Coronavirus au Luxembourg

10 mars 2020 14:50; Act: 10.03.2020 14:55 Print

Les combi «made in Luxembourg» s'arrachent

CONTERN - Avec le coronavirus, la demande de combinaisons de protection a fortement augmenté chez Dupont de Nemours Luxembourg. Pour la Chine et l'Europe.

storybild

Dupont de Nemours Luxembourg fabrique le Tyvek, utilisé pour la confection de combinaisons de protection, dont la demande ne cesse de croître depuis l'évolution de la propagation du coronavirus. (photo: DPA/Oliver Dietze)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Chez Dupont de Nemours, à Contern, les machines tournent actuellement à plein régime. Et pour cause: «Depuis l'éruption officielle du coronavirus, nous constatons une forte augmentation de la demande», affirme le responsable produit de l'usine de Contern, Albrecht Gerland. Le géant américain de la pétrochimie est le numéro un mondial de la fabrication de combinaisons de protection. Il en produit en moyenne 200 millions par an. Et la demande n'est pas près de s'arrêter, si l'on observe les chiffres de production de l'usine à l'heure actuelle.

Dans un premier temps, la quantité de marchandises exportées vers la Chine, où le coronavirus a fait son apparition, a fortement augmenté. Mais avec l'évolution de la propagation du Covid-19, l'Europe serait de plus en plus le point central des livraisons pour Dupont.

La demande ne cesse de croître

À Contern, le deuxième site de production de Dupont après celui de Richmond, aux États-Unis, on fabrique le Tyvek. Ce matériau synthétique non-tissé très fin et léger, extrêmement résistant et respirant, part en Asie sur d'énormes rouleaux, où il est utilisé pour la confection de combinaisons protectrices.

Ces combinaisons à usage unique sont avant tout destinées à des personnes directement en contact avec des patients infectés, à savoir les médecins et le personnel soignant. Mais la demande auprès des administrations, de la police et des douaniers qui effectuent des contrôles au sein de la population ne cesse de croître.

(L'essentiel/dpa)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Isa le 10.03.2020 15:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais noonn vous avez rien compris il n'y a rien ici ils n'en ont pas besoin nous sommes à l'abri dans une autre galaxie.

  • Jean II le 10.03.2020 16:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est bien que la direction embauche du personnel ou donne une prime à celui-ci !

  • smart le 10.03.2020 16:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et la toile made in china....

Les derniers commentaires

  • Luxo le 12.03.2020 08:50 Report dénoncer ce commentaire

    Il serait tellement plus logique , humain et équitable de faire venir une centaine de couturières chinoises au luxembourg , pour produire les combinaisons localement avec une main d'œuvre correctement payée et de placer leurs enfants à l'école plutôt que derrière une machine à coudre.

  • la trois le 11.03.2020 09:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une façon de se faire de l'argent. toile produite ou svp? pas précis l'article.

  • Vindulux le 11.03.2020 05:20 Report dénoncer ce commentaire

    Dupont n'est pas une société Luxembourgeoise! Pourquoi ne s'est elle pas instalé à côté de ses clients en Chine? Notre pays qui attire fiscalement certaines entreprises pour échapper à l'impôts est responsable de la pollution mondiale. Le monde de la finance marche sur la tête , on fabrique un tissu au GDL pour l'exporté vers la Chine qui fait travailler des enfants pour de nouveau réimporter le produit fini au luxembourg, puis vers l'Europe.

    • Dom rizzo le 11.03.2020 08:57 Report dénoncer ce commentaire

      Exact

  • new world order clowns le 10.03.2020 19:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le monde des clowns ahaha

  • Marc le 10.03.2020 17:51 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai fait une demande aujourd'hui pour donner un coup de main dans la prod !!! Le malheur des uns fait la richesse des autres !!!