Au Luxembourg

08 décembre 2021 07:00; Act: 08.12.2021 11:21 Print

Les écoles, en première ligne, tentent de résister

LUXEMBOURG - Les écoles du pays sont touchées de plein fouet par la nouvelle vague de la pandémie. Et tout le monde fatigue.

storybild

Les écoles doivent s'adapter aux infections. (photo: AFP/Vincent Lescaut)

Sur ce sujet
Une faute?

Des élèves et des enseignants autorisés à se rendre à l’école mais interdits de sorties le soir, des établissements qui peinent à remplacer le personnel absent, des élèves en manteaux dans leurs classes aux fenêtres ouvertes, des ordonnances de quarantaines multiples, parfois tardives...

Alors que les écoles subissent de plein fouet le rebond épidémique, avec des clusters pouvant atteindre des dizaines d’élèves, des parents et instituteurs dénoncent une «cacophonie». À ce jour, près de 30% des 5 000 infections actives concernent les 0 à 14 ans. «Psychologiquement, les enseignants en ont marre», lance Stéphane, un parent.

Difficulté de gérer les cas détectés

«Les dérogations de sortie en cas de quarantaine ne sont plus applicables depuis l’adaptation des mesures», rassure le ministère de l'Éducation nationale. Des règles en vigueur d'ici le 9 décembre. Elles prévoient des mesures s'il y a un ou deux cas dans une classe (testing renforcé ou quarantaine) et d'autres à partir de trois cas (quarantaine des non-vaccinés ou guéris). «La situation est hétérogène. Des écoles sont peu concernées et ailleurs le virus circule», constate Patrick Arendt du syndicat d’enseignants SEW/OGBL.

Pour lui «certains parents ne comprennent plus la logique des mesures (...) et ne jouent plus le jeu». Il évoque la difficulté pour les enseignants de gérer les cas détectés en classe. Les parents à prévenir au travail. Mais aussi les consentements de tests refusés et ceux qui arrivent en urgence pour éviter une quarantaine.

«Il commence à y avoir des tensions entre parents»

«On perd du temps à trouver des solutions, on improvise». «Certains parents ne s'informent pas assez et quand il y a un cas, c'est la panique», ajoute un membre du personnel de l'école de Koetschette. Patrick Remakel du SNE/CGFP évoque aussi des remplacements «de plus en plus précaires». Des classes regroupées, des enseignants rappelés sur du temps libre... «Il commence à y avoir des tensions entre parents qui acceptent les tests et les autres. Et je crains quand la question de la vaccination arrivera», ajoute Patrick Arendt.

Avoir des élèves en classe et d'autres à la maison est un autre défi. «En principe s’il n’y a qu’un ou deux cas, il n’y a pas d’obligation de faire du homeschooling», note Patrick Remakel. «Le recours ou non à l’enseignement à distance est décidé au cas par cas, selon la situation qui se présente…», indique le ministère. La continuité des apprentissages peut être assurée de différentes manières et varier en fonction du nombre d’élèves concernés par la quarantaine, de leur âge, de la branche enseignée».

Mais les mesures actuelles sont jugées insuffisantes par certains parents. Les représentants de ceux de l’enseignement fondamental auprès de la Commission Scolaire de la Ville de Luxembourg ont appelé en fin de semaine dernière à un testing obligatoire trois fois par semaine, au retour du masque durant les cours et les pauses, l’élargissement de la possibilité de se faire vacciner à tous les enfants entre 5 et 12 ans et à un CovidCheck (vacciné, testé ou guéri) pour les enseignants, couplé au port du masque en permanence.

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • johnny john le 08.12.2021 07:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Après les jeunes adultes qui sortent et se contaminent, ce sont maintenant les enfants, bouc émissaire d’une soit disant crise sanitaire qui n’a plus rien de sanitaire alors qu’il y’a quelques mois, on disait d’eux qu’ils ne risquaient pas grand chose et n’étaient pas contaminants. On essai de nous mettre à l’esprit qu’il faille les vacciner tout doucement …

  • yena marre le 08.12.2021 07:28 Report dénoncer ce commentaire

    touchez pas aux enfants!!! meme positif, ils ne sont pas malades et ne font pas de forme grave.

  • abc le 08.12.2021 07:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il n est pas logique de vacciner les enfants pour protéger les personnes non vaccinées !!!! Seuls les enfants à risque doivent être vaccinés. Pas assez de recul pour tous les enfants !!!! Bon sang faites vous vacciner et ne prenez pas les enfants en otage

Les derniers commentaires

  • Joël le 08.12.2021 18:46 Report dénoncer ce commentaire

    Mon fils, vacciné, passe des heures et des heures près d'une fenêtre ouverte en manteau avec écharpe. Ce n'est plus une école. Il fait 10 degrés dans la salle de classe. On se moque vraiment des gens.

  • Projet loi Covid le 08.12.2021 16:28 Report dénoncer ce commentaire

    Avis Collège médical: "Le Collège médical apprécie par ailleurs tout particulièrement que le gouvemement veut faire ancrer dans la loi la possibilité : pour les mineurs de 12 à 15 révolus de se faire vacciner, s'ils le souhaitent, dès lors qu'un seul de leurs parents serait d'accord avec la vaccination ; pour les mineurs à partir de 16 ans, et par dérogation à l'article 372 du code civil, de se faire vacciner sans qu'ils aient besoin d'une autorisation parentale. conférant ainsi une clarté à la décision vaccinale en cas de conflit de l'autorité parentale partagée...". Ouf!

  • réné le 08.12.2021 16:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @loind'être antivax, en effets ils avais parlé des purificateurs d'air dans les écoles, on les attend encore, ce qui aurait permis d'enlever les masques aux enfants, mais non, faut que ça dure, et que ça dure, pour qu'ils puissent vacciner a tout va, même les jeunes qui risquent rien, d'ailleurs, la 4mè dose je pense pour janvier. purée réveillez vous les pro-vax

  • franck le 08.12.2021 16:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @leo, mon dieu, on est pas sauvé avec des gens comme vous

  • TFTF le 08.12.2021 14:17 Report dénoncer ce commentaire

    Se servir des enfants pour forcer cette injection, jusqu'à ignominie cette société va elle aller ! Il faut un non massif pour les enfants, et pour les plus grands aussi. Faudra t-il attendre la dixième doses pour comprendre leurs manipulations