À Cessange

05 juin 2019 18:14; Act: 06.06.2019 12:40 Print

Les élèves ont passé leur «permis» vélo

LUXEMBOURG - Les capacités de cycliste des écoliers en primaire à Cessange ont été testées lors de la coupe scolaire nationale.

storybild

Des agents policiers ont assisté au circuit des jeunes cyclistes.

Sur ce sujet
Une faute?

«Faites très attention aux voitures et surtout pensez aux priorités à droite», rappelait l’enseignante de sport, Suzy Godart, aux jeunes cyclistes à l’école primaire de Cessange, mercredi après-midi. À l’occasion de la Coupe scolaire nationale, 36 élèves âgés de 10 à 12 ans ont entamé un circuit en vélo de 3,5 km, dans le quartier de leur école.

Organisé par la Sécurité routière, le concours a pour but de promouvoir l’éducation routière aux jeunes pédaleurs. Environ 50 écoles fondamentales du pays participent à l’événement. Les meilleurs cyclistes de chaque établissement s’affronteront ensuite en finale, au mois de juillet.

«J’ai stressé un peu au début, mais une fois que j’étais lancée, je me suis amusée»

«J’étais très nerveux parce que c’est la première fois qu’on ne roule pas en groupe. Tout seul face aux voitures j’ai eu un peu peur», avouait le jeune Noël. Sa camarade Léa se sentait plus confiante. «J’ai stressé un peu au début, mais une fois que j’étais lancée, je me suis amusée». Au contraire d’Esteban qui, lui, avait manqué un virage. «J’avais oublié qu’il fallait tourner là», racontait-il à ses amis, l’air déçu.

Ils sont partis un par un depuis leur école, sont descendus en direction du centre omnisports et sont passés devant le parc de Cessange, pour ensuite remonter vers le départ.

Une quinzaine de personnes, instituteurs, parents d'élèves et membres du foyer scolaire, en plus de cinq agents de police, éparpillés sur le parcours ont suivi leur performance en notant chaque détail. «Une élève vient de tourner à droite sans l’annoncer, ça lui coûtera quelques points», remarquait une des surveillantes.

(Ana Martins/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.