Après l'incendie du Showtime

05 juillet 2018 09:00; Act: 05.07.2018 10:57 Print

Les dons pour les sinistrés d'Esch affluent

BERCHEM/ESCH-SUR-ALZETTE - Après l'incendie qui a ravagé le Showtime et des bâtiments adjacents, l'heure est à la solidarité.

storybild

L'appel à la solidarité d'Antonella a porté ses fruits et les dons arrivent chaque jour.

Sur ce sujet
Une faute?

Les journées d'Antonella De Luca, domiciliée à Berchem, sont très chargées. Depuis qu'elle a lancé un appel aux dons sur Facebook, relayé par L'essentiel, son téléphone ne cesse de sonner. «Tout a commencé mardi, lorsque j'ai reçu un coup de fil d'une amie qui souhaitait que je l'aide en sollicitant mes contacts car sa fille, mère de trois enfants, avait tout perdu lors de l'incendie».

Présidente d'une ASBL caritative qui vient en aide aux enfants du Nigeria, Lux-Lagos, Antonella n'a pas hésité une seconde. «Dès que j'ai lu dans le journal ce qui s'était passé à Esch, j'avais déjà réfléchi à la façon d'apporter ma contribution». Mardi, entre 13 h et minuit, elle a enregistré près de 1 000 appels ou messages! «On me proposait des vêtements, des chaussures, des télés, des canapés. J'ai même dû freiner certaines ardeurs, car je ne savais pas où tout stocker chez moi», raconte Antonella.

«J'ai même reçu un appel de la piscine de Bettembourg qui m'a proposé des produits pour la douche et du centre de tri de Gasperich qui peut stocker des habits et des chaussures». Mandy Ragni, échevine à Esch-sur-Alzette, a également appelé Antonella pour lui proposer un entrepôt pour les vêtements chez Inter-Actions. Aujourd'hui, l'opération a dépassé les attentes d'Antonella et le cadre d'une aide à une amie: «Avec tout ce que je reçois, je vais pouvoir apporter mon aide à d'autres sinistrés», se réjouit-elle.

Les dons sont à déposer 15d, rue Meckenhech, à Berchem, ou 11, rue Nothomb, à Esch-sur-Alzette.

(Gaël Padiou/ L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Angel le 05.07.2018 10:07 Report dénoncer ce commentaire

    Respect !!! Un peu de lumière dans un monde déjà très sombre !!!

  • MoiJe le 05.07.2018 10:39 Report dénoncer ce commentaire

    Grand respect pour cette dame.

  • Lamar Weldo le 05.07.2018 11:23 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo, et s il y en a trop, je suis sur qu il y a des besoins localement ou en region.

Les derniers commentaires

  • soleil le 06.07.2018 16:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @sophie, le jour ou tu perdras tout tu parleras autrement

  • scg le 05.07.2018 12:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Parce que en attendant que les assurances paient quelques chose, ces gens là n’ont rien( mieux, n’avaient rien)

    • honteuse le 05.07.2018 15:29 Report dénoncer ce commentaire

      et ca c'est honteux comme toujours de la part des assurances

    • sophie le 05.07.2018 16:14 Report dénoncer ce commentaire

      juger sans savoir n'est pas mieux.

  • tania le 05.07.2018 12:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    jusqu'à tous les papiers des assurances et aussi les enquêtes soient traités les gens concernés ont besoin de vêtements etc...Probablement les cartes bancaires et aussi identité ont brulés aussi et du coup ils ne peuvent pas retirer de l'argent....

    • Sophie le 05.07.2018 13:57 Report dénoncer ce commentaire

      euh il suffit d'aller a la police, puis a la banque. ce n'est pas compliqué. Quant aux assurances, si on est assuré contre les incendies, ils prennent aussi en charge les premiers frais, et meme logent les gens dans des hotels si besoin. Ca aide certainement les gens, mais comme le dit Marty, ceux qui aident laissent crever les SDF devant leur porte qui lui personne . Deux poids, deux mesures.

  • Lamar Weldo le 05.07.2018 11:23 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo, et s il y en a trop, je suis sur qu il y a des besoins localement ou en region.

  • MoiJe le 05.07.2018 10:39 Report dénoncer ce commentaire

    Grand respect pour cette dame.