La fête à tout prix

05 mars 2021 07:00; Act: 05.03.2021 07:51 Print

Le Luxembourg a aussi ses soirées clandestines

LUXEMBOURG - Les habitués du monde de la nuit redoublent de stratagèmes pour «décompresser», malgré le couvre-feu. Au risque de se faire dénoncer aux autorités...

storybild

Certains habitués du monde de la nuit n'hésitent pas à reproduire les soirées qui leur sont chères.

Sur ce sujet
Une faute?

Un an sans discothèque, un hiver sans bars ni soirées. Comme des millions de personnes à travers l'Europe, les résidents du Luxembourg ont expérimenté les fermetures des lieux de sortie et l'obligation de rentrer chez soi avant 23h, pour cause de couvre-feu. Un véritable crève-cœur pour les noctambules, habitués à passer leurs soirées de week-end dans les endroits les plus festifs de la capitale.

Si la mesure mise en place pour lutter contre la propagation du Covid-19 a été globalement acceptée, certains aficionados n'ont pu résister à l’organisation de quelques soirées clandestines, comme ce haut lieu de la nuit luxembourgeoise qui s'est autorisé une petite fête entre habitués. «Mais les voisins ont appelé la police, et tout le monde a reçu une amende», glisse une source contactée par L'essentiel.

«À un moment, les gens ont commencé à tourner en rond, surtout ceux qui travaillent depuis des années dans le milieu de la nuit. Ils sont privés de ce qui définit leur vie, de leur métier. Ils ont besoin de décompresser», justifie-t-il.

À la maison... voire à l'hôtel

Pour contourner les règles mises en place, les plus «malins» organisent des événements promotionnels ou se réunissent tour à tour dans les résidences privées, parfois même dans des suites d'hôtel louées pour l'occasion. «Ils font appel à des barmaids, des cuisiniers aussi. Comme une vraie soirée!», explique notre source, qui précise que les invitations se font «grâce au bouche à oreille».

Avec toujours le risque de voir la police rappliquer. «Les voisins n'hésitent pas à dénoncer», poursuit le témoin. Une affirmation confirmée à L'essentiel par la police: «Nos agents vérifient lorsque des voisins nous signalent par exemple un bruit excessif. S’il s’avère à ce moment-là que les dispositions ne sont pas respectées, la police agit en conséquence».

Rappelons que les organisateurs de soirées clandestines s'exposent à une amende de 4 000 euros doublée en cas de récidive, alors que les participants risquent un PV de 300 euros.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vindulux le 05.03.2021 12:08 Report dénoncer ce commentaire

    Qui peut croire qu'un policier, ou qu'une personnalité politique qui organise une fête privée , sera verbalisé par d'autres policiers?

  • Pas si rose le 06.03.2021 08:52 Report dénoncer ce commentaire

    Les pays frontaliers devraient classer le luxembourg comme zone à risque. Tous les gens que je connais on contracté le virus à leur travail. Il a de plus en plus de cas dans les écoles Avec 5 décès le taux de décès est plus élevé que la france. Et on cache plein de chose pour ne pas être pointé du doigt par exemple la situation des maisons de repos. Mais le s politique font clairement dans leur pantalon si ça commence à se savoir. Les pays voisins hésiteraient pas une seconde à prendre des mesures.

  • Le chat persan le 05.03.2021 09:38 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis sûre que certains de nos ministres sont sur la liste des invités ... Ils doivent bien se foutre de notre gueule en sirotant leur cocktail.

Les derniers commentaires

  • HaddyGraf le 07.03.2021 10:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Arrêtons d’interdire, on perd le contrôle. Il me semble plus judicieux d’autoriser et d’encadrer que de laisser pulluler ces fêtes clandestines.

  • greg le 06.03.2021 18:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    oui et j'ai participé à plus d'une ! on s'en fiche de vos histoires de covid ! ya une soirée ce soir d'ailleurs et je dirais pas où !

  • Voisin!!! le 06.03.2021 17:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Attention là ça va balancer!

  • Pierre Merle le 06.03.2021 17:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un ans sans discothèque: quel drame! Pire qu’une famine en Afrique ou un bombardement en Syrie. Envoyons donc ces fêtards en « stage » là-bas. Toutes catégories confondues. Au retour, ils auront droit à une gourde de crémant.

  • France-con le 06.03.2021 13:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi j'aimerais savoir ou les personnes ce sont infectés vue que just après les vacances les cas positifs viennent de c'omenté maintenant après les vacances. Ou est-ce-que notre politique nous cache quelque chose. Merci pour tout réponse.