Education

09 juillet 2020 09:00; Act: 08.07.2020 19:58 Print

Le coronavirus perturbe les études à l'étranger

ESCH-BELVAL - Les étudiants de l'Uni font un semestre à l'étranger, mais la pandémie de Covid-19 a compliqué un peu les choses.

storybild

Avec le coronavirus, la majorité des universités non européennes ont annulé les arrivées des étudiants luxembourgeois. (photo: Pixabay/Illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Université du Luxembourg accorde une grande importance à ce que ses étudiants effectuent un semestre à l'étranger. Mais avec la pandémie de coronavirus, «la majorité des universités non européennes ont annulé les arrivées pour le semestre d'hiver», explique Catherine Réglu, vice-rectrice de l'Université.

Les arrivées dans les universités européennes ne sont pas annulées, mais il est possible qu'elles proposent des cours hybrides (en présentiel et en ligne). «Pour ceux qui ne pourraient pas partir ou dont les cours seraient uniquement à distance, une dérogation ou exemption se fera au cas par cas», précise la vice-rectrice.

«Je peux suspendre mon séjour»

Mi-mars, quand la pandémie a éclaté, Anaelle, en 2e année de droit, était à Lisbonne. «L'université a mis en place des cours à distance. J'ai ainsi pu revenir chez moi en France, continuer à les suivre et passer mes examens. Étant asthmatique, j'ai préféré rentrer, au cas-où j'avais besoin de me faire soigner», raconte-t-elle.

Beatriz, également en 2e année de droit, ira à Lisbonne en septembre. «Tout est planifié. Le 7 septembre j'emménage, le 14 les cours, à la fois en présentiel et en ligne, commencent», explique-t-elle. Joël, étudiant en 2e année de Bachelor de droit, devait aller à Bamberg, en Allemagne. «Les restrictions n'étant pas claires en raison de la situation, je peux suspendre mon séjour en Allemagne. Je pense que je vais profiter de cette occasion pour continuer mes études ici».

(Marion Mellinger/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • UEfirst le 09.07.2020 10:01 Report dénoncer ce commentaire

    Le plus simple est de faire son semestre à l'étranger dans un des pays frontalier ! Ce n'est pas la garantie que tout se passe bien mais c'est plus simple de gérer les problème entre la belgique et le luxembourg plutôt que ceux entre le mexique (ou autre pays hors UE) et le luxembourg. Il y a 3 catégories de pays : les frontaliers/peu de risques que sa se passe mal ; les autres pays d'europe/risque faible que ça se passe mal et les pays hors europe/risque élevé que ça se passe mal.

  • NoSmarty le 09.07.2020 09:37 Report dénoncer ce commentaire

    De nos jours, dans notre monde ou tout va bien (trop bien ?), il ne fat pas grandchose pour déstabiliser l'être humain. Eh oui, apparemment le virus ne se laisse pas éliminier par un "clic" sur le "smarty", par un commentaire débile sur Facebook ou un "like" sur Instagram. Nous voilà revenus dans la réalité, fini le monde virtuel.

Les derniers commentaires

  • UEfirst le 09.07.2020 10:01 Report dénoncer ce commentaire

    Le plus simple est de faire son semestre à l'étranger dans un des pays frontalier ! Ce n'est pas la garantie que tout se passe bien mais c'est plus simple de gérer les problème entre la belgique et le luxembourg plutôt que ceux entre le mexique (ou autre pays hors UE) et le luxembourg. Il y a 3 catégories de pays : les frontaliers/peu de risques que sa se passe mal ; les autres pays d'europe/risque faible que ça se passe mal et les pays hors europe/risque élevé que ça se passe mal.

  • NoSmarty le 09.07.2020 09:37 Report dénoncer ce commentaire

    De nos jours, dans notre monde ou tout va bien (trop bien ?), il ne fat pas grandchose pour déstabiliser l'être humain. Eh oui, apparemment le virus ne se laisse pas éliminier par un "clic" sur le "smarty", par un commentaire débile sur Facebook ou un "like" sur Instagram. Nous voilà revenus dans la réalité, fini le monde virtuel.