Au Luxembourg

25 janvier 2020 10:00; Act: 23.01.2020 09:11 Print

Le Luxembourg n'envisage pas de «taxe attentat»

LUXEMBOURG - Dans plusieurs pays dont la France, les assurés paient une taxe annuelle destinée à un fonds pour les victimes du terrorisme. Le Luxembourg ne l'envisage pas.

storybild

Les compagnies d'assurances luxembourgeoises rappellent qu'une taxe «attentat» n'existe pas auprès des assurés au Grand-Duché. (photo: Editpress/Isabella Finzi)

Sur ce sujet
Une faute?

Les assurés français payent chaque année, depuis 2017, 5,90 euros par an destinés à renforcer le fonds d'indemnisation des victimes du terrorisme. Une simple ligne sur leur contrat d'assurance habitation ou auto, comportant une garantie dommages, qui prend tout son sens avec la recrudescence des actes terroristes ces dernières années. Cette «taxe attentat» a d'ailleurs été revue à la hausse pour faire face, et a augmenté d'1,60 euro par assuré entre 2016 et 2017. Les réserves du fonds d'indemnisation n'étant pas suffisantes, elle pourrait même être portée à 6,50 euros par contrat.

En France, les compagnies d'assurances avaient estimé à 350 millions d'euros le montant des indemnisations pour les victimes des attaques du 13 novembre à Paris et Saint-Denis. Sollicitées par L'essentiel, les compagnies d'assurances luxembourgeoises rappellent qu'une telle taxe n'existe pas auprès des assurés au Grand-Duché. Une source au sein du gouvernement glisse même que la démarche n'est pas envisagée et ne fait l'objet d'aucune discussion: «Fort heureusement notre pays n'a pas été concerné par ça».

Pour l'heure, le Luxembourg dispose d'un fonds d'aide aux victimes d'une infraction ayant entraîné des dommages corporels ou la mort. Après une procédure, le ministre de la Justice décide de l'attribution ou non d’une indemnité et en fixe le montant, plafonné à 63 000 euros. Ce droit à indemnisation est à la charge du budget de l’État.

(L'essentiel/Nicolas Chauty)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.