Au Luxembourg

30 août 2019 07:00; Act: 30.08.2019 13:07 Print

Le tramway a profité des congés pour avancer

LUXEMBOURG - Luxtram a demandé l'autorisation de travailler durant les congés collectifs, afin de faire progresser les travaux du tram dans les grands carrefours.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Pendant que la plupart des chantiers étaient à l'arrêt durant les congés collectifs, les travaux du tram, eux, n'ont pas connu de pause estivale cette année. Une centaine d'ouvriers étaient à pied d'œuvre, durant ces quinze jours en août, afin de faire progresser le tronçon entre la place de l'Étoile et la Gare centrale. Luxtram voulait profiter de ce que les automobilistes étaient en vacances pour finaliser au maximum les chantiers sur les grands carrefours. Les quatre nouvelles stations doivent en être mises en service fin 2020.

Ce n'est pas la première fois que Luxtram demande à travailler durant les congés collectifs. «C'était déjà le cas en 2016. Quand le tronçon au niveau du Kirchberg était en cours de réalisation. Cela permet de bien avancer. Mais il faut obéir à des règles bien précises. Nous avons le droit de travailler à des endroits spécifiques seulement et ce sont les entreprises qui demandent le congé. Nous ne pouvons donc pas changer de firmes en cas d'imprévu ou renforcer les équipes», note Helge Dorstewitz, directeur nouvelles lignes chez Luxtram.

Des rails déjà posés

Place de l'Étoile, la plateforme et les rails ont ainsi été posés. L'objectif était «de libérer une voie de trafic pour l'ouverture de la Schueberfouer, ainsi que sur le carrefour de l'avenue Émile-Reuter et du Boulevard Joseph II», détaille Helge Dorstewitz. Place de Bruxelles également, les rails ont été posés et le béton coulé. Aux abords de la Gare centrale, le but visé est de suspendre les travaux le temps de la braderie, le 2 septembre. «Nous nous sommes coordonnés avec les commerçants, pour leur laisser un maximum de place pour leurs stands». Dans le prolongement, avenue de la Liberté, les déviations de réseaux, prérequis à la pose des rails, ont été effectuées.

Du côté du Boulevard Royal, où le chantier doit se partager l'espace avec deux projets immobiliers réalisés par des tiers, c'est plus compliqué. «Cela demande une très étroite coordination avec tous les acteurs impliqués mais pour le moment, nous sommes dans les temps», évalue Helge Dorstewitz.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.