Université

17 avril 2019 07:00; Act: 17.04.2019 10:07 Print

Les diplômés lorrains choisissent le Luxembourg

METZ/LUXEMBOURG - Selon une étude de l’Université de Lorraine, ses diplômés choisissent plus facilement de s’expatrier. En particulier au Grand-Duché.

storybild

Après avoir obtenu leur diplôme, les étudiants lorrains travaillent principalement dans la finance, l’informatique ou encore le droit.

Sur ce sujet
Une faute?

Entre 2010 et 2016, l’Université de Lorraine a vu 70 000 de ses étudiants sortir diplômés de bac+3 à bac+5. Si tous ne se sont pas dirigés vers le marché de l’emploi et ont préféré poursuivre leurs études, 10% d’entre eux ont choisi de démarrer leur carrière professionnelle au Luxembourg.

«Le positionnement géographique de la Lorraine engendre des spécificités quant aux conditions d’insertion professionnelle des diplômés de l’Université de Lorraine, avec une expatriation pour une partie d’entre eux vers les pays frontaliers, principalement vers le Luxembourg, où un diplômé sur dix part travailler chaque année. Cette proportion est restée relativement stable au cours des dix dernières années», souligne ainsi la dernière étude de l’Université de Lorraine menée auprès de ses diplômés entre 2010 et 2016. Les diplômés issus des domaines arts, lettres, langues et droit, économie, gestion sont proportionnellement plus nombreux à partir travailler au Luxembourg.

Mais pour ces étudiants lorrains, travailler au Grand-Duché ne signifie pas nécessairement s’y installer. Seuls 5% des diplômés français en emploi au Luxembourg y résident. La grande majorité d'entre eux sont donc des travailleurs frontaliers qui vivent généralement à moins de 40 km de Luxembourg-Ville. Parmi les motivations des étudiants, on retrouve le salaire qui est en moyenne supérieur de 700 euros à la France pour le même poste. En outre, 77% des diplômés employés au Luxembourg possèdent un CDI, contre 62% en France.

(Patrick Théry/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Paul le 17.04.2019 09:11 Report dénoncer ce commentaire

    Normal, les salaires.....

  • frontalier le 17.04.2019 08:29 Report dénoncer ce commentaire

    Je me retrouve parfaitement dans cet article. j'ai toujours travaillé au Luxembourg (stage pro, job etudiant, et CDI). Motivations principale: le salaire, le fait de pouvoir pratiquer les langues etrangeres quotidiennement, et rencontrer des personnes de tout pays.

  • André le 17.04.2019 10:28 Report dénoncer ce commentaire

    Quand je vois les commentaires des français qui disent que le GDL doit parler avec les univ FRANCAISES pour mieux les intégrer j ai envie de pleurer

Les derniers commentaires

  • Kli le 18.04.2019 09:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @ReflechissONS: le Luxembourg est bien conscient que les frontaliers contribuent a sa prosperite. Mais il y a beaucoup de gens tres motives et avec une mentalite positive qui sont prets a y travailler. Le Luxembourg n’a donc pas besoin de personnes ayant une mentalite negative ...

  • Sowat le 17.04.2019 18:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Jacques : eh oui, c'est de la logique pure, donc tout à fait compréhensible

  • GusSim le 17.04.2019 15:43 Report dénoncer ce commentaire

    On vient plus au Luxembourg pour y travailler que pour y vivre. L'économie grand-ducale a bien plus besoin de jeunes diplomés que celle de la Lorraine.

  • Angelo51 le 17.04.2019 15:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On vit dans la dimension de ses moyens : s'expatrier à 50 kilomètres, ça c'est vraiment un dépaysement.

  • pffff le 17.04.2019 15:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est normal de venir travailler ici non, c’est un chouette pays on a bcp de chance d’y travailler et y vivre c’est encore mieux même si c’est chère on y vie bien