Au Luxembourg

21 septembre 2019 18:05; Act: 21.09.2019 18:18 Print

Le hip-​​hop luxembourgeois a la cote

LUXEMBOURG - Le hip-hop à la sauce luxembourgeoise a eu du succès dans les rues de Bonnevoie, cet après-midi lors du festival On Stéitsch.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Les artistes amateurs ne sont jamais suffisamment soutenus. Si le public est réactif, ça les motive à s’investir davantage», commentait Isabella, 20 ans, assise à l’Indienne par terre devant la scène du festival On Stéitsch, ce samedi après-midi, dans la capitale.

Dans la cour des Rotondes, un public intergénérationnel a applaudi les jeunes résidents luxembourgeois, qui se sont enchaînés sur scène.

«Bouffée d’air frais»

Au programme: du chant et de la danse aux saveurs hip-hop. Mais c’est surtout le rap en langue luxembourgeoise qui a le plus convaincu le public. «La scène rap du Luxembourg commence doucement à attirer plus de fans», explique Pedro, un novice dans le rap amateur, venu en «quête d’inspiration» pour composer de nouveaux morceaux. «Les gens pensent que le luxembourgeois ne passe pas en chant. Mais ici on voit bien le contraire», ajoute l’Eschois de 18 ans. Pour son amie Amela, Eschoise elle aussi de 17 ans, le «letzebuergesch» hip-hop apporte une «bouffée d’air frais» dans sa «playlist».

Le moment était propice pour se familiariser dans le domaine du rap local. Mais pas que. Les performances de danse ont elles aussi, eu la cote. Les danseuses du groupe Sever Queens n’ont elles pas raté l’occasion pour laisser le public bouche-bée. Les filles aux costumes pailletés ont opté pour une chorégraphie dynamique et diversifiée pour enflammer la scène. Même effet de la part des visiteurs pour les filles du «AirCrew», qui ont mêlé acrobatie à la danse contemporaine.

(Ana Martins/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.