Meurtres au Luxembourg

09 novembre 2018 08:00; Act: 09.11.2018 10:15 Print

Le policier arrêté en 2016 reste en prison

BERELDANGE - La demande de liberté, demandée pour le policier suspecté d'avoir tué sa sœur et l'ami de celle-ci en 2016, a été rejetée. Il nie toujours l'homicide volontaire.

storybild

Le jeune policier avait été interpellé après la mort de sa sœur de 29 ans et celui de l'ami de cette dernière. (photo: Editpress)

op Däitsch
Sur ce sujet

Le policier de 26 ans (au moment des faits) qui avait été interpellé le 29 septembre 2016 après la découverte de deux cadavres - celui de sa sœur de 29 ans et celui de l'ami de cette dernière - dans son appartement de Bereldange, reste dans l'immédiat en détention à Schrassig. La demande de remise en liberté a été rejetée la semaine dernière par la Chambre du conseil du tribunal d'arrondissement de Luxembourg.

L'avocat du policier, Me Rosario Grasso, s'en étonne: «Il n'y avait pourtant aucun danger de fuite, ni de récidive ou de danger d'obscurcissement des preuves. Mon client est fonctionnaire d'État et à ce titre il perçoit encore 50% de son traitement et sa vie est au Luxembourg. De plus, il n'a aucun antécédent judiciaire. C'est la raison pour laquelle je vais faire appel de cette décision», souligne-t-il.

L'avocat se réjouit néanmoins d'avoir obtenu, mercredi, la mainlevée d'une saisie sur un appartement appartenant au policier. «C'est un bien qui n'est pas lié à cette affaire et il n'y avait aucune raison qu'il ne continue pas à en bénéficier». Quant à son client, Me Rosario Grasso, assure qu'«il tient bon, même si c'est difficile». Le policier n'a pas changé de stratégie. «Il conteste totalement les faits d'homicide volontaire».

(L'essentiel/Gaël Padiou)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Egaal le 09.11.2018 08:56 Report dénoncer ce commentaire

    Donc on paie avec nos impots 50% du salaire d'une personne en prison ?! C'est n'importe quoi.

  • MarcC le 09.11.2018 09:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ancien policier et fonctionnaire d’état ne devrait pas avoir plus de droit que le commun des mortels et la loi doit s’appliquer à tous sans aucun privilège dû à sa fonction avant les faits.

  • lematonTeGuette le 09.11.2018 08:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    50% du salaire, tranquille et au calme pour la cantine...

Les derniers commentaires

  • serialKillerCop le 09.11.2018 16:26 Report dénoncer ce commentaire

    C'est fou comment la présomption d'innocence est défendue becs et ongles quand il s'agit d'un policier ?

    • Unicorn le 09.11.2018 17:11 Report dénoncer ce commentaire

      si vous vous référez à mon commentaire, la présomption d'innocence n'a pas besoin de défense, c'est un fait de droit que tout le monde devrait connaître, y compris les juges et avocats. Malheureusement, en pratique, c'est rarement le cas. Et je ne ménage certainement pas les policiers, des obéisseurs d'ordre, le genre de personnes pour lesquels j'ai le moins d'estime, mais cet inculpé n'est pas inculpé en tant que policier, je ne le considère ni coupable, ni innocent. Mais la justice est certainement coupable de ne pas encore avoir pris de jugement après 2 années!

  • Unicorn le 09.11.2018 14:19 Report dénoncer ce commentaire

    Comme toujours, face à un meurtre, et dans ce cas, cela reste à prouver, la Justice et surtout le Parquet à un besoin de paraître plus que d'être. Je rappelle que tant qu'il n'y a pas de jugement en dernière instance, on est présumé innocent, et je rappelle que le meurtre dans la commune de Weiler a abouti à la libération des accusés qui ont purgé des années en prison, et que l'Etat doit indemniser ... Donc revoyez un peu vos préjugés.

  • ilyadesmafieux le 09.11.2018 14:13 Report dénoncer ce commentaire

    la premiere chose qu''ils apprenent aux policiers c'est de ne rien dire car c'est la meilleure defense quand les preuves ont etes maquillees.. Ca lui garantit le salaire, la liberation et l'indemnisation lorsqu'il y aura abandon de charges... idée venue par un policier lui même et en fonction...

  • Brubrubogos le 09.11.2018 12:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la partie civile doit être dans tous ses états Beaucoup d éléments accablent ce policier il semblerait que dans le passé sa mère est décédée dans des circonstances troubles. il y a contre lui beaucoup d éléments à charge même s il ne a pas avoué.

    • Unicorn le 09.11.2018 17:17 Report dénoncer ce commentaire

      c'est ce que l'on appele des circonstances concordantes, ce ne sont ni des preuves, ni des indices. Condamner une personne sur circonstances concordantes, c'est certainement un jugement qui repose sur de très faibles arguments. Dommage, au parquet il n'y a pas d'inspecteur Colombo, capable de combler les lacunes d'une enquête.

  • Lil Pidgi le 09.11.2018 12:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    au moins pendant ce temps la il pourra rendre visite aux autres criminels qu-il a lui même arrêté ..