Colonies israéliennes

19 novembre 2019 18:17; Act: 20.11.2019 08:52 Print

«Le droit international n'est pas à la carte»

LUXEMBOURG - Jean Asselborn a fait part de son profond désaccord suite à l'annonce américaine validant la politique de colonisation israélienne en Cisjordanie.

storybild

Jean Asselborn s'inquiète de l'annonce des États-Unis concernant la politique de colonisation israélienne. (photo: Editpress/Hervé Montaigu)

Sur ce sujet
Une faute?

Connu pour ses positions fermes vis-à-vis de la politique des colonies d'Israël en Cisjordanie, le ministre des Affaires étrangères, Jean Asselborn, s'est fendu d'une nouvelle déclaration officielle après l'annonce de la diplomatie américaine sur le sujet, mardi.

Le secrétaire d'État Mike Pompeo a en effet déclaré que l'établissement de colonies de peuplement israéliennes n'était «pas incompatible en soi» avec le droit international. Une erreur pour le ministre luxembourgeois, qui rappelle que «le Conseil de sécurité des Nation unies a clairement condamné toutes les mesures visant à modifier la composition démographique, le caractère et le statut du Territoire palestinien occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est».

«Un affaiblissement du droit international»

Pour Jean Asselborn, la création par Israël de colonies «n’a aucun fondement en droit, constitue une violation flagrante du droit international et un obstacle majeur à la réalisation de la solution des deux États et à l’instauration d’une paix globale, juste et durable».

Une position claire marquée par une phrase coup-de-poing: «Le droit international n’est pas un menu à la carte». Le ministère des Affaires étrangères s'est dit «préoccupé» par l'annonce américaine, et craint «un affaiblissement du droit international».

L'annonce de Mike Pompeo a été quasi unanimement dénoncée dans le reste du monde, de l'ONU à la Russie en passant par l'Union européenne ou encore les pays arabes.

(th/L'essentiel)