Au Luxembourg

12 octobre 2018 12:34; Act: 12.10.2018 14:30 Print

Les jeux de société plaisent aussi aux grands

TÉTANGE - Des fondus de jeux tels que Jean-Claude Pellin, 34 ans, partageront leur passion au Game On, à la Schungfabrik, samedi.

storybild

Quand il ne joue pas, Jean-Claude (2e à droite) crée des jeux de société. Il en a une quinzaine à son actif. (photo: L'essentiel)

Sur ce sujet

«Je suis passionné de jeux de société depuis mon enfance. Je n’ai jamais arrêté car lors de mes études d’éducateur gradué, j’ai découvert des ludothèques et des magasins spécialisés», relate Jean-Claude Pellin, 34 ans, vice-président de la Spillfabrik. Il témoigne d’un fort regain d’intérêt des adultes pour les jeux de société.

Samedi, pour les fondus de jeux de société, de jeux vidéo et pour les curieux qui veulent s’initier, la Spillfabrik, le Social Gaming et videogames.lu organisent la seconde édition de Game On à la Schungfabrik.

«Vous faites quelque chose ensemble»

«Nous ciblons les adultes et les enfants à partir de 8 ans. Les visiteurs découvriront des jeux primés, les classiques… Les bénévoles leur expliqueront les règles aux tables et sur les consoles. Il y aura des ateliers de peinture de figurines, des cartes à collectionner», détaille Jean-Claude Pellin.

Des auteurs luxembourgeois, comme lui, présenteront leurs propres jeux. Lui en a déjà une quinzaine édités à son actif. «La différence entre les jeux de société et d’autres formes de divertissement comme le ciné ou la lecture, c’est que vous faites quelque chose ensemble. C’est réussir à créer cette interaction qui me passionne en tant qu’auteur. En tant que joueur, j’aime me plonger dans les multiples univers proposés par les jeux», souligne-t-il.

Game On. Samedi, de 10h à 21h, à la Schungfabrik, à Tétange.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.