Grogne dans l'enseignement

11 janvier 2012 07:21; Act: 11.01.2012 20:13 Print

Les enseignants prêts à descendre dans la rue

LUXEMBOURG - Après les profs de lycées lundi, ce fut au tour des enseignants de l'école fondamentale d'exprimer leur mécontentement mardi soir. La menace de la grève est brandie.

storybild

Plus de 1 100 enseignants du fondamental se sont prononcés en faveur d'un durcissement du ton face aux différentes réformes engagées dans l'enseignement et la fonction publique. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Difficile début d'année 2012 pour Mady Delvaux-Stehres, ministre de l'Éducation nationale. Alors que la ministre socialiste multiplie les réunions avec les élèves pour expliciter sa réforme scolaire, les enseignants, eux, multiplient les appels au changement. Dernier exemple en date, la réunion du Syndicat national des enseignants (SNE), mardi soir, qui a réuni pas moins de 1 100 enseignants de l'école fondamentale. Une réunion qui avait un principal mot d'ordre: abandonner les mesures appliquées depuis deux ans et demi.

«Ce que l'on veut, c'est à nouveau être au service des élèves et de leurs parents, souligne Patrick Remakel, président du SNE. Personne ne comprend rien aux bulletins d'évaluation. Il faut réfléchir à un autre système». Un discours soutenu par la base, qui a largement voté pour un durcissement du ton face au ministère. «On est prêts à aller au bout. Le mot grève ne nous fait pas peur, poursuit le président du SNE. Si on n'arrive pas à nos fins en passant par le dialogue, des manifestations, la conciliation ou une procédure de médiation, ce scénario n'est certainement pas à exclure».

Coordination des actions à venir

Une grogne des profs du fondamental qui ne concerne cependant pas uniquement la réforme scolaire, mais également les modifications à venir dans le cadre de la réforme de la fonction publique. Principal point de discorde des fonctionnaires de l'enseignant: le système d'évaluation des carrières. Un système qu'ils jugent désavantageux pour leur salaire. «Jusqu'à présent, le ministre Biltgen s'est montré intransigeant sur ce point. Nous, on lui répond qu'on n'est pas prêts à accepter l'état actuel des choses».

Des réunions avec d'autres syndicats de l'enseignement sont programmées pour les jours à venir afin de coordonner les actions à venir contre l'ensemble des réformes critiquées. Le SEW-OGBL et l'Apess avaient déjà lancé un appel à la grève, le 8 janvier dernier.

(Jmh/L'essentiel Online)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • La faute aux enseignants ? le 11.01.2012 08:40 Report dénoncer ce commentaire

    Vous connaissez un autre pays d’Europe où il y a une majorité d'étrangers dans les classes et où on enseigne deux langues qui ne sont pas utilisées à l'oral par la majorité des enseignants ?? Ils faudrait des supers instits et pendant très longtemps on a choisi les connaissances des élus locaux. Alors bien sûr les résultats ne sont pas à la hauteur du défi !!

  • koala le 11.01.2012 14:09 Report dénoncer ce commentaire

    "Personne ne comprend rien aux bulletins d'évaluation. Il faut réfléchir à un autre système..." vous avez demandé aux parents?? Si vous ne comprenez rien prenez un cours particulier auprès du MEN ou au Script, mais f.. nous la paix nous ne sommes pas ignorants. Après deux ans et demi on se réveille??? Un peu d'ouverture d'esprit SVP ... zut y'a pas de cours pour ça.

  • Fair-play le 11.01.2012 09:45 Report dénoncer ce commentaire

    C'est qu'au moins la moitié des enseignants ne répondent pas aux critères élémentaires de la pédagogie, de l'art d'éduquer. La plupart ne maîtrisent même pas la gestion disciplinaire d'un groupe d'enfants, ni surtout pas la gestion de l'égalité des chances. Si l'éducateur l'est 24h/24 au lieu des 45min de classe, on aurait de la peine à en trouver en nombre suffisant au Luxembourg.

Les derniers commentaires

  • Aris le 12.01.2012 22:11 Report dénoncer ce commentaire

    Les enseignants sont des artistes qui font des enseignes plus ou moins grandes. On retrouve les plus belles enseignes en Asie surtout, mais aussi aux USA. Au Luxembourg ce métier d'enseignant est relativement jeune et les enseignants descendent dans la rue pour faire la promotion de leur métier. Allons donc les observer, aussi pour avoir une idée de l'image de nos futures avenues et autoroutes

  • Robbes le 12.01.2012 18:49 Report dénoncer ce commentaire

    Evaluer les profs, oui mais qui évalue les personnes qui évaluent les profs? Probablement des personnes qui gagnent encore beaucoup plus et qui ne sont pas evaluées. Vont-ils nous écouter, nous les parents, les experts, qui savent au mieux évaluer l'enseignant de nos enfants? Vont-ils demander notre avis moyennant questionnaire. Oui, si tel est le cas je suis d'accord. Sinon, on risque l'injustice

  • Rénert le 12.01.2012 11:48 Report dénoncer ce commentaire

    Les enseignants descendent dans la rue? Oh quelle bonne nouvelle. C'est vrai que jusqu'à présent ils ont quitté l'école en montant au troisième étage et en sautant en parachute. Au moins ils pourront sortir en toute sécurité. Et les enfants? Vont-ils ausssi descendre dans la rue ou bien va-t-on continuer à les récupérer en hélico?

  • Manolito P. le 12.01.2012 11:06 Report dénoncer ce commentaire

    La réforme de Madame Delvaux ne vaut rien. Au lieu de rapporter des améliorations les élèves plus faibles retardent les autres. Madame Delvaux aurait dû prévoir de faire des classes avec les élèves plus forts afin de leur permettre d'évoluer plus au lieu de laisser tous mélangés. C'est ainsi qu'ils font en Finlande et il paraît que l'éducation en Finlande est la meilleure non?

  • la verdad le 12.01.2012 08:33 Report dénoncer ce commentaire

    je suis d'accord avec le commentaire ou qqn a dit de baisser les salaires des profs permetterai d'embaucher plus de profs et les élèves seraient mieux encadrés!!! Je pense qu'il ne faut pas chercher plus longtemps ceci est la solution et c'est mëme une superbe solution :-)