Jean-Claude Juncker

10 avril 2013 09:13; Act: 10.04.2013 12:57 Print

«Les classes moyennes sont essentielles»

LUXEMBOURG - Le Premier ministre s'exprimait ce mercredi devant les députés. Retrouvez son discours sur «L'essentiel Online».

Lecteur vidéo non chargé:
Adobe Flash Player requis!

Get Adobe Flash player

Discours sur l'État de la nation
Mise à jour automatique
Direct assuré par:
L'essentiel Online
11:48
0
Le discours sur l'état de la Nation est maintenant terminé. Dans quelques minutes nous vous proposerons un résumé avec les points forts.
11:46
0
«Je suis aujourd'hui libéré des mes fonctions et charges européennes, j'ai maintenant plus de temps à consacrer à notre pays, pour communiquer et expliquer, et j'en ferai usage. Mesdames et Messieurs, merci de votre attention.»
11:44
0
«Le Luxembourg est et sera toujours un pays de proximité. Nous devons retrouver ce dynamisme qui nous permet d'agir vite et de s'adapter rapidement. L'administration et la bureaucratie doivent être simplifiée. Dans ce secteur nous avons été freinés par certaines lourdeurs, mais nous ferons percer les réformes.»
11:42
0
«Je ne veux pas oublier de mentionner le secteur industriel. Nous n'augmenterons pas les impôts sur les entreprises, l'industrie a besoin d'une politique fiscale stable et continue pour suivre son développement.»
11:38
0
«Pour continuer la diversification de nos activité économiques nous développerons nos activités de logistiques, qui restent une priorité. Cargolux doit conserver sa marge de manoeuvre, mais nous porterons également une attention particulière au développement des technologies de l'information, la biotechnologie, l'internet ultra-rapide sont des secteurs clé.»
11:34
0
«Le secteur agricole et le tourisme sont des piliers de la classe moyenne, et nous ne les négligerons pas. Leur importance n'est pas seulement mesurable par rapport aux revenus économiques qu'il génèrent, et nous continuerons de les soutenir notamment au niveau européen.»
11:31
0
«La classe moyenne au Luxembourg est essentielle pour le bon fonctionnement de notre économie. C'est même la colonne vertébrale de la bonne santé économique de notre pays. Nous allons donc lancer un programme de soutien en faveur de nos classes moyennes.»
11:29
0
«Nous poursuivrons également notre lutte contre le dumping des salaires. Je suis convaincu du bon effet d'un revenu minimum. Nous n'accepterons pas dans ce pays des conditions comme en Allemagne où des hommes et des femmes vont travailler pour percevoir un salaire qui ne suffit pas à leur besoin.»
11:26
0
«Ici aussi il faudra accepter des ajustements. À l'avenir il semble clair, qu'une certaine distance à parcourir pour rejoindre son lieu de travail ne pourra plus représenter une raison de refuser un emploi. Cela concerne la nature de l'emploi. Dans la restauration nous avons encore beaucoup d'emplois à pourvoir, alors que ceux-ci ne sont que très rarement acceptés par des Luxembourgeois. Pourtant ces emplois sont importants et précieux et doivent être considérés comme tel.»
11:24
0
«Le marché du travail est loin de proposer des solutions équitables pour toutes et tous. Les jeunes se retrouvent trop souvent sur la touche. Aucun jeune ne devrait être sans emploi plus de 4 mois.»
11:23
0
«La réforme scolaire: elle nous montre la bonne voie, des ajustements seront encore nécessaires concernant les «Bilans». La ministre s'attellera à cette tâche.»
11:20
0
«Revenons-en aux questions du logement. Les prix de l'immobilier sont trop élevés. Il faut créer plus d'offres sur ce marché, et cela doit être réalisé en coopération avec les communes, en passant par des mesures fiscales. Quelque-uns nous ont déjà suivi, d'autres doivent encore le faire, en ajustant leurs impôts sur les bâtiments non-occupés.»
11:17
0
«Le statut unique, la réforme fiscale et bien d'autres initiatives encore ont montré que notre coalition gouvernementale est capable de conduire ce pays et de le faire progresser malgré la crise. Nous allons conserver cette politique sociale.»
11:15
0
«C'est pourquoi nous avons augmenté les aides sociales pour les familles à faible revenu et renforcé les possibilités de la formation continue.»
11:14
0
