Au Luxembourg

05 novembre 2018 08:00; Act: 05.11.2018 09:37 Print

Le harcèlement au travail prend de l'importance

LUXEMBOURG - En 2017, une forte hausse du nombre de cas de harcèlement au travail avait été enregistrée. La tendance se confirme en 2018, selon la Mobbing ASBL.

storybild

En 2018, la Mobbing ASBL a déjà reçu 181 nouveaux dossiers pour du harcèlement au travail, indique sa directrice, Monique Breisch.

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

«En 2018, nous comptons déjà onze tentatives de suicide liées à du harcèlement au travail», souligne Monique Breisch, directrice de la Mobbing. Le nombre de cas de mobbing signalés à l’ASBL était déjà en forte hausse en 2017. La tendance se confirme.

«En 2018, à la mi-octobre, nous avons déjà reçu 181 nouveaux dossiers pour harcèlement au travail, contre 201 pour toute l’année 2017, illustre Monique Breisch. Je ne sais pas si c’est dû à la situation économique ou au fait que notre association a gagné en visibilité. Reste que le phénomène est important». En particulier «dans le secteur bancaire, estime-t-elle. Un exemple type est le responsable qui doit gérer de nouveaux employés après une fusion et utilise le mobbing pour les inciter à partir». Ceci étant dit, la directrice salue une importante prise de conscience chez les employeurs. «Ils sont nombreux à nous demander conseil. Nous avons déjà cinq demandes pour des enquêtes externes».

Politiquement, l’ASBL attend toujours que le projet de loi sur le harcèlement au travail soit adopté. «Nous avons absolument besoin d’une définition unique du harcèlement au travail. Il faut également une aide pour les victimes. Parfois elles démissionnent sans avoir un autre emploi en vue. Il faut que, quand le harcèlement est prouvé, elles puissent toucher des indemnités de chômage». En cas de suspicion de harcèlement, Monique Breisch conseille de réagir vite. «Les gens peuvent nous contacter et nous regarderons avec eux s’il y a lieu de s’inquiéter».

(Séverine Goffin/ L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • riri le 05.11.2018 08:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Harcèlement au travail . En 2018 mon fils a subi un harcèlement flagrant . Il a consulté la central mobbing avec un dossier contenant des preuves bien ficelées Réponse : il faut que l’harcèlement dure un certain temps ( des mois) ! ITM n’est pas intervenu non plus alors qu’il confirmait un abus patronal. Le juriste du syndicat xxxx n’a jamais répondu si oui ou non il pouvait faire valoir la dernière loi sur un « licenciement abusif » qui permet au travailleur de démissionner pour perte de confiance dans son employeur suite à des comportements abusifs de ce dernier. Résultat : longue maladie, troubles psychologiques et physiques et procédures judiciaires coûteuses entamées . Affaire peut durer un an voire plus . Voilà une conséquence de cette loi sur l’harcèlement qui tarde de rentrer en vigueur.

  • unis le 05.11.2018 08:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le harcèlement au travail malheureusement extrêmement difficile de prouver les gens se taisent . Et les plus courageux qui dénoncent ces faits qui parlent qui pleurent , malheureusement doivent partir ou se font virer au lieux de se faire protéger . lorsque les harcèlements sont des anciennes ou anciens employé( e)s ou les copines copains (ou faisant partie de la famille) du chef ou boss . Ils ont tous les droits . Il est rare que les harceleurs ou harceleuses quittent la société

  • benvoyons le 05.11.2018 08:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis passer par ce geste de désespoir pousser plus qu au bout à un âge où on souhaite et mérite d être respecter un poste à grande responsabilité ou mi cinquantaine on change plus d emploi .. le mobbing d une administratice perverse narcissique qui se décharge sur vos collègue en écrivant de fausse lettre suis je le seul ...non avant moi et après moi des employés de cette société de nettoyage subissent ça on n en parle surtout pas on a honte sur des gens aussi mauvais prêt à tout pour briller ... Je vis aujourd hui la vie avec des séquelles physiques...mais bon on est dans un pays où tt va bien très bien courage à tous

Les derniers commentaires

  • betty le 07.11.2018 07:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je sais ce que c est malheureusement j’ai été victime de cet harcèlement maintenant au chômage sans touché un franc et en plus aucune aide de nul part

  • lulu le 06.11.2018 14:40 Report dénoncer ce commentaire

    Mettez-vous à la place du patron ? Que faut-il réaliser ? La réponse est simple: Il faut faire du chiffre....! Quelle solution trouvée ? Il faut faire son maxi tous les jours, donc faire du chiffre ! Comment faire ? Harceler jusqu'à avoir des résultats ! CQFD !

  • le bien triomphe toujours du mal le 06.11.2018 08:30 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai vécu un harcèlement en 2011 auprès d'une comp. d'assurance-vie située au Senningerberg. Le pire c'est que vous ne voyez rien arriver, jusqu'au jour où les petits chefs du genre HoD vous fliquent à tous les endroits, vous mettent une pression de malade et vous blâment pour une virgule manquante. Pour couronner le tout, ils utilisent cet outil de management pour vous pousser vers la petite porte en vous collant un PIP (un ultimatum pour faire craquer, un non retour vers la sortie définitive) Résultat, après un licenciement abusif, j'ai gagné gain de cause après 2 ans de procédure judiciare.

  • noukie le 06.11.2018 06:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    se faire interdire de faire certaines choses alors que c était autorisé jusque là et que les collègues peuvent continuer à faire ces choses, se faire reprocher des faits improbables lors d un entretien visant à y répondre et se faire remettre la lettre relatant ses faits en fin d entretien en précisant que lors de celui ci je n avais pas pu apporter les réponses nécessaires à ma défense, etc, etc... tout ça parce que je ne faisait plus d heures supplémentaires non payées et que ma responsable n arrivait plus à tenir ses délais!!! voilà le monde Dans lequel j ai vécu... et je passe naturellement les réflexions malsaines... maintenant que je travaille dans une société où mes patrons sont "normaux" je revis. merci à mon ancien employeur de m avoir licenciée et de m avoir permise de trouver mes nouveaux patrons qui sont formidables.

  • la verite le 06.11.2018 05:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il n'y a pas de loi contre le harcèlement sur le lieu de travail. Avancez auprès du gouvernement luxembourgeois à la recherche d'un changement de loi au lieu d'écrire des messages!!!