Au Luxembourg

29 juin 2020 15:19; Act: 29.06.2020 15:46 Print

Le secteur de la santé à nouveau plus autonome

LUXEMBOURG - Les acteurs du système de santé se chargent de commander des équipements de protection de manière indépendante depuis le début du mois.

storybild

L'unité logistique a interrompu ses travaux le 1er juin.

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, tous les acteurs du secteur de la santé ont travaillé en étroite collaboration pour garantir les meilleurs soins possibles aux patients et les meilleures conditions de travail possibles aux soignants. Ils ont aussi œuvré ensemble pour éviter les goulots d'étranglement au niveau des équipements. Jusqu'à présent, une équipe logistique de 45 personnes a pris en charge les commandes d'équipements de protection et de médicaments pour garantir une réserve au niveau national.

Dans une phase suivante, chaque fournisseur de service doit prendre en charge ses propres commandes. Ce qui soulève des questions des députés CSV Martine Hansen et Marc Spautz, qui veulent savoir pourquoi ces démarches ont été entreprises le 1er juin et comment les acteurs du système de santé s'assurent d'être correctement servis.

La réserve nationale continue

Dans sa réponse, la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) explique qu'il s'agit uniquement d'arrêter les activités de l'unité logistique, et pas de réduire le stock national d'équipements de protection.

Les acteurs de la santé s'étaient fédérés en raison de la situation critique sur le marché international. La situation s'est à nouveau normalisée, de sorte que les prestataires peuvent désormais passer des commandes de manière indépendante. Afin d'éviter une interruption brutale de la distribution des équipements, un approvisionnement supplémentaire de 30 jours a été mis à la disposition des personnes concernées.

Le gouvernement prévoit également de «créer une réserve nationale des matériaux de protection et de divers médicaments» en cas de goulots d'étranglement à l'avenir, a aussi indiqué Paulette Lenert.

(lm/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • parrrtyyyy le 29.06.2020 16:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    « et les meilleures conditions de travail possibles aux soignants » si on veut oui . au confinement dans notre centre de soin , on avait le droit au masque que après nous être changé dans les vestiaires. Puis sans protection masque les employés prenaient les escaliers( ascenseur) pour regagner leur salle de service où nous étaient disponibles les masques . mais entre temps ça positionne ça discute ça rit ça atchoum et laisse des trace .. covid 19 éventuellement aussi . lors du confinement on ne trouvait des masques nul part pour acheter personnellement et l état disait que ceux en tissus à ce moment-là était inutile . Pourtant on l a dit aux responsables mais bon , ils s en fichent de la sécurité de leurs employés . €€€

  • eber le 29.06.2020 16:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qui a occupe des commandes ou entretiens des lève malades dans les centres de soin ? L état ou la direction des Centres ?

Les derniers commentaires

  • eber le 29.06.2020 16:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qui a occupe des commandes ou entretiens des lève malades dans les centres de soin ? L état ou la direction des Centres ?

  • parrrtyyyy le 29.06.2020 16:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    « et les meilleures conditions de travail possibles aux soignants » si on veut oui . au confinement dans notre centre de soin , on avait le droit au masque que après nous être changé dans les vestiaires. Puis sans protection masque les employés prenaient les escaliers( ascenseur) pour regagner leur salle de service où nous étaient disponibles les masques . mais entre temps ça positionne ça discute ça rit ça atchoum et laisse des trace .. covid 19 éventuellement aussi . lors du confinement on ne trouvait des masques nul part pour acheter personnellement et l état disait que ceux en tissus à ce moment-là était inutile . Pourtant on l a dit aux responsables mais bon , ils s en fichent de la sécurité de leurs employés . €€€