Santé au Luxembourg

20 juin 2019 09:06; Act: 20.06.2019 13:04 Print

Le moustique-​​tigre devrait venir au Grand-​​Duché

LUXEMBOURG – Alors que le moustique-tigre s'est implanté en Europe, la direction de la santé indique qu'il n'y a «aucune raison que le Grand-Duché soit épargné».

storybild

Le moustique-tigre fait partie des 100 espèces les plus invasives du monde. (photo: AFP/Remko de Waal)

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis plusieurs années, le moustique-tigre, redouté pour sa propension à transporter des maladies comme la dengue et le chikungunya, s'est implanté en Europe, et en particulier dans les pays voisins au Luxembourg. Même s'il n'a pas encore été détecté chez nous, «il n'y a aucune raison que le Grand-Duché soit épargné», indique le docteur Jean-Claude Schmit, directeur de la Santé.

À ce titre, la direction de la Santé prévoit de mettre en place à partir de l'année prochaine un système de surveillance systématique du moustique-tigre, notamment dans les aires d’autoroute et les gares de trains ou de bus internationaux (le moustique tigre peut arriver au Luxembourg à l'aide de touristes).

Pas d'espèces «vraiment dangereuses» aujourd'hui

Plus largement, le ministère de l’Environnement, le Naturmusée et la direction de la santé prévoient de créer avec un expert suisse une carte des moustiques au Grand-Duché. Alors qu'il en existe dans le monde environ 3 500 espèces, une bonne vingtaine est répertoriée au Luxembourg. «Il n'y a pas d'espèces vraiment dangereuses pour l'Homme au Grand-Duché, note Jean-Claude Schmit. Les moustiques transmettant la malaria sont par exemples absents».

Pour rappel, quelques gestes simples peuvent éviter la propagation des moustiques à son domicile. Il faut ainsi éviter d'avoir chez soi des eaux stagnantes de faible volume, comme les soucoupes sous les pots de fleurs, voire les seaux où l’eau de pluie se dépose. Il faut aussi veiller à se débarrasser des vieux pneus, qui sont le lieu préféré de prolifération de cet insecte.

Le reportage de Jonathan Vaucher pour «L'essentiel Radio»:

(Olivier Loyens/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • nickname le 20.06.2019 16:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est pas faux

  • Bidies le 20.06.2019 10:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour m’être faite piquer il y a trois jours, je peux vous dire que le moustique tigre est bien arrivé chez nous!

  • Candide le 20.06.2019 13:25 Report dénoncer ce commentaire

    Pourtant on n'a ni la peste porcine, ni la fièvre catharrale qui se répandent chez nos voisins. Est-ce qu'on ne pourrait pas appliquer le même procédé qui nous a permis d'éviter ces épidémies au moustique?

Les derniers commentaires

  • step bett le 20.06.2019 19:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et si il vient pas ?peut être qu’il va s’organiser autre chose, la côte belge !!!!

  • Grand Maître le 20.06.2019 16:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On peut le voir dans quel cirque ???

  • nickname le 20.06.2019 16:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est pas faux

  • nickname le 20.06.2019 13:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quel retour en arrière, on devra encore se badigeonner d’insecticides sur le corps pour supporter et éviter les maladies

  • Candide le 20.06.2019 13:25 Report dénoncer ce commentaire

    Pourtant on n'a ni la peste porcine, ni la fièvre catharrale qui se répandent chez nos voisins. Est-ce qu'on ne pourrait pas appliquer le même procédé qui nous a permis d'éviter ces épidémies au moustique?