La bise au bureau?

28 septembre 2021 11:00; Act: 28.09.2021 12:20 Print

«Le check, c'est déjà rentré dans les habitudes»

OBERPALLEN - Deux ou trois bises à vos collègues en arrivant au travail? Ce genre de questions risque de ne plus se poser depuis l'arrivée du Covid-19 dans nos vies.

storybild

Le "check" pourrait certainement remplacer la bise dans le monde professionnel.

Sur ce sujet
Une faute?

«Dans un boulot hyper créatif, c'est important d'être en présentiel pour pouvoir échanger», nous indique Quentin Wauthier, directeur opérationnel chez Noosphère, agence de communication 360 basée à Oberpallen. «Les bises pour se dire bonjour entre collègues ou avec des clients, c'est devenu très très rare. On fait désormais beaucoup de "checks" avec des masques. On propose de les enlever s'ils le veulent. 95% des gens que l'on croise l'enlèvent, tout en respectant les distances de sécurité. Le "check", ça fait rire les gens, mais c'est déjà rentré dans les habitudes».

Employé à Capellen, Sam nous indique quant à lui qu'il n'est pas encore retourné au bureau: «Tant que les accords fiscaux sont valables au niveau du télétravail, notre employeur ne nous oblige pas à revenir», souligne-t-il. «Je n'ai donc plus de contact physique avec mes collègues. Le contact est devenu "visuel" derrière une webcam. Globalement, on a moins de contact. Les employés de mon entreprise avec qui je ne travaille pas, je ne les vois plus du tout. Dans ces conditions, les repas avec les collègues, c'est fini, car on n'habite pas forcément dans le même coin. Je m'adapte, ça ne me manque pas forcément. J'appréhende un peu le retour au bureau, plus au niveau de la qualité de vie. J'ai l'impression que les bises entre collègues pourraient revenir, s'il n'y a pas de 2e virus...».

«Un restaurant entre collègues, ça fait énormément de bien»

«Les poignées de main "fortes", c'est terminé, de même que les deux ou trois bises», poursuit Quentin Wauthier, «et ça arrange peut-être certaines personnes. Avant par obligation, certaines le faisaient, maintenant, ça reste toujours bon enfant et ce sont des nouvelles choses qui sont déjà devenues "normales". Tout le monde s'est très vite habitué, alors qu'il y a deux ans, si on nous avait dit ça... On n'imaginait pas non plus travailler de la maison avec ses enfants à côté. Personne n'aurait dit ça, non plus, il y a deux ans et finalement l'être humain s'adapte. Si chacun respecte les autres, finalement, ça fonctionne».

«Malgré la gratuité au Luxembourg, il y a un truc que je n'ai pas encore repris, ce sont les transports en commun», nous concède Quentin Wauthier. «Je fais tout, sauf ça. Il y a des trucs comme ça, où je ne suis pas encore 100% à l'aise. Je suis vacciné deux doses, je mets mon masque quand il faut, mais après, je n'ai jamais été très fan des transports en commun. Le Covid ne m'a pas aidé dans ce sens-là». Quant au petit restaurant entre collègues, le directeur opérationnel de chez Noosphère nous confirme que «c'est revenu et ça fait énormément de bien». «Boire un verre, fêter un anniversaire en entreprise, ce sont des choses que l'on refait, tout en gardant nos distances».

(Frédéric Lambert / L'essentiel )

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Gloubichou le 28.09.2021 15:11 Report dénoncer ce commentaire

    Moins je touche les gens, mieux je vais. Ca valait deja avant le covid. Maintenant j'ai une excuse...

  • Effet inverse le 28.09.2021 18:30 Report dénoncer ce commentaire

    En Asie, on s'incline légèrement pour saluer et ça fonctionne depuis la nuit des temps. Ce "check" coude contre coude auquel nombreux sont ceux qui se sentent obligés d'adhérer actuellement dans nos contrées est inutile autant que ridicule. Bras contre bras ressemble au blocage d'une agression. Visuellement très négatif. Poing contre poing, ce n'est pas mieux, voire pire..... Prononcer un bonjour, ajouter un sourire et c'est suffisant!

  • Hubert le 28.09.2021 19:31 Report dénoncer ce commentaire

    Ce "check" est d'un ridicule...

Les derniers commentaires

  • Hubert le 28.09.2021 19:31 Report dénoncer ce commentaire

    Ce "check" est d'un ridicule...

  • veritis le 28.09.2021 19:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la bise une bonne poignée de mains. comme avant le covid.

  • Effet inverse le 28.09.2021 18:30 Report dénoncer ce commentaire

    En Asie, on s'incline légèrement pour saluer et ça fonctionne depuis la nuit des temps. Ce "check" coude contre coude auquel nombreux sont ceux qui se sentent obligés d'adhérer actuellement dans nos contrées est inutile autant que ridicule. Bras contre bras ressemble au blocage d'une agression. Visuellement très négatif. Poing contre poing, ce n'est pas mieux, voire pire..... Prononcer un bonjour, ajouter un sourire et c'est suffisant!

    • Robert le 28.09.2021 20:36 Report dénoncer ce commentaire

      Très juste. Cette mode veut nous faire oublier jusqu'à la symbolique initiale et agressive de ces gestes en les rendant soi-disant amicaux. Ce qu'il faut pour être dans l'air du temps, comme d'habitude hélas, c'est "faire comme tout le monde". Et bien, non! Si quelqu'un me tend son coude ou son poing, je ne réponds pas à ces gestes. Bonjour et rien de plus. C'est sûr que le refus met mal à l'aise le vis-à-vis, mais ce refus est une marque de courtoisie et de respect envers les autres à qui je ne veux aucun mal, ce qui, bien sûr, n'est pas compris.

  • Gloubichou le 28.09.2021 15:11 Report dénoncer ce commentaire

    Moins je touche les gens, mieux je vais. Ca valait deja avant le covid. Maintenant j'ai une excuse...

  • Full-Ice le 28.09.2021 14:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au final on se calque de plus en plus sur les Américains, à quand l’accolade !! Je trouve que le salut de loin est très froid comme sensation, au moins avec un contact, même minime, on sait que l’interlocuteur n’est pas en froid avec nous. Moi si je salue quelqu’un de loin, cela veut dire que je n’ai pas envie ni de le côtoyer, ni de converser avec lui.