Interview-choc

27 juin 2019 12:24; Act: 27.06.2019 16:10 Print

Le jihadiste Duarte veut «rentrer au Luxembourg»

LUXEMBOURG - Aujourd'hui en captivité en Syrie, le Portugais Steve Duarte a exprimé dans une interview reprise par «RTL.lu» son désir de revenir là où il a résidé la plus grande partie de sa vie.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Plus de trois ans après la parution d'une vidéo de propagande de l'État islamique, dans laquelle Steve Duarte exécute un otage, le résident portugais originaire du Luxembourg est apparu dans une interview donnée à la télévision kurde Rudaw TV et traduite par les sites de rtl.lu.

Désormais en captivité dans un camp en Syrie, très amaigri et vêtu d'une combinaison orange, l'homme de 30 ans se confie en long et en large sur son parcours. Des propos à prendre avec un certain recul, notamment lorsque le terroriste présumé explique qu'il souhaite «rentrer au Luxembourg pour revoir sa famille, retravailler» et «apprendre ce qu'est la vie et la religion musulmane» à ses deux enfants âgés de 3 et 2 ans.

«Je suis prêt à aller en prison»

Se présentant comme repenti, Steve Duarte se dit «prêt à aller en prison», au Luxembourg, «si l'erreur que j'ai commise le nécessite».

Arrivé en Syrie en 2014, via Istanbul, et après un voyage de 15 à 17 heures en bus, «pour poursuivre des études de sciences religieuses», celui qui habitait auparavant à Meispelt, a vécu les heures les plus sombres et mortifères de Daech. Affilié au «département média», il affirme qu'il «ne voulait pas combattre».

Mais la réalité du terrain militaire s'est avérée bien différente. Gravement blessé par un éclat de balle à la colonne vertébrale, Steve Duarte «est resté plus de six mois sans bouger», avant d'être transféré au bureau des blessés.

«Ma mère avait peur d'envoyer de l'argent à un groupe de criminels»

Sans nouvelles de sa femme, il a finalement été arrêté et transféré dans un camp à Al-Baghouz Fouqani, à la frontière irakienne. Autant dire que son discours rédempteur oblige à une certaine nuance: «Je n'ai pas vu de bons comportements ou de bonnes valeurs morales chez Daech. Je leur ai dit tout de suite que leur manière de faire n'était pas la bonne ».

L'interview nous apprend par ailleurs que l'ancien rappeur amateur est resté en contact avec sa mère, à qui il demandait de l'argent. «Mais elle avait peur d'en envoyer à un groupe de criminels. Moi je voulais sortir ma femme et mes enfants des zones contrôlées par Daech».

(Thomas Holzer/L'essentiel)