Diplomatie au Luxembourg

04 mars 2019 10:53; Act: 04.03.2019 11:24 Print

Les États-​​Unis ironisent sur la visite de Medvedev

LUXEMBOURG/MOSCOU – L'ambassade américaine semble peu apprécier la venue au Luxembourg du Premier ministre russe. Elle a même mis une sorte de pression.

storybild

Dmitri Medvedev est un très proche de Vladimir Poutine. (photo: AFP/Dmitry Astakhov)

Sur ce sujet
Une faute?

La visite du Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, au Luxembourg, ne passe pas inaperçue. La veille de l’arrivée du dirigeant, qui restera deux jours dans le pays, l’ambassade des États-Unis au Grand-Duché a publié un communiqué empreint d’une certaine ironie.

Le Luxembourg a souvent été en pointe pour «faire avancer le droit des pays et des peuples à rester ce qu’ils sont», indique la représentation américaine, en référence à la devise du pays «Mir wëlle bleiwe wat mir sinn». Mais le texte pointe que la visite officielle russe intervient précisément cinq ans après l’annexion par Moscou de la région de Crimée, qui se trouvait dans le giron ukrainien depuis 1954. Il rappelle que le Luxembourg s’est trouvé «par deux fois dans la position de la Crimée, occupé par un grand voisin qui lui demandait d’abandonner son identité et de faire partie d’un grand empire».

Un proche de Vladimir Poutine

L’ambassade met aussi un coup de pression sur Xavier Bettel, qui recevra Dmitri Medvedev: «Le monde va observer si les officiels luxembourgeois acceptent un autre avenir pour le peuple de Crimée ou s’ils préfèrent regarder ailleurs». La flatterie est aussi de mise: «Le Luxembourg est en bonne position pour appeler la Russie à quitter la Crimée. Qui d’autre, en Europe et même dans le monde, est mieux placé pour résoudre ce problème?».

Dmitri Medvedev effectuera une visite de deux jours au Luxembourg, où il rencontrera notamment Xavier Bettel et le Grand-Duc Henri. Le natif de Saint-Pétersbourg occupe le poste de Premier ministre de Russie depuis novembre 2005, un mandat seulement interrompu par ses quatre années en tant que président (2008-2012), lorsqu’il avait remplacé Vladimir Poutine, dont il est proche. La constitution russe empêche en effet d’effectuer plus de deux mandats consécutifs de président.

(jg/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Luther le 04.03.2019 11:29 Report dénoncer ce commentaire

    Le Luxembourg devrait peut-être ironiser sur les rencontres entre Donald et Kim ?

  • jang le 04.03.2019 11:25 Report dénoncer ce commentaire

    si on veut construire un mur comme frontiére on ne donne pas de leçons merci

  • Bully le 04.03.2019 11:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les Américains ne sont pas en position a donner des conseils aux autres nations.Qu'ils règlent d'abord les problèmes dans leur pays,ils auront assez à faire!

Les derniers commentaires

  • Bopa le 06.03.2019 10:13 Report dénoncer ce commentaire

    A côté de l'aspect moral (ou l'UE/US n'a pas de quoi être fier), il y a l'aspect économique. Suite aux sanctions infligées par l'UE/US, la Russie a décrété un embargo, essentiellement sur les produits agricoles, laitiers et carnés de l'UE. Pour certains fermiers (notamment français) l'effet est très dur voire le dernier clou dans le cerceuil de la rentabilité.

  • Philippe le 06.03.2019 09:18 Report dénoncer ce commentaire

    Qui a autorisé les Etats Unis de parler au nom du peuple de la Crimée ? Qqn qui connait son histoire sait que la Crimée a au moins 4 fois voulu tenir depuis 1992 (indépendance ukrainienne) un réferendum sur la question parce qu'ils sont en grande majorité russe et se sentent russe et veulent le rester.

  • Marcello le 06.03.2019 08:52 Report dénoncer ce commentaire

    Comment justifier l'embargo contre la Russie sous pretexte d'annexion de la Crimée alors qu'aucune mesure n'a été prise suite à l'invasion de l'Irak ? Il n'y aurait pas deux poids deux mesures selon le pays concerné ? De plus on peut constater que le chaos en Irak a causé la mort de plus d'un million de personnes tandis que l'annexion de la Crimé (ou réunification selon le point de vue) n'a fait aucune victime.

    • Philippe de Crimée le 06.03.2019 09:22 Report dénoncer ce commentaire

      Les habitants de la Crimée n'ont pas été demandé leur avis par les américains, mais ces derniers parlent en leur nom ! Sur 18000 soldats ukrainiens ayant été stationnés en Crimée, seulement 2000 sont retournés à l'armée ukrainienne. Des milliers de soldats et d'officiers ont intégré l'armée russe,!

  • Bopa le 05.03.2019 17:25 Report dénoncer ce commentaire

    @Pierre La Russie ne demandait quà se rapprocher de l'UE et à voir son niveau de vie progresser. Mais l'Europe n'arrive pas à comprendre que l'URSS a disparu. C'était appparemment trop rapide et facile pour être pleinement assimilé. L'Europe confond encore les deux d'où la haine et la propagande anti Russie. Merkel a voulu punir la Russie et maintenant on est coincé par les USA que ce blocage arrange bien.

  • Pierre le 05.03.2019 14:15 Report dénoncer ce commentaire

    Si l’on veut aider le peuple Russe on doit mettre sous pressions les dirigeants, qui ne veulent qu’exploiter les gens. Poutine a envahi l’Ukraine pour freiner le progrès en Ukraine comme il avait peur que le niveau de vie augmente, comme dans les pays Baltes. Ceci aurait été un mauvais exemple pour la majorité des Russes qui vivent toujours en misère.

    • Fabien Driet le 05.03.2019 16:58 Report dénoncer ce commentaire

      L'Ukraine faisait partie d'une association politico-économique, regroupant une partie des pays de l'ex-URSS, le CEI. C'est un tout petit peu comparable à l'UE! Lorsque l'Ukraine a décidé de faire un traité de coopération avec l'UE, Poutine a déclaré que bien sûr l'Ukraine a le droit de travailler avec qui elle veut, mais que dans ce cas elle perdait les avantages du CEI, ce que l'Ukraine ne veut pas accepter. On peut comparer cela avec le Brexit et la Russie ne pratique rien d'autre que ce que tout le monde demande à l'UE contre la GB. Le reste n'est qu'une suite de dominos.

    • Luther le 05.03.2019 18:03 Report dénoncer ce commentaire

      Personne, à part des extrémistes, ne parle d'invasion de la Crimée et encore moins de l'Ukraine. L'UE/US considère que le référendum ayant conduit à la réunification de la Crimée avec la Russie était contraire au droit international et parle alors d'annexion de la Crimée. Le drapeau Russe ne flotte pas à Kiev, il faut quand même garder un peu de sens commun.

    • Philippe de Crimée le 06.03.2019 09:30 Report dénoncer ce commentaire

      Il a eu avant 4 tentatives de referendum de la Crimée avortés par Kiev (depuis l'indépendance ukr en 1992). Le réferendum de la Crimée a été gagné d'avance. En ce qui concerne la réaction des UE/US c'est que de l'amertume face à l'échec de leurs ambitions impérialistes (installer une base militaire en Crimée par l'OTAN) qui s'exprime de façon stupide et contraire à toute logique de coopération. Par ailleurs, ils n'ont jamais demandé le peuple autonome de la Crimée de son avis (mais parlent en leur nom).