Au Luxembourg

18 octobre 2018 13:06; Act: 18.10.2018 14:03 Print

«Le nombre de décès liés au travail reste élevé»

LUXEMBOURG - L'Association d'assurance accident indique que même si les accidents du travail arrivent moins souvent, le nombre de cas mortels ne baisse pas.

storybild

En mars dernier, un ouvrier avait fait une chute mortelle de 6 étages sur un chantier à Luxembourg. (photo: Police grand-ducale)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Depuis 2011 au Luxembourg, le nombre d'accidents mortels au travail a beaucoup varié, selon les chiffres du premier rapport annuel de l'Association d'assurance accident (AAA): 11 en 2011, 14 en 2012, 6 en 2013, 10 en 2014, 14 en 2015, 21 en 2016 et 12 en 2017. «Force est de constater que même si le taux de fréquence* des accidents est à son niveau le plus bas en 2017 (3,91%, contre 4,69% en 2011), le nombre de décès liés au travail reste élevé», juge l'AAA.

Estimant que les moyens de prévention classiques ne parvenaient plus à réduire davantage le nombre et la gravité des accidents du travail et des maladies professionnelles, l'association rappelle avoir lancé en 2016, en collaboration avec les partenaires sociaux et étatiques, une stratégie nationale, dénommée VISION ZERO. Elle part de l’hypothèse que «zéro mort et zéro blessé grave» n’est possible qu’en impliquant l’ensemble des parties prenantes. Dans ce contexte, une campagne média avait été lancée en 2017.

En 2017, 15 780 accidents du travail, 3 638 accidents de trajet, 99 maladies professionnelles ont été reconnus. Soit 19 517 accidents reconnus au total, dont 21 étaient mortels. «Le nombre des accidents reconnus est resté stable, malgré l’accroissement important de la population active au cours des dernières années», commente l'AAA. L’association reçoit en moyenne 100 déclarations par jour. Sachant que le Luxembourg compte 30 665 entreprises et 406 129 travailleurs-unité.

Par ailleurs, l'AAA indique avoir donné en 2017 un «nouvel élan» à la lutte contre les abus et les fraudes, qui avait été «laissée en friche par le passé». 22 dossiers ont été en cours d’instruction auprès d’un juge au 31 décembre 2017.

*Le taux de fréquence s'obtient en multipliant par 100 le nombre d'accidents reconnus puis en divisant ce chiffre par le nombre de travailleurs-unité.

(ol/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • xp4 le 18.10.2018 14:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le jour ou l'inspection du travail comenceront a faire les contrôles surprise dans les bâtiments sans avertir les enploiyeurs .A chaque fois les enploiyeurs sont avertis 1 jour ou 2 à l'avance ça laisse le temps de tou nettoyer et sécurisé le chantier . Et contrôle alcoolémie au ouvriers et les chefs alors la ils veront bien que les accident vont diminuer

  • La Santé est notre Richesse le 18.10.2018 14:08 Report dénoncer ce commentaire

    Sans parler des décès indirects, causés par un stress parfois intenable, mais aussi injustifié. Certes, nous avons des choix, pour ma part j'ai quitté mon job pour préserver ma santé qui allait de pire en pire.

  • zaz le 18.10.2018 18:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on m a supprimé ma place de parking depuis je dois risquer ma vie sur un scooter hiver comme été. J ai déjà été victime d'un accident... Et peut être qu un jour je viendrai grossir ces statistiques..

Les derniers commentaires

  • Carlos le 20.10.2018 11:29 Report dénoncer ce commentaire

    Dans un monde de plus en plus feministe je ne vois pas beaucoup ou meme aucune femme mort en accident de travail. Ou est l'egalite ??? Les hommes meurt plus jeunes in travail plus d'annes .. ou est l egalite ??? Et l'extorsion fiscal sur les hommes seuls ??? Et lee migrants sans representation electoral paye toujours des impots??? Ou est la fameuse democracie ??? Et avec quel droit l etat avance au nivrux des ecoles primaries avec le theorie du "genre" pour feminiser les garçons et personne parle de ça !!!

  • ladeux le 19.10.2018 08:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le patron n'est pas responsable..... si il l'est. à lui de faire de la prévention et de prendre soin de ses ouvriers qui vont mal

    • Carlos le 20.10.2018 11:32 Report dénoncer ce commentaire

      Si vous allez faire une reclamation a l inspection du travail le meme heure le patron recoit un fax a dire qui vous eties la

  • ladeux le 19.10.2018 08:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien répondu. car de l'alcool, je n est jamais vu que de l'eau du coca et, en fin de service, peut être quelques ouvriers s'offrir une bière après la douche. de plus les patrons ont leurs contacts à l'ITM. une petite enveloppe, un bon prix sur un appartement pour la fille le fils d'un membre de l'ITM et hop, le contrôle passe sans casse.

    • Jerome le 19.10.2018 09:47 Report dénoncer ce commentaire

      Et bien sûr, vous affirmez tout cela sans la moindre preuve.

  • Nicole Braun le 19.10.2018 08:00 Report dénoncer ce commentaire

    La santé des salariés et l'humanisation des conditions de travail n'ont jamais été une priorité au GdL. En même temps les accidents mortels sur les lieux de travail concernent presque exclusivement des frontaliers ou des résidents portugais. Ce devrait donc logiquement à la France et au Portugal de gérer ça.

    • Charles le 20.10.2018 11:44 Report dénoncer ce commentaire

      Je prend beaucoup de fois des taxis pour me deplacer plus vite en ville. Je m'etonne de savoir qu'il ya des chauffeurs a travailer plusplus de 12 heures par jour et qui sont payee sur 8 heures 5 et 6 ou meme 7 jour par semaine quelques fois. Ça c'est le Luxembourg ou les politicians parle toujours de qualite de vie !!! Le Luxembourg c'est comme la Chine un Pays deux systemes. Il faut donner le droit de vote a touts les migrants qui habite et travail au luxembourg .

  • lamentable le 19.10.2018 07:29 Report dénoncer ce commentaire

    99 maladies professionnelles sur 406000 ouvriers !!! un peu de sérieux….ce chiffre me saute à la figure personnellement. je peux vous affirmer pour l'avoir vécu que parfois les ouvriers doivent bosser coute que coute et ce même s'il faut enjamber un cadavre (c'est du vécu !!). Faut ouvrir absolument à la date prévue !! Alors entre les statistiques et la vraie vie, il y a un monde. et une fois que vous êtes complètement usé, on vous jette à la poubelle (à l'exception des 99....) vive le travail

    • Ermeline Dampf le 19.10.2018 08:04 Report dénoncer ce commentaire

      Pourquoi faire toute une histoire pour quelques frontaliers malchanceux. Ce n'est pas comme s'il s'agissait de Luxembourgeois.