Libre-échange

25 août 2019 09:49; Act: 26.08.2019 09:30 Print

Le Luxembourg gèle sa décision sur le Mercosur

LUXEMBOURG - À cause de la déforestation en Amazonie, le gouvernement a décidé de ne pas valider en l'état la ratification de l'accord de libre-échange.

storybild

Jean Asselborn et Xavier Bettel se sont mis d'accord pour geler la décision du Luxembourg. (photo: Editpress/Jean-Claude Ernst)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Luxembourg temporise sur le dossier du Mercosur. Le gouvernement a décidé de geler sa décision quant à la ratification de l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et quatre pays de l'Amérique du Sud (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay), a-t-il indiqué, samedi soir, dans un communiqué. L'annonce a été faite au moment où l'Amazonie est en proie à de grands incendies, dont la responsabilité est en partie imputée à la politique de déforestation du Brésil.

«Face au déboisement de l'Amazonie ayant pour conséquence des incendies dramatiques, le ministre des Affaires étrangères, Jean Asselborn, rappelle que le gouvernement s'attend à ce que les partenaires du Mercosur respectent (...) les engagements pris dans le cadre de l'accord de Paris», indique le gouvernement. Le Luxembourg exige que le Brésil respecte ses obligations en terme d'environnement avant de signer l'accord. «En concertation avec le Premier ministre Xavier Bettel, le ministre Asselborn proposera au prochain Conseil de gouvernement de geler la décision relative à la signature de l’accord», précise le communiqué.

L'accord de libre échange, signé fin juin après 20 ans de tractations, est très critiqué, notamment par le secteur agricole ou les écologistes. La politique du président brésilien d'extrême-droite, Jair Bolsonaro, en termes d'environnement, est notamment pointée du doigt par les opposants. Vendredi, le président français Emmanuel Macron avait accusé Bolsonaro d'avoir «menti» sur ses engagements environnementaux et annoncé que dans ces conditions, la France s'opposait à la ratification du traité. La position française avait été suivie par l'Irlande et donc désormais le Luxembourg.

(jg/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Elise le 25.08.2019 10:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Lily Bravo le Luxembourg en Amazonie il n’y a pas que les arbres qui brûlent mais aussi les animaux c’est une honte

  • Europita le 25.08.2019 10:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo le Luxembourg, pas de pardon pour les incendiaires de l'Amazonie

  • Pica le 25.08.2019 10:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo !

Les derniers commentaires

  • Klimonos le 26.08.2019 09:33 Report dénoncer ce commentaire

    Tout le monde crie "bravo", mais personne ne s'indigne qu'on gêle la decision de signer le Mercosur juste pour les incendies et non pour le contenu de l'accord... C'est hallucinant...

    • give me more money le 26.08.2019 15:36 Report dénoncer ce commentaire

      LA croissance, il faut de la croissance à tout prix ! Peu importe les conséquences !

  • brazil le 26.08.2019 07:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut rejeter définitivement ces accords qui tuent notre agriculture, notre environnement et qui permettent a des entreprises étrangères d obtenir des jugements en leur faveur contre notre gouvernement.

    • Luxo le 26.08.2019 22:19 Report dénoncer ce commentaire

      Ce n'est pas cet accord qui tue notre environnement mais notre agriculture! Peut de personnes savent qu'il y a comme au pays des fermes avec plus d'un millier de vaches laitières sous le même toit. C'est à nos agriculteurs qu'ils faut interdire de nourrir leurs animaux avec des aliments qu'ils ne produisent pas sur leurs exploitations.

  • mika le 26.08.2019 06:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo à la décision du gouvernement luxembourgeois.

  • nona le 26.08.2019 02:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Très bien mais ça ne sauvera pas du massacre tous les animaux brûlés vifs . Il faudra continuer pour arrêter la déforestation anarchique des exploitants agricoles.

  • Grand est le 25.08.2019 20:49 Report dénoncer ce commentaire

    Très bonne initiative