Au Luxembourg

12 novembre 2019 09:00; Act: 12.11.2019 09:29 Print

Le psychologue, garant d'une bonne santé

LUXEMBOURG - Des psychologues travaillent pour améliorer le bien-être physique, une pratique bien ancrée au Grand-Duché.

storybild

Le psychologue de la santé aide notamment les patients à affronter une maladie.

Sur ce sujet
Une faute?

Qu'est-ce qui conduit les gens à adopter des comportements à risque pour leur santé? Comment les amener à faire de meilleurs choix? Et, lorsque la maladie frappe, comment aider le patient à affronter les épreuves qui l'attendent? Voici des questions auxquelles le psychologue de la santé tente de répondre.

Si la discipline est nouvelle dans de nombreux pays, elle est bien ancrée au Luxembourg. «Le Domaine thermal de Mondorf et les hôpitaux la pratiquaient déjà il y a vingt ans», note le Dr Gilles Michaux, psychothérapeute du GesondheetsZentrum des Hôpitaux Robert Schuman et membre de la Société luxembourgeoise de psychologie.

Plusieurs formations

La pratique du psychologue de la santé tourne autour de deux axes. «Elle vient en soutien à des patients pour affronter une maladie, en les préparant, par exemple, pour une intervention chirurgicale. Mais elle sert aussi à prévenir les maladies grâce à un mode de vie sain. Elle peut ainsi être utilisée pour combattre l'obésité ou le tabagisme, gérer le stress», détaille le Dr Gilles Michaux. «Cela peut consister à analyser le comportement d'un fumeur, pour lui proposer une habitude plus saine à substituer à celle de fumer».

L'Uni propose des formations. Les diplômés trouvent des débouchés dans divers milieux: hôpitaux, instituts de promotion de la santé, cabinets, entreprises…

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • loi le 12.11.2019 11:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Est il normal qu’ une personne agressée par la violence psychologique et discriminations de ces collègues chef au pont de la rendre malade ,doit se protéger en congé maladie . Pourquoi la loi n existe pas contre les groupes d amis qui font leur loi au travail

  • la trois le 12.11.2019 09:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    si nos responsables d'entreprises, de bureau, de communes,.... faisaient de même, les gens iraient tous les jours travailler avec le sourire, l'envie et la volonté

  • Tatjana le 12.11.2019 17:02 Report dénoncer ce commentaire

    Méfions nous des psychologues e des psychiatres!!!!

Les derniers commentaires

  • respect le 13.11.2019 16:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Unicorn : oui le paquet devrait vérifier si la victime a été privée d informations ou a informé au préalable son boss des agressions ou propos agressifs et contrôler les harceleurs si ils ont bien fait leur travail ( noir sur blanc ) et voir si les agresseurs ont eu des avertissements pour agressions récidivistes

  • Tatjana le 12.11.2019 17:02 Report dénoncer ce commentaire

    Méfions nous des psychologues e des psychiatres!!!!

  • loi le 12.11.2019 11:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Est il normal qu’ une personne agressée par la violence psychologique et discriminations de ces collègues chef au pont de la rendre malade ,doit se protéger en congé maladie . Pourquoi la loi n existe pas contre les groupes d amis qui font leur loi au travail

    • Unicorn le 12.11.2019 17:12 Report dénoncer ce commentaire

      c'est plus du domaine du harcèlement, et il y a toujours les deux côtés de la médaille. Qui a raison, celui qui tient le rôle de la victimisation, ou ceux qu'il accuse de harcèlement? C'est vrai que le Gouvernement devrait légiférer au pénal à travers une équipe d'enquêteurs du Parquet, mais parfois, ces harcèlements sont aussi d'ordre politique dans les administrations de l'Etat ..

  • la trois le 12.11.2019 09:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    si nos responsables d'entreprises, de bureau, de communes,.... faisaient de même, les gens iraient tous les jours travailler avec le sourire, l'envie et la volonté