Au Luxembourg

19 juin 2019 16:20; Act: 20.06.2019 13:54 Print

Le traitement des données va être étudié

LUXEMBOURG - Les ministres de la Justice et de la Sécurité intérieure ont été interrogés, pendant quatre heures, sur les «fichiers bis».

storybild

Les ministres Félix Braz et François Bausch ont été soumis au feu des questions des députés. (photo: Martine may)

Sur ce sujet
Une faute?

Mercredi matin, à la demande du parti déi Lénk, les ministres de la Justice, Félix Braz, et de la Sécurité intérieure, François Bausch, sont passés sous le feu des questions au sein d'une commission conjointe Sécurité intérieure-Justice pour évoquer l'existence de ces fameux fichiers bis, dénoncés par Valentin Fürst, un jeune juriste luxembourgeois.

«Je suis sidéré que des milliers de fichiers de Luxembourgeois soient stockés par la police et consultés par au moins 2 000 agents et transférés aux autorités judiciaires sans qu'il y ait eu condamnation, instruction... On a appris aussi qu'il existait un fichier bis au niveau du parquet. C'est d'ailleurs celui-ci qui est au centre de cette affaire. Tout cela est contraire à la loi sur la protection des données d'août 2018. Les pratiques n'ont pas changé», s'est insurgé le vice-président CSV de la commission de la justice, Gilles Roth.

«Transparence»

De son côté, le député déi Lénk, Marc Baum, a loué l'attitude de François Bausch, «conscient des problèmes liés à la protection des données et qui joue la transparence», tandis que le ministère de la Justice et le parquet font «la sourde oreille». «Il n'y a pas de casiers bis, ni de fichiers secrets. La base légale est respectée. On peut s'interroger en revanche sur l'application», a dit Félix Braz.

François Bausch, soucieux d'apaiser les esprits, a précisé que l'Inspection générale de la police et la Commission nationale de protection des données allaient mener une étude sur le traitement des données, leur fondement légal, la durée de conservation...

Reportage de Jonathan Vaucher et Patrick Théry pour «L'essentiel Radio»

(Gaël Padiou/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Luxo le 20.06.2019 00:10 Report dénoncer ce commentaire

    Non! Avoir des fichier bis est inacceptable dans un pays qui se veut démocratique! Nous pouvons tous remercier monsieur Valentin d'avoir eu le courage de dénoncer l’existence des fichiers secrets.

  • Mimivergetures le 19.06.2019 20:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quand on a rien à cacher...aucun problème avec ces fichiers bis ;-)

  • Luxo le 19.06.2019 17:58 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut absolument garder ces fichiers bis, les délits, si petits qu'ils soient, doivent restés répertoriés toute la vie!

Les derniers commentaires

  • Luxo le 20.06.2019 00:10 Report dénoncer ce commentaire

    Non! Avoir des fichier bis est inacceptable dans un pays qui se veut démocratique! Nous pouvons tous remercier monsieur Valentin d'avoir eu le courage de dénoncer l’existence des fichiers secrets.

    • @Luxo le 20.06.2019 09:54 Report dénoncer ce commentaire

      une fois oui...une fois Non. Tu peux te decider ?

  • Mimivergetures le 19.06.2019 20:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quand on a rien à cacher...aucun problème avec ces fichiers bis ;-)

    • @Mimivergetures le 19.06.2019 23:01 Report dénoncer ce commentaire

      Ce n’est pas vous qui choisissez ce que vous pourriez vous reprochez , il vous est objectivement impossible de savoir si vous n'avez rien à cacher

  • Luxo le 19.06.2019 17:58 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut absolument garder ces fichiers bis, les délits, si petits qu'ils soient, doivent restés répertoriés toute la vie!