Projet de loi

16 juin 2014 20:30; Act: 16.06.2014 20:36 Print

Le droit des patients est loin de faire l’unanimité

LUXEMBOURG - Les critiques contre le projet de loi qui sera voté ce mardi sont nombreuses et plutôt virulentes.

storybild

Le service de médiation qui va être créé par la loi sur le droit des patients sera évalué dans un an.

Sur ce sujet
Une faute?

«Ce projet de loi est largement incomplet. Nos objections n’ont pas été prises en compte, c’est dommage», lance, amer, Steve Ehmann, de la Patientevertriedung, une ASBL qui s’occupe de défendre le droit des patients. Et qui est, comme l’Association des médecins et médecins-dentistes (AMMD), déçue par le projet de loi sur le droit des patients.

Les députés doivent se prononcer aujourd’hui sur le texte. «C’est un mauvais premier jet, qui ne donne pas du tout une vue globale du droit des patients», déplorait, lundi, Claude Schummer, secrétaire général de l’AMMD. Chez les représentants des patients, on partage le point de vue des médecins. «La loi prévoit une instance de médiation. Or, cette médiation est déjà faite dans notre ASBL et dans les hôpitaux», reprend Steve Ehmann. «Il aurait fallu aller plus loin et créer une instance de conciliation. La médiation ne mène à rien, si les deux parties ne se mettent pas d’accord». Même le droit à l’information des patients ne va pas assez loin. «Un document écrit et signé éviterait les quiproquos...».

Quant aux consultations, la Patientevertriedung est favorable à une tarification selon des critères de temps. «Actuellement, les brebis galeuses sont gagnantes en faisant 20 consultations par heure. Des règles transparentes seraient une bonne chose».

Jérôme Wiss