«Je ne voudrai pas verser dans le romantisme social, mais le Luxembourg doit préserver une société juste.»
11:13
0
«Le Luxembourg ne connaîtra pas la même croissance que les années passées. Mais est-ce vraiment une catastrophe? Nos pires ennemis son en fait l'égoisme et la jalousi9e corporatiste. La solidarité est bien sûr plus difficile, mais elle apporte également beaucoup plus.»
11:12
0
«L'opposition nous dit que l'état de la Nation est mauvais. Je réponds qu'il a déjà été meilleur.»
11:08
0
«Les mesures de consolidation qui touchent notre pays devront être négociées dans le cadre d'une tripartite bien préparée. Ceux qui refuseront les décisions nécessaires - mais aussi ceux qui les accepteront - devront en assumer les conséquences.»
11:06
0
«La place financière n'est pas dépendante du secret bancaire. Il y aura peut-être certains problèmes d'ajustements, mais ceux qui travaillent et s'engagent dans nos milieux financiers savent que nous sommes un leader mondial dans ce secteur d'activités.»
11:05
0
«Le Luxembourg suit l'évolution globale et ne rend pas les armes face la pression allemande comme essaient de l'insinuer certains médias.»
11:04
0
«Le ministre des Finances et moi-même nous nous sommes déjà plusieurs fois exprimés en ce sens. Ce n'est donc pas une surprise.»
11:00
0
«Pour les habitants du Luxembourg cela ne change rien, ils conserveront leur secret bancaire. Cette mesure de l'échange automatique d'information s'appliquera aux ressortissants de l'UE. Les citoyens de pays tiers tombent sous le coup des accords bilatéraux, par exemple les conventions de double imposition, et pour les États-Unis nous devrons entamer des négociations à part.»
10:57
0
«Les État-Unis n'accepteront pas à l'avenir de traiter avec des pays qui ne respectent pas ces engagements. Cette décision doit également être acceptée par le Luxembourg, c'est pourquoi nous adopterons définitivement le principe d'un échange d'information automatique à partir du 1er janvier 2015.»
10:53
0
«Mais ce serait également une erreur de considérer la place financière comme un distributeur automatique et le Luxembourg doit respecter les règles internationales en vigueur, tout comme ses concurrents. Nous nous y sommes déjà engagés à Feira, où nous avons accepté, avec l'aval du Parlement, le principe d'un échange d'information automatique sur les revenus bancaires. L'alternative d'un impôt à la source n'a pas été accepté au niveau international.
10:52
0
«La place financière reste le pilier fondamental de notre PIB et garantit des dizaines de milliers d'emplois. Nous avons une bonne réputation. Ce serait une erreur fatale de ne pas consolider ce secteur d'activité.»
10:50
0
«Le crédit octroyé à la BGL expire en 2013. Nous sommes prêts à nous retirer. Non pas parce que nous y sommes contraints, mais parce que les conditions le permettent. Cela réduira le déficit de l'État de plus de 2 milliards d'euros. Cela aurait pu être pire.»
10:47
0
«Pour sauver la BGL nous avons du faire des dettes. Mais nous avons posé des conditions et sommes devenues actionnaires. Les taux nous ont rapporté 58 millions d'euros. À la BIL nous avons récolté 27 millions d'euros. Donc au lieu de la faillite de deux banques, un gain pour l'État.»
10:45
0
«Lorsque notre déficit passe en quelques années de 2,4 milliards d'euros à 11 milliards, nous sommes bien entendu face à un développement spectaculaire. Mais les autres États européens dotés du triple A font face à un déficit bien plus important.»
10:45
0
«Lorsque notre déficit passe en quelques années de 2,4 milliards d'euros à 11 milliards, nous sommes bien entendu face à un développement spectaculaire. Mais les autres États européens dotés du triple A font face à un déficit bien plus important.»
10:43
0
«La conjoncture actuelle ne nous permet pas de consolider nos finances au-dessus d'un plafond de 250 à 300 millions d'euros par an. Plus d'efforts freineraient notre potentiel de développement économique.»
10:40
0
«Si nous parvenons à rééquilibrer notre budget pour 2015, nous serons à nouveau sur une bonne lancée à partir de 2016.»
10:38
0
«Pour 2015: nous devons absolument réduire le déficit de l'État. Ceci ne pourra se faire sans augmenter les recettes fiscales.»
10:37
0
