Au Luxembourg

16 novembre 2016 13:01; Act: 16.11.2016 14:26 Print

Les aides baissent pour la production audiovisuelle

LUXEMBOURG - Le Fonds national de soutien à la production audiovisuelle a dépensé 35,7 millions d’euros en 2015 pour soutenir une cinquantaine de projets.

storybild

Guy Daleiden, directeur du Film Fund, explique que les montants accordés à chaque projet ont tendance à baisser. (photo: L'essentiel/Thomas Holzer)

op Däitsch
Sur ce sujet

Plus de 35,7 millions d’euros d’aides ont été accordés par le Film Fund au cours de l’année 2015, soit 4 millions d’euros de moins qu’en 2014. Une différence parfaitement explicable pour Guy Daleiden, directeur du Film Fund. «Certains films n’aboutissent pas et l’argent est ensuite retourné au Fonds. C’est pourquoi nous disposions d’autant de moyens en 2014. En réalité notre budget se situe chaque année autour de 30 millions d’euros».

Le directeur reconnaît en revanche que les montants accordés à chaque projet ont tendance à baisser: «Il y a de plus en plus de demandes et de sociétés de production. C’est un choix à faire, soit on devient plus sévère, soit on réduit les parts». L’année passée, la moitié des 102 demandes ont bénéficié d’un soutien. Seuls les réalisateurs luxembourgeois ont reçu plus de deux millions d’euros d’aide. Trois millions d’euros ont par exemple été accordés à Alexandre Espigares pour «Croc Blanc».

«Le Luxembourg a besoin d'une quinzaine de longs métrages par an»

«Le nombre croissant de films luxembourgeois est une bonne chose», explique Guy Daleiden. Car le secteur local du cinéma doit faire face à de nouveaux défis, notamment la baisse du nombre de coproductions françaises: «Nous sommes passés d’une dizaine par an en 2012 à deux ou trois aujourd'hui, après que la France a choisi de favoriser la production sur son territoire. Or le Luxembourg a besoin d’une quinzaine de longs métrages par an pour faire vivre le millier de personnes qui travaillent dans le cinéma», détaille le directeur du Film Fund.

Pour faire face à cette nouvelle donne, le Film Fund va désormais davantage se tourner vers la Belgique, l’Allemagne ou encore le Canada.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.