Stratégie au Luxembourg

08 mai 2018 16:37; Act: 08.05.2018 18:29 Print

«Le pays doit se préparer aux cyberattaques»

LUXEMBOURG – Beaucoup de défis restent à relever en matière de cybersécurité, au plan national.

storybild

Luc Feller, haut-commissaire à la Protection nationale, et Xavier Bettel, lors de la conférence de presse Stratégie nationale de cybersécurité III. (photo: Editpress/Tania Feller)

Sur ce sujet
Une faute?

«La très large connectivité au niveau national se doit d'être sécurisée au maximum», explique le Premier ministre et ministre d’État, Xavier Bettel, à la présentation, mardi, de la 3e Stratégie nationale de cybersécurité. Selon Luc Feller, haut-commissaire à la Protection nationale, ce sont 4 000 rançongiciels (attaques via Internet ayant pour but de soutirer de l'argent à la victime) qui ont été enregistrés en un an au niveau mondial, «sans compter le nombre incalculable d'autres logiciels malveillants qui circulent», souligne Luc Feller.

Parmi les grandes mesures étalées sur 3 ans, il y a tout d'abord la prévention du citoyen, «qui doit être conscient du risque de pouvoir être infecté», rapporte Xavier Bettel. Selon une étude récente de la Commission européenne, 69% des entreprises sondées se disent incapables de déceler une cyberattaque, alors que sur le plan privé, 51% des internautes ne s'estiment pas assez informés sur les risques. Hormis des campagnes de sensibilisation pluriannuelles prévues par le gouvernement.

«Il faut miser sur la formation poussée des enfants, des étudiants et des professionnels», selon Xavier Bettel, qui rappelle le manque d'experts en cybersécurité au Luxembourg, comme au niveau européen. La sécurité digitale est aussi pour le Premier ministre, «un facteur qui attire de nombreuses entreprises au Luxembourg, notamment des start-up». «Il est donc important d'avoir confiance en ces nouvelles technologies dans lesquelles nous nous devons d'investir».

Xavier Bettel parle des enjeux de la cybersécurité au micro de L'essentiel Radio:

(Pierre François/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Cœur dévastateur le 08.05.2018 23:16 Report dénoncer ce commentaire

    Quand les sociétés de logiciels laissent volontairement des portes ouvertes dans leurs programmes, et Microsoft le fait depuis 30ans, pour permettre au Services de renseignements en tout genre de fouiner partout, il ne faut pas s'étonner de tant de risque offerts aux adversaires, que les armes du net sont arrivés au même niveau de dissuasion que les armes nucléaires.

  • Mitchou le 08.05.2018 23:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un petit APT gentil embarqué dans un CV en Word/PDF et du powershell, et envoyé comme candidature spontanée et puis on verra ce que vaut la sécurité.... C'est du flan, du sable jeté à la figure. S'ils arrivent à sensibiliser les gens, on y gagnerait plus à mon avis.

  • heng le 08.05.2018 21:14 Report dénoncer ce commentaire

    il y a déjà plein d'attaques sur les industries très bien ciblés et informés..

Les derniers commentaires

  • Filax le 09.05.2018 14:57 Report dénoncer ce commentaire

    Le pays doit se préparer aux cyberattaques. OK, la meilleur défense étant l'attaque je propose de nous immiscer dans les réseaux russes, chinois et américains!

  • Maniac le 09.05.2018 11:07 Report dénoncer ce commentaire

    La prochaine technique pour bloqué un pays? la destruction des satellites de surveillances et civils par des satellites tueurs soit pas impulsion EM, ou prenant le contrôle et en le désorbitant. Il y plusieurs rapport des états majors a ce ne niveau qui sont alarmants.

  • Dr MesBoules le 09.05.2018 09:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Poudre aux yeux quand on voit le nombre de société avec un niveau de sécurité informatique proche de 0... Banques inclus...

  • Cœur dévastateur le 08.05.2018 23:16 Report dénoncer ce commentaire

    Quand les sociétés de logiciels laissent volontairement des portes ouvertes dans leurs programmes, et Microsoft le fait depuis 30ans, pour permettre au Services de renseignements en tout genre de fouiner partout, il ne faut pas s'étonner de tant de risque offerts aux adversaires, que les armes du net sont arrivés au même niveau de dissuasion que les armes nucléaires.

  • Mitchou le 08.05.2018 23:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un petit APT gentil embarqué dans un CV en Word/PDF et du powershell, et envoyé comme candidature spontanée et puis on verra ce que vaut la sécurité.... C'est du flan, du sable jeté à la figure. S'ils arrivent à sensibiliser les gens, on y gagnerait plus à mon avis.