Au Luxembourg

12 septembre 2019 08:00; Act: 12.09.2019 10:39 Print

Le mal-​​être des profs «est pris au sérieux»

LUXEMBOURG - Le ministère de l'Éducation nationale a répondu au sondage du SEW-OGBL dont les résultats révèlent le stress subi par les instituteurs et professeurs.

storybild

Claude Meisch «souhaite des syndicats d'enseignants forts», a indiqué son chef de cabinet. (photo: Editpress/Fabrizio Pizzolante)

Sur ce sujet
Une faute?

Largement mise en cause dans un sondage du SEW-OGBL, qui révèle le mal-être de nombreux enseignants au Luxembourg, le ministère de l'Éducation nationale a réagi par la voix d'Alex Folscheid, chef de cabinet du ministre Claude Meisch (DP), sollicité par L'essentiel: «Nous prenons ces résultats au sérieux, même s'ils ne sont pas complètement représentatifs, et que l'étude sur la fonction publique dit autre chose».

Reste que les chiffres exposés par le syndicat «doivent être creusés en profondeur. C'est pourquoi des études qualitatives seront mises en place afin de consulter les enseignants sur les questions centrales d'éducation, les défis à venir mais également leur quotidien». Les premiers «panels» auront lieu avant la fin de cette année.

« Des discussions contradictoires mais productives»

Concernant les tensions évoquées par le SEW-OGBL, le ministère de l'Éducation nationale s'est montré plus mesuré, évoquant «des discussions contradictoires mais productives». «Nous sommes dans une culture du dialogue. Notre porte est toujours ouverte». Le ministre Claude Meisch «souhaite de toute façon des syndicats forts».

Mercredi, le SEW-OGBL avait exposé les résultats d'un sondage auquel ont répondu un millier d'enseignants. D'après les résultats, la majorité d'entre eux ne se considèrent pas comme heureux au travail et regrettent un déficit de dialogue avec le ministère de l'Éducation nationale.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • max le 12.09.2019 08:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    De là folie c est gens sont hors de la réalité ... que doivent dire les gens qui travaillent dans la restauration ,le ménage,le bâtiment qui travaillent avec beaucoup de stress pour des salaires misérables et seulement 25 jours de congés ... l être humain regarde toujours au dessus au lieu de baisser la tête

  • Roberto le 12.09.2019 10:15 Report dénoncer ce commentaire

    Etre prof, c'est avant tout une vocation...mais au Luxembourg, le fait des salaires mirobolants changent trop la donne...Beaucoup le font pour cela et voilà le résultat, des gens en réalité pas à leur place, d'où le malaise!! Et dans l'éducation, il faut revenir à des règles plus strictes pour les éléves : Interdire les GSM en cours, retour à l'uniforme pour gomer les inégalités des marques, sanctions plus sévères et mettre les parents devant leurs responsabilités!

  • Tri le 12.09.2019 10:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il est clair que le 'job' est loin d'être évident! Néanmoins je pense qu'énormément d'enseignants au Lux sont attirés plus par l'appât du gain et de la 'facilité' et oublient que ce n'est pas un job anodin et qu'il s'agit presque d'une vocation. C'est dommage et parfois dommageable pour les enfants, lycéens.

Les derniers commentaires

  • petitevoix le 13.09.2019 08:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans les commentaires il y a bcp les mots respect , surprotéger , parents , enfants . Nous sommes dans une époque ou on laisse faire tout aux enfants pour notre propre facilité Il n y a plus d éducation car on a pas bcp de temps à consacrer. Nous sommes en train de faire de cretins de l écran et pour conséquence des enfants qui ne savent plus parler l unique choses c’est la violence qui utilisent devant le professeur ou camarades , je dit bien violence verbale , manque du respect . Même avec le meilleur salaire on ne pourra pas supporter ça . Nous avons besoin d’une synergie entre parents et professeurs avec bcp de communication.

    • Débrouillards le 13.09.2019 21:28 Report dénoncer ce commentaire

      C est bien beau tout ça mais la société deresponsabilise complètement les parents. Avant sans vouloir être misogine la maman était souvant mère au foyer. Maintenant c est une exception. Avant le réseau social c était les cabanes dans la forêt, les balades en vélo. Depuis Dutrou C est fini tout ça personne ne laisse ses enfants dans la rue moi le premier. Les enfants ne sont que le produit de la société que nous avons et que nous construisons. Nous sommes dans un monde d assisté. Un bête exemple demain plus d électricité qui sait faire un feu pour se chauffer. Il y a une assistance pour tout

  • petitevoix le 13.09.2019 07:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Roberto vous avez dit que de vérités c’est très important que les parents soient impliquées dans l éducation de leurs enfants .

  • sycloux le 13.09.2019 06:38 Report dénoncer ce commentaire

    Des profs au burn out avec de élèves sans aucunes discipline cela m'étonne guere.C'est aux parents d'éduquer leur enfants pas aux profs donc tout va bien!

  • Robin Hut le 12.09.2019 21:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et vous avez fait les études nécessaires? Car prendre la place d’un prof en écrivant je veux!!! ca craint !

  • Mitchou le 12.09.2019 21:12 Report dénoncer ce commentaire

    Ce qu'on ne vous montre pas c'est la face cachée du métier. Manque de personnel => heures supplémentaires Ce qui peut faire 32h/semaines sur place où il faut être actif. Accompagné des préparations les weekend, correction des TP, des devoirs en classe (1-4h dépend du cours), suivi de l'apprentissage individuel, organisation stage, tâches administratives etc. J'ai fait le calcul l'année dernière et j'étais à 56h/semaine. Faites 56h durant 10 mois et on en reparlera, donc merci les vacances. Si ce n'était pas par vocation, le plaisir de transmettre et d'éduquer j'aurais arrêté depuis longtemps.