À Londres

17 septembre 2021 17:52; Act: 17.09.2021 18:37 Print

Le retour tant attendu des défilés à la Fashion Week

Après plusieurs éditions reléguées essentiellement en ligne par la pandémie, les défilés ont repris à Londres vendredi pour une Fashion Week porteuse d'espoirs pour l'industrie de la mode.

storybild

(photo: AFP/Tolga Akmen)

Sur ce sujet
Une faute?

En février, la Fashion Week de Londres s'était tenue dans un format 100% virtuel, les défilés avec public étant proscrits dans un pays en plein confinement. Cette fois, «cet événement international revient pour marquer la réouverture culturelle tant attendue de Londres», s'est félicité le British Fashion council, qui représente l'industrie.

Au programme de ces cinq jours consacrés aux collections printemps-été 2022, 28 défilés dont ceux de stylistes bien établis comme le Britannique Edward Crutchley, la Serbe Roksanda ou l'Irlandaise Simone Rocha, dont la marque fête ses dix ans. Mais aussi deux absents remarqués: l'ex-Spice girl reconvertie créatrice de mode Victoria Beckham et la maison de luxe Burberry.

Le styliste Saul Nash, 28 ans, a ouvert le bal des défilés vendredi matin, avec une collection sportswear explorant son adolescence à Hackney, quartier du nord-est de Londres. Le styliste, qui est aussi danseur et chorégraphe, place la liberté de mouvement au cœur de ses créations, des pièces fluides dotées de manches ou capuches amovibles.

La chemise à manches courtes, partie intégrante de l'uniforme des écoliers anglais, est revisitée avec des empiècements en tissu respirant et une fermeture éclair, pour un look chic et décontracté. Sur un survêtement, une image déformée de la carte de transports de Saul Nash enfant sert d'imprimé. Dans un tout autre style, place au faste chez le Britannique Edward Crutchley avec des robes bouffantes vert anis ou aux imprimés fleuris. Ici les étoffes sont chatoyantes et le luxe apparent.

Tandis que certains stylistes renouent avec les défilés, d'autres préfèrent présenter leurs collections sur rendez-vous uniquement ou sous forme de vidéos visibles sur la plateforme de la Fashion Week, lancée en juin 2020 pour s'adapter au contexte sanitaire.

Michael Halpern, créateur américain de 32 ans, a ainsi dévoilé une collection flamboyante - robes à sequins à plumes ou tout en drapés - dans un court film tourné au Royal Opera House, avec pour mannequins les danseurs qui joueront de nouveau devant un public le mois prochain après une pause de plus d'un an.

131 marques présentes

Au total, 131 marques seront présentes lors du rendez-vous londonien qui succède à la Fashion Week de New York et précède celle de Milan. Parmi les talents émergents figure la créatrice albanaise basée à Londres Nensi Dojaka, fondatrice de la marque éponyme, qui présente son tout premier défilé vendredi.

Diplômée de la prestigieuse école de mode Central Saint Martins, à Londres, la styliste de 27 ans vient de remporter le prix LVMH 2021 pour les jeunes talents après avoir séduit le jury avec ses créations glamour et robes nuisettes noires. Le secteur de la mode britannique, qui employait quelque 890 000 personnes en 2019, espère rebondir après avoir souffert de la pandémie.

croissance de plus de 26% d'ici 2025

Selon des données d'Oxford Economics pour la Fédération des industries créatives et la fédération Creative England, «avec les bons investissements», le secteur de la création pourrait récupérer plus rapidement que l'économie britannique dans son ensemble.

Cette étude anticipe une croissance de plus de 26% d'ici 2025 pour le secteur des industries créatives et une contribution de 132,1 milliards de livres (154 milliards d'euros) à l'économie britannique, soit plus de 28 milliards de livres de plus qu'en 2020. En juillet, Burberry avait annoncé que lors de son premier trimestre décalé, ses ventes avaient retrouvé leur niveau d'avant la pandémie. En revanche le chiffre d'affaires en Europe continuait à souffrir du manque de touristes.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • bonsens le 18.09.2021 05:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est la mode Elizabeth 2 version 1950

Les derniers commentaires

  • bonsens le 18.09.2021 05:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est la mode Elizabeth 2 version 1950