Emploi au Luxembourg

19 février 2020 08:00; Act: 19.02.2020 13:05 Print

Le secteur de l'hôtellerie cherche à attirer les jeunes

LUXEMBOURG - Les métiers de l'hôtellerie-restauration emploient 20 500 personnes et ont besoin d'améliorer l'image qu'en ont les jeunes.

storybild

Caroline Esch et Clovis Degrave ont pour mission de donner envie aux jeunes d'exercer leur métier dans l'hôtellerie-restauration.

Sur ce sujet
Une faute?

«Ce n'est pas simple d'être une femme dans ce métier», confie Caroline Esch, 24 ans, à la tête du Pavillon Eden Rose, à Kayl, depuis le mois de juin dernier. «C'est un monde qui est encore très machiste, mais il faut être tenace et y croire. Je suis contente et très fière d'avoir aujourd'hui mon restaurant, même si cela n'a pas été évident tous les jours», ajoute-t-elle.

Elle a été sélectionnée, comme huit autres chefs et serveurs/barmans, comme ambassadeurs de l'Horesca pour encourager les jeunes à se lancer dans ce métier. «Le secteur peut souffrir d'une image erronée véhiculée par les réseaux sociaux, la télévision et ses nombreuses émissions de téléréalité», déplore la jeune chef. «C'est important d'aimer ce que l'on fait et d'être passionné», complète-t-elle.

Une passion que partage Clovis Degrave, ambassadeur lui aussi. «Je connais ce métier depuis que je suis tout petit par le biais de mes parents. J'aime aussi le faire découvrir aux jeunes», indique-t-il. Selon le jeune chef et gérant de l'Hostellerie du Grünewald, dans la capitale, «ce métier a beaucoup évolué ces dernières années. On ne fait plus de longues journées en coupé. Certains travaillent pour le service du midi, d'autres pour celui du soir». L'argument du salaire qui peut vite devenir intéressant et l'évolution dans l'entreprise peuvent finir de convaincre des jeunes.

(Marion Mellinger/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Serveur le 19.02.2020 09:59 Report dénoncer ce commentaire

    améliorer l'image d'un métier qui exploite et paie un salaire de misère? Il faudra faire beaucoup d'efforts

  • batman le 19.02.2020 09:50 Report dénoncer ce commentaire

    faudrait mieux les payer

  • leglaude le 19.02.2020 09:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le secteur cherche tout simplement de la main d'oeuvre pour faire la basse besogne. métier ingrat sans reconnaissance. j'admire tous ces gens en salle et en cuisine qui sont à la merci d'un potentat qui n'a que pour lui les éloges.

Les derniers commentaires

  • lea le 20.02.2020 13:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Exactement les jeunes sont paresseux ils veulent pas travailler couper leur les vivres est vous verrez

  • lea le 20.02.2020 13:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au chômage il y en a beaucoup , on attend quoi , ceux qui veulent pas travailler pas de salaire de la part de l adem c est aussi simple en va ou la

  • lapgi le 20.02.2020 07:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Après 40 années dans la restauration enfin la retraite,pas évident tous les jours,une vie de famille impossible le peu de temps libre,repos car il faut assurer le service du soir j’ai aimé mon métier dans l’entreprise pendant 30ans mais je ne voudrais plus recommencer

  • MPI le 20.02.2020 02:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mon fils à fait des périodes d’apprentissage dans deux restaurants différents bien renommés mais dans l un le chef voulait pas d’apprentis, dans l’autre il faisait tout sauf apprendre le métier et tout pour 500 € par mois. Les horaires d’un apprentis sont bien définis par la loi mais aucun des deux patrons n’y tenait compte il dépassé tous les jours d’une heure, et il était pas rémunéré l’heure la. Tous des profiteurs

  • moi le 20.02.2020 00:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est pas que le métier ne soit pas intéressant, c’est le salaire qui est pas valorisé