Au Luxembourg

09 juillet 2019 14:37; Act: 10.07.2019 09:15 Print

L'opposition claque la porte à la Chambre

LUXEMBOURG - N'ayant pas obtenu satisfaction pour l'ajout d'un point à l'ordre du jour, les députés de l'opposition ont quitté la séance plénière.

Sur ce sujet
Une faute?

C’est du jamais vu au Grand-Duché. La chambre des députés est à moitié vide, ce mardi après-midi. En effet, les 29 élus des partis de l’opposition (CSV, déi Lénk, ADR et Pirates) ont quitté la séance plénière après une altercation avec les membres du gouvernement.

En ouverture de séance, le député du CSV, Gilles Roth, était monté à la tribune pour fustiger le comportement du gouvernement sur la question des fichiers détenus par la justice et la police. «Le moins qu’on puisse dire c’est que l’état de droit a été maltraité ces dernières semaines. Des citoyens innocents avec un casier judiciaire vierge sont fichés par la police et la justice. On se retrouve avec une commission de protection des données complètement dépassée. On ne peut pas continuer à entendre des demi-vérités de la part de ce gouvernement», s’est-il emporté.

Il a ensuite réclamé que le Premier ministre, Xavier Bettel, vienne face au Parlement s’expliquer sur le dossier avant les vacances d’été. Ce qui a été refusé. Après plus d’une demi-heure de discussions et d’échanges tendus entre députés de la majorité et de l’opposition, ces derniers ont quitté la salle.

«Nous avons demandé une mise à l'ordre du jour qui a été refusée par la majorité et le président de la Chambre» Fernand Etgen, tempête la cheffe de fraction parlementaire du CSV, Martine Hansen, contactée par L'essentiel. «C'est contraire à la démocratie, alors on est partis».

Vote incertain

Du coup, seuls les députés de la majorité DP-LSAP-déi gréng sont présents en salle des séances plénières pour débattre d'un plan national pour un développement durable, puis de la précarité énergétique au Luxembourg. Quant au projet de loi sur l'assistance à l'inclusion dans l'emploi, il n'a pas pu être voté ce mardi.

Il faut en effet 31 députés présents à la séance pour qu'un vote soit valide, soit le nombre de députés composant la majorité. Or, certains députés de la majorité sont aussi absents et ont laissé une procuration à leurs collègues. La Chambre des députés a donc indiqué que les votes prévus ce mardi ont donc été reportés à mercredi, les élus de l'opposition n'étant pas revenus.

(jw/Pa.T./L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le Daron le 09.07.2019 19:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est une manière comme une autre d exprimer son désaccord

  • bonsens le 10.07.2019 03:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est l’exercice de la démocratie

  • M.R le 09.07.2019 17:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tant que le CSW ne se rallie à l’ADR pour contrer ce gouvernement, ils n’arriveront plus au pouvoir

Les derniers commentaires

  • bléreau le 10.07.2019 13:17 Report dénoncer ce commentaire

    avec un gouvernement tel qu il est on ne peut que claquer la porte

  • danton le 10.07.2019 11:44 Report dénoncer ce commentaire

    en acceptant Bettel lors de la reformation du gouvernement c était couru d avance

  • Unicorn le 10.07.2019 10:28 Report dénoncer ce commentaire

    Le parlement a un rôle essentiel dans une démocratie en représentant le peuple. Celui de surveiller le gouvernement. S'il a une large majorité, celle-ci se soumet au gouvernement, à travers les instructions des autorités de leurs partis politiques. La surveillance est ainsi rendue inefficace, si le gouvernement rend compte en omettant bien des détails. Cette affaire de fichiers est grave! Seul l'opposition peut agir, avec des moyens limités, dont celui de faire paraître aux électeurs le manque de respect démocratique du gouvernement, et donc le manque de respect envers l'électeur.

    • Oui Mais le 10.07.2019 11:35 Report dénoncer ce commentaire

      Vous avez raison à 100 %, le problème est que ce sera pareil pour tout ce qui passera par la Chambre. Si on va plus loin on pourrait dire qu'après les élections la Chambre est superflue!

    • Unicorn le 10.07.2019 15:22 Report dénoncer ce commentaire

      Vous avez raison, inutile d'aller voter aussi, ils font tous pareils

  • Angelo51 le 10.07.2019 08:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien d'accord avec les Russes !

  • fifi le 10.07.2019 06:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Casier vierge alors pourquoi fichés à la police ? Sont ils des dangers potentiels ? Si risque réel de danger il faut les ficher. Sinon non

    • Fichiers Ters, ... le 10.07.2019 12:33 Report dénoncer ce commentaire

      Il existe un fichier à la justice, où toutes les plaintes à votre encontre sont marquées, le reste aussi. Que ces plaintes soient en cours d'investigation, en attente indéfiniment de nouveaux éléments (un peu classée quoi) ... Ce document permet de savoir à qui la justice à affaire. Vous pouvez demander à savoir ce qu’il y a dedans.

    • Unicorn le 10.07.2019 15:36 Report dénoncer ce commentaire

      Quand vous postulez pour un job de fonctionnaire, un tel fichier bis peut servir à de la discrimination positive et negative, vous pouvez être choisi, parce que cousin d'un ancien ministre, ou refusé parce que le fils d'un père qui a fait plainte contre une administration. C'est cela savoir à qui on a affaire dans ce petit pays. Les gens le savent, peu osent mettre en cause l'Etat, par peur de se voir mettre une étiquette de perturbateur, et ensuite de discriminations voilées.