«Concernant la situation du logement: nous pensons qu'une taxation des revenus immobiliers deviendra incontournable.»
10:36
0
«Pour rester compétitif, nous devons également prendre soin à ne pas augmenter les charges sociales des entreprises»
10:35
0
«Nous devons compenser ce déficit par une augmentation de la TVA générale en 2015.»
10:34
0
«Nous devons nous attendre à des pertes de recettes fiscales avec la fin de la TVA réduite pour le commerce électronique.»
10:33
0
«Au vu des hypothèses actuelles, les finances publiques doivent être soumises à des efforts supplémentaires.»
10:31
0
«Le bout du tunnel est en vu. La croissance doit redémarrer pour 2014. Mais la crise s'amplifie dans le même temps sur le marché du travail. L'inflation devrait passer à 2% en 2014.»
10:29
0
«Les pays en crise qui se trouvent sous la protection du parapluie européen ont besoin de temps. La dette publique continue de se creuser, et il faut les réduire à tout prix. Pourtant nous devons également freiner la course à l'austérité qui mènerait vers une explosion de la crise sociale.»
10:28
0
«Mais nous constatons aussi que le Luxembourg en 2013 n'est pas plus riche qu'en 2008. Nous faisons du surplace, oui, mais d'autres reculent.»
10:27
0
«Partout les gouvernements réduisent leurs efforts pour soutenir les universités. Pas au Luxembourg. Nous faisons beaucoup pour la recherche, c'est elle qui nous ouvre l'avenir.»
10:25
0
«Beaucoup d'États membres de l'UE engagent moins d'argent dans ce domaine. Si on réduisait ici notre budget, nous pourrions faire des économies, mais celles-ci nous couteraient chers à l'avenir.»
10:23
0
«8 milliards sont par exemple réservés à l'éducation. Un domaine où nous ne pouvons pas nous permettre de réduire les dépenses.»
10:19
0
«Beaucoup se demande: «que fait l'État avec notre argent?». Et comme personne ne le sait vraiment, on pense que l'État gaspille. Mais celui qui y regarde de plus prêt, comprend que des milliards sont investis pour préparer l'avenir.»
10:18
0
«Malgré le déficit qui se creuse, nous sommes dans la limite de nos objectifs. Ne cherchez pas un autre État européen qui est parvenu à cet équilibre difficile, écarteler entre les projections de conjoncture et les chiffres réels. Vous n'en trouverez pas.»
10:16
0
«Les chiffres du premier trimestre ont accentué la dette de façon significative. C'est à en désespérer. Mais notre ministre des Finances a su garder la tête froide.»
10:13
0
«Lorsque nous avons présenté le budget, nous avons tablé sur une croissance de 2 %. Les nouvelles projections font aujourd'hui état d'une croissance réduite à 0,5 %. Mais alors que nous avons connu un bon premier trimestre la croissance a plafonné à 0,3 %. Le gouvernement, auquel on reproche souvent un optimisme débordant, a donc été pris cette fois-ci en flagrant délit d'optimisme.»
10:12
0
«J'en viens maintenant aux finances de l'État. Elles doivent être consolidées.»
10:10
0
«Pour préserver la crédibilité de notre service de renseignements nous devons procéder à des ajustements législatifs. La réforme est en cours, et je suis prêt à aller plus loin encore avec le soutien de la Chambre.»
10:09
0
«L'affaire Bommeleeër n'est pas née par raison d'État, mais l'État doit contribuer à faire la lumière»
10:07
0
«La raison d'État est une valeur importante, qui ne doit pas être remise en cause. l'État n'a pas à tromper ou à dissimuler.»
10:04
0
«Les doutes sont amplifiés au Luxembourg par une crise de confiance institutionnelle. Les affaires concernant le SREL et le Bommeleeër y contribuent fortement. Il est question d'une crise de l'État. Mais les soupçons et les spéculations ne nous apportent rien de bon.»
10:03
0
«Les certitudes font place au doute. L'identité européenne est dilué par des débats d'intérêts nationaux.»
10:02
0
«Rien n'est plus comme avant. Gouverner n'a jamais été facile. Mais actuellement c'est particulièrement difficile» le ton est donné, le Premier ministre s'est lancé.
09:59
0
La salle se remplit peu à peu. Jean-Claude Juncker est attendu dans quelques minutes. Rarement un discours sur l'état de la nation a suscité autant d'intérêt.
09:19
0
Mardi, Déi Gréng et le DP se sont montrés très critiques à l'égard du chef du gouvernement.

