Le Luxembourg et la mer

28 septembre 2021 21:09; Act: 08.10.2021 11:21 Print

Le «Sanderus», modèle de pavillon luxembourgeois

ANVERS/LUXEMBOURG - Le Grand-Duché existe aussi dans le secteur maritime. Le point sur la situation avec un dragueur de Jan De Nul, sous pavillon luxembourgeois.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

De tous les pays enclavés, sans le moindre accès la mer, le Luxembourg possède le plus grand registre maritime. Sous pavillon luxembourgeois, depuis 1993, la flotte est ainsi passée de 54 navires à 216 en 2020. Dans ce marché de niche, le Grand-Duché abrite des petits transporteurs, des remorques, des navires de ravitaillement et des dragueurs.

Et c’est justement sur une drague de Jan De Nul Group, en activité sur l’Escaut au port d’Anvers, que le ministre de l’Économie Franz Fayot s’est déplacé, ce mardi 28 septembre 2021, pour faire le point sur le registre maritime luxembourgeois. «La société Jan De Nul, basée à Capellen et qui emploie 600 personnes au Grand-Duché, fait figure de modèle pour le "green shipping"», a-t-il souligné. «Notre commissariat aux Affaires maritimes s’est fixé comme objectif de favoriser un transport maritime respectueux de l’environnement et faible en émission».

«Le Luxembourg a fait ses preuves dans le secteur maritime»

Des caractéristiques propres au «Sanderus», navire de 111,7 m de long, que nous avons eu la chance de visiter en pleine activité de dragage d’entretien dans le port d’Anvers. Grâce à ce nouveau navire à émissions ultra-faibles, Jan De Nul a pour objectif d’empêcher l’émission de nanoparticules et ainsi, diminuer la pollution.

«Depuis 30 ans, le Luxembourg a fait ses preuves dans le secteur maritime», s’est félicité Robert Biwer, commissaire du gouvernement aux Affaires maritimes. «Cela reste une activité de niche, mais cela nous permet de favoriser le développement économique et la diversification de l’économie luxembourgeoise. Nous disposons ainsi d’activités réelles au Grand-Duché avec un registre et des navires de qualité». Et David Lutty, directeur de Jan De Nul Groupe, de confirmer qu’il apprécie particulièrement «l’attitude très pragmatique du gouvernement luxembourgeois».

(Frédéric Lambert/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Zorro le 29.09.2021 09:35 Report dénoncer ce commentaire

    Sans des accords fiscaux avantageux, cette société n'aurait jamais atteri ici

  • Angloy le 29.09.2021 09:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La flotte sous pavillon luxembourgeois varie beaucoup. Par exemple, le dragueur "Marieke", sous pavillon luxembourgeois en 2011, est maintenant sous pavillon belge, sans avoir changé de propriétaire.

  • Unicorn le 28.09.2021 22:16 Report dénoncer ce commentaire

    Et combien d'employés luxembourgeois sur ces bateaux? Cela sent encore les entreprises de type "boite postale" dont le seul but justifiant leur existence dans le pays c'est d'optimiser leurs impôts.

Les derniers commentaires

  • Cette fois ce sera l'avant dernière le 29.09.2021 14:59 Report dénoncer ce commentaire

    C'est pas parce que ma Porsche est entretenue au Lux qu'elle est Luxo...idem pour ce bateau, il n'a que la "plaqueL" ...Ils sont tout fiers, c'est mimi, je trouve, candide...

  • veritis le 29.09.2021 13:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pavillon Luxembourgeois c'est juste une histoire de paradis fiscal

  • Tensi Robert le 29.09.2021 13:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J'ai travaillé 13 ans pour eux, je suis maintenant pensionné du Luxembourg depuis 2013 avec 20 ans comme marin Luxembourgeois.

  • Angloy le 29.09.2021 09:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La flotte sous pavillon luxembourgeois varie beaucoup. Par exemple, le dragueur "Marieke", sous pavillon luxembourgeois en 2011, est maintenant sous pavillon belge, sans avoir changé de propriétaire.

    • Cette fois ce sera l'avant dernière le 29.09.2021 15:00 Report dénoncer ce commentaire

      Ils ont même un demi A400...

  • Zorro le 29.09.2021 09:35 Report dénoncer ce commentaire

    Sans des accords fiscaux avantageux, cette société n'aurait jamais atteri ici