer (cher) : il y a un loup! Au moins une prise de risque. Exemple emprunter à 2% et espérer (!) un rendement supérieur sur actions ou autres. De plus il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier. Si les placements sont en titres (actions corp, oblig état, etc) OK. Mais si ce sont des contrats avec une seule banque : concentration des risques. Responsabiliés partagées : la banque ne devrait pas pousser ça et les clients ne devraient pas chercher ce genre de montages.