Santé au Luxembourg

30 mai 2018 19:12; Act: 31.05.2018 12:14 Print

Le tiers payant généralisé ne s'impose pas

LUXEMBOURG - À l'issue d'une réunion quadripartite sur la santé au Grand-Duché, les partenaires sociaux et le gouvernement se sont séparés sur un constat d'échec.

storybild

Carlos Pereira, représentant des salariés à la CNS pour l'OGBL, ne comprend pas l'attitude de l'AMMD. (photo: Faussems)

Sur ce sujet
Une faute?

Sans surprise, le gros morceau de cette réunion quadripartite de printemps portait sur l'introduction du tiers payant généralisé. Face à l'hostilité de l'Association des médecins et médecins dentistes (AMMD), les partenaires sociaux ainsi que les deux ministres de la Sécurité sociale et de la Santé n'ont pu que retarder son introduction. «Je ne comprends pas l'attitude de l'AMMD. Peu importe que ce soit la CNS qui paie directement les médecins ou que ce soient les patients qui se font ensuite rembourser», a regretté Carlos Pereira, représentant des salariés à la CNS pour l'OGBL.

De son côté, le président de l'AMMD, Alain Schmit, estime que «de plus en plus d'obstacles administratifs empêchent les médecins de faire leur métier qui est de soigner les patients. Nous voulons que le patient et sa santé reviennent au centre des préoccupations de la médecine au Luxembourg», a-t-il fait valoir à l'issue de la réunion.

La Sécurité sociale en bonne santé

Le ministre de la Sécurité sociale, Romain Schneider, a refusé de parler d'un échec. «La Chambre des députés m'a chargé d'ouvrir la discussion sur le tiers payant généralisé. Si près des législatives, on sait qu'un texte ne pourrait plus être voté par cette majorité», a-t-il résumé. Chaque parti en lice pour les élections devra ainsi se positionner sur la question dans son programme électoral.

À propos des finances de la Sécurité sociale, elles se portent à merveille. Fin 2017, les réserves ont atteint 737 millions d'euros alors que fin 2019, elles pourraient atteindre le milliard d'euros.

À l'issue d'une réunion quadripartite sur la santé au Grand-Duché, les partenaires sociaux et le gouvernement se sont séparés sur un constat d'échec.

(Patrick Théry/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • LiliAngelOrDemon le 31.05.2018 08:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En France et Allemagne ça fonctionne très bien, pourquoi ici ça ne fonctionnerait pas

  • torolkozo le 30.05.2018 19:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il n'y avait rien d'autre attendre de l'AMDD qui défend sa caste sans vraiment vouloir en faire plus, mais si on les laisse faire c'est vrai qu'ils auraient tort de se priver ...

  • Luxo le 31.05.2018 17:34 Report dénoncer ce commentaire

    @Siegfried. Même si le tiers payant devient une réalité au GDL, rien ne vous empêchera de payer directement votre médecin et même sous la table. Le système actuel de remboursement individuel a un coût énorme pour la caisse. Le tiers payant est une mesure de justice social et évitera à certains de reporter leurs soins. Même si ils sont remboursés pendant quelques semaine cet argent manque dans le budget pour régler les factures courantes.

Les derniers commentaires

  • Luxo le 31.05.2018 17:34 Report dénoncer ce commentaire

    @Siegfried. Même si le tiers payant devient une réalité au GDL, rien ne vous empêchera de payer directement votre médecin et même sous la table. Le système actuel de remboursement individuel a un coût énorme pour la caisse. Le tiers payant est une mesure de justice social et évitera à certains de reporter leurs soins. Même si ils sont remboursés pendant quelques semaine cet argent manque dans le budget pour régler les factures courantes.

    • alex le 06.06.2018 12:01 Report dénoncer ce commentaire

      bravo et meme beaucoup de médecin se font payer sous la table. Tout le monde se tait comme l'ane le museau dans le sac. d'avoine.

  • Paul le 31.05.2018 15:07 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne comprends pas pourquoi les patrons interviennent dans cette discussion. Ils doivent payer pour les maladies et accidents professionnels (y compris pour les maladies causées par le travail, comme le burn out). Mais ils ne doivent plus payer une part patronale dans la caisse de maladie et en contrepartie ils doivent augmenter le salaire des salariés de la part patronale qu’ils payent maintenant.

  • Le petit patient le 31.05.2018 11:07 Report dénoncer ce commentaire

    Dommage qu'il n y a pas de nouvelles sur la conférence de presse conjointe de la CMCM et de la Patiente Vertriedung (Assoc. pour les droits des patients) à voir sur le site de la Patiente Vertriedung

  • Monique Breton le 31.05.2018 10:40 Report dénoncer ce commentaire

    mbe Le système luxembourgeois repose sur une nomenclature d'actes assortis de prix fixes et obligatoires. Or de nombreux médecins et dentistes refusent de la respecter et imposent des suppléments de "conventiosn personnelles"sans obtenir l'accord préalable du patient. Il arrive aussi que le médecin classe son acte dans une catégorie plus chère. Or le système du tiers payant généralisé va assainir ces pratiques . Les médecins honnêtes n'ont rien à redouter d'un système qui va leur simplifier la vie. La CNS et les patients doivent continuer leur combat.

    • lola le 31.05.2018 11:42 Report dénoncer ce commentaire

      ça ne simplifie pas la vie des médecins mais leur met une charge administrative dont le patient n'a pas idée. Et je ne vois pas en quoi le tiers-payant garantirait d'autres prix???

    • Hola le 31.05.2018 13:30 Report dénoncer ce commentaire

      il garantit que la facturation suive les bar^mes et non les fantaisies du médecin. Il facture de trop, il n'est pas payé. C est pas au patient de rester assis sur les dégâts

  • Alain le 31.05.2018 09:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    de plus en plus d obstacle M. Schmit quand vous vous rendez chez le medecin vous êtes plus qu un numéro et vous devez passer à la caisse le plus vite possible !!!!!!! ça c est la réalité aujourd hui !!!!!!!

    • Angie le 31.05.2018 17:31 Report dénoncer ce commentaire

      Faux les médecins généralistes ont des patients pas des numeros