Étude au Luxembourg

20 juillet 2020 07:00; Act: 20.07.2020 09:17 Print

Les jeunes et les femmes punis par le confinement

LUXEMBOURG - Même si la majorité des résidents n'ont pas vu leurs revenus diminuer à la suite du confinement, les jeunes et les femmes ont été particulièrement touchés économiquement.

storybild

Les jeunes femmes de 18 à 24 ans ont subi de plein fouet la crise économique liée au confinement.

Sur ce sujet
Une faute?

Alors que le nombre de personnes contaminées au Covid-19 repart clairement à la hausse au Luxembourg, depuis le début du mois de juillet, une étude du Statec fait le point sur l'impact financier du confinement survenu brusquement à la mi-mars. Globalement, et c'est relativement positif pour le moment, la baisse des revenus a visiblement été «contenue» pour les résidents, même si une crise sociale qualifiée de majeure pointe d'ores et déjà le bout de son nez.

Point rassurant, le Statec va même jusqu'à indiquer que «82% des résidents n'ont pas connu de dégradation de leur revenu». Toujours du bon côté de la médaille, ce chiffre diminue légèrement à 77% pour les actifs, mais au revers de cette même médaille, on trouve une trace «non négligeable» de perte de revenu parmi deux types de population en particulier: les chômeurs et les étudiants. Concernant les secteurs d'activités les plus touchés, l'Horeca (56%) devance le commerce (43%), l'industrie (42%) et la construction (39%). Autant de secteurs qui ont été frappés de plein fouet par le drastique confinement.

Dans la lignée des conclusions énoncées ci-dessus, deux catégories d'âges ont particulièrement ressenti les conséquences économiques de la pandémie. De nombreux jeunes de 18 à 24 ont tout simplement perdu leur emploi, alors que les 45-54 ans ont perdu de l'argent en raison de baisse de salaire ou de profit. Mauvaise nouvelle pour les femmes, et ce toutes catégories d'âges confondues, elles ont été plus nombreuses que les hommes à subir une baisse de revenus. Au niveau de sa méthodologie, le Statec a également rappelé que cette étude a été effectuée sur un échantillon de 2 031 personnes et qu'elle ne concernait en rien les travailleurs frontaliers.

(fl/L'essentiel )

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • clopinette le 20.07.2020 08:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les femmes ouvrières dans les soins sont les plus touchées aussi : dans certaine asbl l abus de pouvoir les infirmières et aide soignante se déchargent énormément sur les asf car Elles sont leur supérieur hiérarchiques . Vous pouvez imaginez pour une asf avoir une 20 ene de petits cheffes qui profitent de la situation ! Il devrait y avoir que un chef de service et bien définir les tâches de chacun pour protéger les femmes ouvrières des abus mobbing burn-out «  je suis ta cheffe hiérarchique tu dois obéir ! »

  • DamnBro le 20.07.2020 09:45 Report dénoncer ce commentaire

    Dans votre titre de l'article, on comprend que uniquement les jeunes et les femmes sont punis par le confinement

  • manu le 20.07.2020 08:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis independente j’ai perdu assez d ’argent sur mon salaire j’ai demandé l’aide à l’état pour les indépendants de 2,500€ ça été refusé,je trouve injuste. Mon salaire du mois aAvril /Mai même pas assez pour payer mon loyer et ma cns...

Les derniers commentaires

  • des journalistes du plus haut niveau le 21.07.2020 15:27 Report dénoncer ce commentaire

    Donc selon le titre une femme ne puisse pas être jeune.

  • bob 51 le 20.07.2020 14:57 Report dénoncer ce commentaire

    il faudrait peut-être un nouvelle index pour soutenir le pouvoir d'achat et d'avoir un équilibre!

  • Jean-émart le 20.07.2020 12:17 Report dénoncer ce commentaire

    Encore un article sur les pauvres femmes, quel pourcentage de femmes sdf, quel pourcentage d'accidents du travail mortel parmi les femmes, combien d'hommes peuvent se permettre d'avoir une maison et de travailler moins de 40 heures/semaines? Des réponses qn?

  • resident le 20.07.2020 12:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout ça pour 111 morts avec une moyenne d’âge de 85 ans Le coronavirus tue très peu

  • Indépendante le 20.07.2020 10:58 Report dénoncer ce commentaire

    On ne peut pas confiner indéfiniment. L'Etat ne peut pas payer indéfiniment les chômages partiels...Femme et statut d'indépendante, depuis le début on doit s'en sortir pour survivre et aussi dans les prochains mois.. sans trop compter sur l'aide de l'état. On ne rentre pas dans la même catégorie que les salariés.. Certains salariés en chômage partiel ont bien fait la fête dans mon quartier se croyant en "vacances".. mais si la crise continue les salariés vont connaître le chômage tout court. Car il n'y aura plus de chômage partiel possible à long terme. Respectez les gestes barrières svp !