Au Luxembourg

13 novembre 2018 19:09; Act: 13.11.2018 19:10 Print

Les contaminations au sida continuent d'inquiéter

LUXEMBOURG – Depuis «l'épidémie du VIH» au Luxembourg, en 2014, le taux d'infection est élevé. En cause: l'offre massive de drogue et des idées reçues qui ont la vie dure.

storybild

Le nombre d'infections au VIH continue d'augmenter au Luxembourg. Les tests de dépistage à domicile permettent de poser un premier bilan. (photo: DPA/Britta Pedersen)

Sur ce sujet
Une faute?

Le virus du sida continue de faire des ravages. Selon le rapport d'activité 2017 du comité de surveillance du sida, le nombre de nouvelles infections est à nouveau en augmentation au Luxembourg. Au total, 101 personnes (74 hommes et 27 femmes) auraient été contaminées l'année dernière. Pour 49 d'entre elles, le mode de transmission aurait été la contamination hétérosexuelle et 34 personnes auraient été contaminées par des rapports homo ou bisexuels.

Si le nombre d'infections au VIH dues à la consommation de drogues était en recul l'année dernière, passant de 21 en 2016 à 10 en 2017, le Luxembourg figure, selon le rapport européen sur les drogues, parmi les pays les plus touchés par ce type d'infection au VIH. Le nombre d'infections se serait maintenu depuis une «épidémie» constatée en 2014, une situation jugée préoccupante par le ministère de la Santé. Des explications pourraient se trouver du côté des nouvelles tendances sur le marché de la drogue.

Problèmes d'aiguilles et de préservatifs

Depuis quelques années, la cocaïne inonde en effet le marché. Or, elle «n'agit pas aussi longtemps que l'héroïne, par exemple, explique Alain Origer, coordinateur national drogues. Les consommateurs ont besoin de se réapprovisionner plus rapidement, c'est cher et c'est plus facile à distribuer pour les dealers. Le marché est évidemment lucratif». Mais cela rend aussi ce marché plus «nerveux». D'après Alain Origer, les toxicomanes passeraient leur temps à chercher de l'argent pour la prochaine injection. Du coup, ils ne consulteraient pas de médecin, réutiliseraient leurs seringues et seraient moins prudents au cours des rapports sexuels.

Cet avis est partagé par Michel Ledoux, du Centre de prévention des toxicomanies (CePT). «Les cocaïnomanes sont excités après avoir sniffé, débordent d'énergie et ressentent souvent le besoin d'avoir un rapport sexuel. Sauf que sous l'influence de la drogue, ils ne pensent pas à utiliser un préservatif», dit-il. «Une autre raison pourrait être de croire, à tort, qu'on peut, aujourd'hui, guérir du VIH», reprend Alain Origer. Ils seraient nombreux à croire qu'en avalant quelques cachets tous les jours, la maladie disparaîtra. «Or, on peut traiter le sida, mais pas le guérir», souligne le médecin. En 2018, il y a eu jusqu'à présent «seulement» trois nouveaux cas d'infections, mais l'«épidémie de 2014» reste perceptible.

(sb/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lécrispédutrouduc le 13.11.2018 22:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il n'y a qu'à regarder devant la salle de shoot, à côté du pont de la gare, y en a de plus en plus chaque semaine... le Luxembourg est riche et pauvre à la fois...

  • Unicorn le 14.11.2018 09:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Notre pays est plutôt riche car sans salle de shoot, c'est bien pire encore. Moins d'informations et plus de risques et de victimes. Les politiques à courte vue de certains pays qui nient le problème en faisant la politique de l'autruche ont des conséquences bien pire encore !

  • qui sait le 14.11.2018 09:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Beaucoup trop de rdv via les réseaux sociaux pour des « date » (rapports sexuels sans protections? dont des gens mariés ou en couple? ) combien ne sont pas pas au courant qu ils ont le VIH et ne sont pas dans les statistiques? Sans compter les nouvelles formes de prostitution via les réseaux sans protection( pas très saint)

Les derniers commentaires

  • Luxo le 14.11.2018 11:23 Report dénoncer ce commentaire

    Au lieu de légaliser le canabis récréatif, il serait préfèrable d'aider tous ceux qui ont un besoin de drogue par un soutient médical et une distribution gratuite de toutes les drogues demandées. Les préservatifs devraient aussi être distribuer gratuitement dans les lieux public, les rues et les magasins.

    • @induluxo le 14.11.2018 13:03 Report dénoncer ce commentaire

      tjrs dans l'opposition et tjrs au ras des paquerettes

    • Luxo le 14.11.2018 17:05 Report dénoncer ce commentaire

      Pour moi, nous devons aider tous les malades, surtout les malades de la drogue! Ceux qui ont besoin de se piquer à l'héroïne, ne le font pas dans un but récréatif! Ce n'est pas normal que ces grands malades passent leurs temps à trouver de l'argent par tous les moyens (car ils ne sont plus apte à travailler) pour la dose suivante. Si les seringues et les préservatifs étaient disponibles partout et gratuitement , il y aurait moins de contamination VIH. On distribue bien gratuitement des sacs pour les crottes de chien, alors pourquoi pas aussi pour éviter le VIH!

  • qui sait le 14.11.2018 09:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Beaucoup trop de rdv via les réseaux sociaux pour des « date » (rapports sexuels sans protections? dont des gens mariés ou en couple? ) combien ne sont pas pas au courant qu ils ont le VIH et ne sont pas dans les statistiques? Sans compter les nouvelles formes de prostitution via les réseaux sans protection( pas très saint)

  • Aalain le 14.11.2018 09:11 Report dénoncer ce commentaire

    les seniors nous avons appris a nous proteger du sida dans les annees 80 avec les preservatifs. Malheureusement la prevention est insuffisante pour les jeunes et ils ont perdu ce refelexe d'utiliser ce moyen sur pour se proteger des MST car il n'y a pas que le VIH.

    • LiNh le 14.11.2018 12:01 Report dénoncer ce commentaire

      Plutôt dans les années 90.

  • Unicorn le 14.11.2018 09:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Notre pays est plutôt riche car sans salle de shoot, c'est bien pire encore. Moins d'informations et plus de risques et de victimes. Les politiques à courte vue de certains pays qui nient le problème en faisant la politique de l'autruche ont des conséquences bien pire encore !

    • Unicorn, le seul le 14.11.2018 13:32 Report dénoncer ce commentaire

      Rien compris de votre commentaire, et je nie le problème, la relation HIV -Sida reste contestée, scientifiquement.

  • Réaliste le 14.11.2018 08:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C était à prévoir d où viens le sida et qui a les germes. N oublié pas les maladies ont suivi les guerres les vacanciers et maintenant devinez.