Pour les écolos, «de nombreuses promesses n'ont pas été tenues» et le «chômage grimpe». Les libéraux, eux, disent vouloir «entendre la vérité», ce matin, dès 10h. Ils dénoncent également un «bilan très négatif» de la coalition CSV/LSAP.
09:18
0
Le Premier ministre s'exprimera devant la représentation nationale à partir de 10h.
09:18
0
Bienvenue dans le live de «L'essentiel Online».
Sur ce sujet
Une faute?

Le Premier ministre du Luxembourg, Jean-Claude Juncker, a confirmé mercredi que son pays était prêt à assouplir le secret bancaire, en acceptant l'échange automatique d'informations à partir du 1er janvier 2015. «Nous pouvons sans danger introduire l'échange automatique à partir du 1er janvier 2015», a déclaré M. Juncker devant le Parlement luxembourgeois.

«Nous pouvons introduire l'échange automatique d'informations parce que notre place financière est prête à le faire», a-t-il ajouté. Dimanche, le ministre luxembourgeois des Finances, Luc Frieden, avait indiqué que son pays était prêt à assouplir le secret bancaire. «La tendance internationale va vers un échange automatique d'informations bancaires. Nous n'y sommes plus strictement opposés», avait déclaré M. Frieden au Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung.

Pour M. Juncker, «la place financière (du Luxembourg) ne dépend pas de manière existentielle du secret bancaire, les lumières ne vont pas s'éteindre». «Notre place financière ne vit pas de l'argent noir ni de la fraude fiscale», a-t-il assuré. Une directive sur la «coopération administrative» prévoit des règles sur l'échange automatique d'informations à partir de 2015. Approuvée par tous les Etats membres, dont le Luxembourg, elle s'applique à cinq catégories de revenus et de capital: revenus professionnels, jetons de présence, produits d'assurance-vie, pensions, propriété et revenus de biens immobiliers.

(L'essentiel Online/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • julie lescaut le 10.04.2013 16:59 Report dénoncer ce commentaire

    que veut-il dire par taxation des revenus immobiliers, l'on paye déjà des impôts sur lesdits revenus, en quoi cela consiste-t-il ?

  • ajustement le 10.04.2013 12:51 Report dénoncer ce commentaire

    ok il fait la même chose avec l'Europe (Italie , Espagne , ..) on voit ou cela les a menés

  • Mickey le 10.04.2013 12:09 Report dénoncer ce commentaire

    Concernant le secret bancaire: "Pour les habitants du Luxembourg cela ne change rien". Je prévois une augmentation significative du nombre de résidents à court terme :)

Les derniers commentaires

  • julie lescaut le 10.04.2013 16:59 Report dénoncer ce commentaire

    que veut-il dire par taxation des revenus immobiliers, l'on paye déjà des impôts sur lesdits revenus, en quoi cela consiste-t-il ?

  • Target le 10.04.2013 13:12 Report dénoncer ce commentaire

    10:25 0 «Beaucoup d'États membres de l'UE engagent moins d'argent dans ce domaine. Si on réduisait ici notre budget, nous pourrions faire des économies, mais celles-ci nous coûteraient cher à l'avenir». 10:23 0 «Huit milliards sont par exemple réservés à l'éducation. Un domaine où nous ne pouvons pas nous permettre de réduire les dépenses». Facile de faire des comparaisons et de nous parler de chiffres sans donner les détails, M. Juncker ! D'ailleurs dans quel poste part la majeur partie des dépenses de éducation nationale? Dans les salaires des enseignants surpayés...sans doute...

  • ajustement le 10.04.2013 12:51 Report dénoncer ce commentaire

    ok il fait la même chose avec l'Europe (Italie , Espagne , ..) on voit ou cela les a menés

  • Kiki le 10.04.2013 12:15 Report dénoncer ce commentaire

    Hausse de la TVA, taxation des revenus immobiliers, pas de changement pour les entreprises, devinez qui va payer ?

  • Mickey le 10.04.2013 12:09 Report dénoncer ce commentaire

    Concernant le secret bancaire: "Pour les habitants du Luxembourg cela ne change rien". Je prévois une augmentation significative du nombre de résidents à court terme :)