Au Luxembourg

16 novembre 2019 10:00; Act: 15.11.2019 19:18 Print

Les jeunes de plus en plus inquiets face au stress

LUXEMBOURG - Vendredi, 120 jeunes ont pu exposer, à plusieurs ministres et députés, différentes problématiques de leur quotidien. Pour que des solutions soient trouvées.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

La convention des jeunes est une démarche citoyenne toujours à part. Vendredi et pour la quinzième édition, à la Chambre des députés, 120 volontaires de 15 à 30 ans ont pu exposer plusieurs problématiques qui les touchent au quotidien. Des thèmes au préalable sélectionnés, puis abordés durant quatre heures d’ateliers pour les affiner au plus juste.

Le temps le plus fort étant ensuite le face à face, en plénière, avec plusieurs ministres. Claude Meisch, Sam Tanson, Corinne Cahen et Dan Kersch étaient là, respectivement pour l’Education, la Culture, la Famille et le Travail. Des députés ont pris note, aussi, car c’est bien là l’enjeu. «Faire en sorte que cette journée soit un point de départ, que les sujets se retrouvent en commission à la Chambre», glisse Nadine Schmit, chargée de mission qui pilotait là sa première d’Jugendkonferenz.

La santé mentale abordée pour la première fois

Parmi les sujets donc, l’apprentissage, l’emploi, l’égalité des genres. Et, pour la première fois, la santé mentale et le bien-être. «Le logement, l’emploi, les finances... tout cela génère un stress important chez les jeunes qui se demandent pourquoi et sont de plus en plus inquiets», poursuit Nadine Schmit. Le harcèlement scolaire ou en ligne a également été abordé. Pour mettre tout cela, on le répète, entre les mains des politiques. Et faire que cette fois ça avance, là où d’autres conférences des jeunes sont restées un coup d’épée dans l’eau.

«Tous les échanges vont être retranscrits par écrit, des dossiers ficelés seront faits», jure Mme Schmit qui veut y croire: «Il est important de promouvoir la jeunesse non organisée, ces jeunes de tous horizons et de tout le pays». D’autant plus important que l’investissement des 15-30 ans a été fort, puisque sans les refus imposés par la logistique, ils étaient bien plus que 120 à s’être inscrits au rendez-vous cette année.

(nc/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • nole le 16.11.2019 13:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout à fait d’accord!!! Demander à un enfant en pleine adolescence de savoir quel profession il veut exercer dans plus de 10 ans est totalement absurde.... Il existe presque autant de bac que de lettres dans l’alphabet au Luxembourg... D’abord on passe son bac puis on s’oriente...

  • luis le 16.11.2019 10:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et oui faut aider les jeunes dans tous les domaines surtout le logement travaille apprentissage, plus de facilités

  • Baba le 16.11.2019 18:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui le logement ça stress car ils sont inexistants et très chers. Tous les étudiants ne sont pas nantis et ne vivent pas chez des parents blindés. Travail et études c'est une vrai galère et ça épuise.

Les derniers commentaires

  • Tim le 18.11.2019 16:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo aux jeunes

  • Sandro le 17.11.2019 12:19 Report dénoncer ce commentaire

    Stress ? Mais du "self-made" stress. La digitalisation 24h/24h fait que le cerveau, non encore développé, de ces jeunes est surchargé à longueur de journée. La déconnexion ne s'appelle pas pour rien ainsi ! Mettez de côté le GSM, vivez, promenez-vous, faites du sport, du vélo, etc ........... mais bon, c'est physiquement moins fatiguant de "cliquer". Vous savez bien que le cerveau évolue "anormalement" en cas d'utilisation excessive du portable ?

  • luxo le 16.11.2019 23:06 Report dénoncer ce commentaire

    Au lieu de stresser pour le logement , l'emploi ou leurs finances ils feraient mieux de se stresser pour le climat et pour la disparition de la bonne bouffe. De s'inquiéter que le GDL soit contraint d'importer 98 % de ses fruits et légumes. Et d'exiger de pouvoir se rendre au lycée à vélo sans risquer leurs vie.

    • Le bord de l'assiette le 17.11.2019 08:05 Report dénoncer ce commentaire

      C'est vraiment étonnant de voir à quel point les thèmes cités se rapportent essentiellement au nîveau local et au quotidien de ces jeunes. De mon temps, on s'inquiétait déjà pour l'environnement et les inégalités dans le monde. Vu d'ailleurs le Lexembourg paraît toujours comme un coin bien douillet.

    • Mike le 17.11.2019 11:40 Report dénoncer ce commentaire

      Petite Info complémentaire: Cette convention traitait 5 thèmes dans 5 ateliers: Santé mentale, Emploi, Education, Environnement et Egalité des genres.

  • clochette le 16.11.2019 19:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je les comprends . Vont ils trouver un travail décent ?

    • Luxo le 17.11.2019 09:15 Report dénoncer ce commentaire

      Au luxembourg, Tous les travaux sont décents, mais pas les salaires ....

  • Baba le 16.11.2019 18:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui le logement ça stress car ils sont inexistants et très chers. Tous les étudiants ne sont pas nantis et ne vivent pas chez des parents blindés. Travail et études c'est une vrai galère et ça épuise.