Projet de loi 6670

04 juin 2014 10:00; Act: 04.06.2014 10:51 Print

Le Conseil d’État demande des modifications

LUXEMBOURG - Les organisations étudiantes ont eu plus d’une heure, mardi, pour exposer leurs griefs aux députés à propos des bourses.

storybild

Le 25 avril dernier, environ 20 000 étudiants et lycéens étaient descendus dans la rue pour protester contre la réforme. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Reçus à la Chambre des députés pour faire entendre leur point de vue sur la réforme des bourses, les étudiants sont ressortis avec le sentiment d’avoir été entendus mais pas écoutés. «Les partis politiques n’ont pas d’opinion sur la question des bourses. C’était un échange de vues. Mais on ne s’attendait pas vraiment à autre chose», estime Pol Reuter, membre du comité de grève contre le projet 6670.

Dans le même temps, le Conseil d’État a rendu son avis sur le texte de loi. On y trouve au moins trois oppositions formelles. Mais surtout, le Conseil d’État conseille au gouvernement de revoir le montant de la bourse de base à hauteur des allocations familiales versées avant leur suppression en 2010. Concernant la bourse de mobilité, la haute corporation pointe du doigt le risque de discrimination pour les étudiants, enfants de frontaliers.

Un coût ramené à 125 millions d'euros, contre 177 actuellement

Plutôt que de tenir compte du lieu d’études à l’étranger, le Conseil d’État préconise de fixer une distance d’éloignement entre le lieu de résidence et le lieu d’études. Enfin, la bourse familiale versée aux étudiants dont au moins un frère ou une sœur étudie aussi, le Conseil d’État demande de préciser quel doit être le lien: des deux parents? D’un même parent? Ou vivant sous le même toit?

La réforme des bourses pourrait profiter à 25 000 étudiants chaque année dont 16 000 résidents. Le coût estimé reviendrait à 125 millions d’euros par an, contre 177 millions à l’heure actuelle.

(Patrick Théry)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Ventiti le 04.06.2014 11:53 Report dénoncer ce commentaire

    Comme espéré! Le gouvernement fait preuve d'amateurisme surtout en ce qui concerne la tranche dépendante de la distance de l'établissement supérieur. Quel type de juristes travaillent pour l'état? Ils méconnaissent les principes de bases du droit (de l'EU).

  • Den Nico le 04.06.2014 11:34 Report dénoncer ce commentaire

    Plus de bourse du tout, ça fera des économies dans le budget du gouvernement et allez vous trouver un petit boulot à côté de la fac comme le font les jeunes en Allemagne ou aux Etats-Unis

Les derniers commentaires

  • Ventiti le 04.06.2014 11:53 Report dénoncer ce commentaire

    Comme espéré! Le gouvernement fait preuve d'amateurisme surtout en ce qui concerne la tranche dépendante de la distance de l'établissement supérieur. Quel type de juristes travaillent pour l'état? Ils méconnaissent les principes de bases du droit (de l'EU).

  • Den Nico le 04.06.2014 11:34 Report dénoncer ce commentaire

    Plus de bourse du tout, ça fera des économies dans le budget du gouvernement et allez vous trouver un petit boulot à côté de la fac comme le font les jeunes en Allemagne ou aux Etats-Unis

    • Sigefroid le 04.06.2014 21:00 Report dénoncer ce commentaire

      Et pour vous, plus de sécu sociale! Faites des économies et évitez de tomber malade! Si vous voulez un modèle social comme les Amerloques ou les miséreux de chez Merckel, libre à vous d'y aller vous réfugier. Il est utile de réserver des bourses d'études mais aux plus méritants et si nous avions, comme les Suisses, des écoles de haut niveau, nous pourrions même exiger que les bourses pour frontaliers ne soient réservées qu'aux frontaliers étudiant chez nous! Mais vu notre niveau scolaire, ce n'est pas pour demain ni après!