Santé au Luxembourg

01 février 2016 12:24; Act: 01.02.2016 14:28 Print

Le prince Louis a appris à vivre avec sa dyslexie

LUXEMBOURG - Le prince Louis de Luxembourg raconte comment la dyslexie, diagnostiquée à l'âge de 10 ans, accompagne sa vie. Son épouse Tessy est d'une grande aide.

storybild

«C'est un grand soulagement pour moi de pouvoir en parler, parce que c'est un problème contre lequel je dois lutter toute ma vie», explique le prince Louis. (photo: Editpress)

op Däitsch
Sur ce sujet

«Je n'ai jamais surmonté la dyslexie, je l'ai acceptée», témoigne le prince Louis de Luxembourg, 29 ans, dans les colonnes du Luxemburger Wort. En marge d'un forum international, organisé au European Convention Center du Kirchberg, sur les troubles de l'apprentissage, le troisième fils du Grand-Duc Henri rappelle qu'on lui a diagnostiqué la dyslexie à l'âge de 10 ans. Un diagnostic très difficile à accepter mais qui répondait enfin à une question: «Je ne comprenais pas pourquoi il y avait une différence entre mes résultats et ceux de mes camarades», cite le Tageblatt.

«C'est un grand soulagement pour moi de pouvoir en parler, parce que c'est un problème contre lequel je dois lutter toute ma vie», ajoute encore Louis, qui précise que son épouse Tessy corrige tout ce qu'il écrit. Le prince, qui étudie la psychologie sociale à la Birkbeck University de Londres, cherche un emploi dans le secteur social. S'il accepte ses failles et ses échecs, il préfère aujourd'hui se concentrer sur ses points forts.

(L'essentiel/dpa)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Madior le 01.02.2016 13:47 Report dénoncer ce commentaire

    c'est très courageux d'exposer ainsi ses faiblesses pour sensibiliser sur ce trouble dont sont victimes beaucoup d'enfants.

  • Emile le 01.02.2016 19:03 Report dénoncer ce commentaire

    C'est assez curieux de remarquer que pratiquement tous les enfants du couple grand-ducal, sont allés étudier en Angleterre, mais dans des universités plus que médiocres...

  • Patrick le 01.02.2016 14:54 Report dénoncer ce commentaire

    "Accepter ses faiblesses est une force"... Bravo...-)

Les derniers commentaires

  • M Gauthier le 02.02.2016 14:04 Report dénoncer ce commentaire

    Il ferait bien de soigner son hétérophorie: ce discret trouble de la vision binoculaire est LA cause des « dys » (dyslexie, discalculie, etc). Il y gagnerait tout de suite une meilleure posture car celle-ci vient des yeux (Magnus 1928). Et, si il a des migraines, il est à parier qu’elles disparaîtraient: la grande majorité des migraines sont ophtalmiques. Le traitement à base de micro-secteurs et, éventuellement de prismes donne d’excellents résultats RAPIDEMENT. Pas besoin de nombreuses séances ni de nombreux intervenants. Hélas, c’est encore peu connu.

  • olga le 02.02.2016 06:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @emile:ce n est pas de ça que le discussion s agit !

  • Victor Spidgrand le 01.02.2016 22:42 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo

  • Denise le 01.02.2016 21:56 Report dénoncer ce commentaire

    Son témoignage l'honore. Tessy est une belle et bonne personne, certainement la femme qui lui fallait. Quant à ses recherches d'emploi, au vue de "sa carte de visite" je ne m'inquiète pas pour lui...

  • Moi2 le 01.02.2016 19:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En sachant que certains inspecteurs de l'enseignement fondamental ne croient pas à ce mal mais prétendent que ce mal est acquis lors des premières années à l'école, j'espère que ceci leur éclate à la figure!

    • G. Welter le 02.02.2016 23:57 Report dénoncer ce commentaire

      Je ne peux que souscrire cela ! Altesse, courage !!