Santé au Luxembourg

03 mai 2018 16:34; Act: 03.05.2018 17:45 Print

Les laboratoires refusent-​​ils des ordonnances?

LUXEMBOURG - De nouvelles règles ont été fixées depuis le 1er avril dernier pour la prise en charge des analyses médicales par la Caisse Nationale de Santé.

storybild

Il n'y a aucune obligation pour les laboratoires de refuser en bloc l'ordonnance médicale, assure Romain Schneider, ministre de la Sécurité Sociale. (photo: Editpress/Upload)

Une faute?

Depuis le 1er avril 2018, de nouvelles règles sont entrées en vigueur pour la prise en charge des analyses médicales par la Caisse Nationale de Santé (CNS). Objectif: limiter les redondances observées dans le passé, comme celles dues à des analyses dont le résultat est similaire pour le diagnostic (exemple: lipase, amylase) et celles dues à des communications déficientes (exemple: les patients qui se présentent une première fois chez un médecin sans lui indiquer les analyses déjà exécutées précédemment).

Cependant, la députée Martine Mergen s'inquiète de cette nouvelle nomenclature dans une question parlementaire. Selon elle, ces restrictions risquent de prolonger les délais diagnostiques pour les patients qui devraient le cas échéant repasser chez leur médecin afin d'adapter les demandes d'analyse aux limitations imposées par la CNS. En clair, si un médecin prescrit des analyses qui dépassent les règles de la nouvelle nomenclature en ce qui concerne le maximum d'analyses, l'ordonnance pourrait être refusée en bloc par le laboratoire.

Crainte infondée

Mais pour Romain Schneider, cette crainte s'avère infondée. Le ministre de la Sécurité Sociale explique ainsi que l'acte ne respectant pas les règles prévues par la nomenclature peut évidemment être presté, mais sans être opposable à l'assurance maladie-maternité. «Toutefois, si cette même ordonnance médicale comprend encore un ou plusieurs actes conformes, ceux-ci sont opposables à l'assurance maladie-maternité. Uniquement les actes non opposables à la CNS devraient être payés par la personne protégée», précise-t-il.

Par conséquent, il n'y a aucune obligation pour les laboratoires de refuser en bloc l'ordonnance médicale, conclut Romain Schneider. La personne protégée est informée et a le droit de décider de revoir son médecin pour obtenir une ordonnance conforme, de prendre lui-même en charge le coût des analyses non remboursées par la CNS, ou de ne pas réaliser les analyses non prises en charge, les autres analyses prescrites étant alors réalisées.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • malade chronique le 03.05.2018 18:30 Report dénoncer ce commentaire

    les malades chroniques sont encore pénalisés, payer personnellement des analyses absolument nécessaires! et répétées pour le dosage correcte de médicaments... n'est donc plus important pour la cns et la ministre de la santé. puisqu'il s'agit "que" de malades très graves bientôt morts, surtout avec des maladies rares toujours discriminées pour les remboursements refusés avec le commentaire cns "maladie pas sur la liste". les pauvres grands malades peuvent payer en plus de frais médicaux énormes les analyses avec leur mini pension d'invalidité. une honte!

  • Nomi le 03.05.2018 19:11 Report dénoncer ce commentaire

    Une analyse peut etre douteuse et le médecin en prescrit une autre pour confirmer ou non !

  • histoire de le 03.05.2018 20:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans un pays où la caisse de santé est en excédent, je ne comprends pas comment peut on faire des économies sur la santé ! La population s'appauvrit...

Les derniers commentaires

  • assistante labo le 04.05.2018 11:43 Report dénoncer ce commentaire

    très drôle, les analyses sont souvent urgentes, le patient ne peut pas attendre 6 mois pour un autre rv chez le dr, pour une autre ordonnance conforme aux payements de la cns et labos, il DOIT donc payer lui-même son analyse, ou il sera déjà mort et enterré selon pathologie

  • le cardiaque le 04.05.2018 11:28 Report dénoncer ce commentaire

    c'est minable, une ministre de la "santé" qui n'y connait strictement rien, elle n'a aucune formation médicale! , ni la majorité de son personnel au ministère, mais elle empêche les docteurs et labos de faire un travail sérieux au service des malades et empêche ainsi leur guérison rapide . malades en plus pénalisés avec des factures de labo payées avant 100%! en plus de factures salées pas ou mal remboursées: dentiste, cardiologue..., kiné, osthéopathe, pharmacie,orthopédie chaise roulante... avec médcaments remboursés juste 40% ou pas du tout...

  • bea16 le 04.05.2018 10:12 Report dénoncer ce commentaire

    La nouvelle nomenture fait que certaines analyses, nécessaires et prescrites par un médecin, ne sont plus remboursés. De plus, les infirmières du laboratoire passent maintenant 5 min à rechercher dans différentes notes les informations pour bien informer le patient de ce qu'il devra donc payer. Et cette réforme est passée totalement inaperçue.

  • l'invalide à vie le 04.05.2018 09:53 Report dénoncer ce commentaire

    les malades souffrant de maladies chroniques rares et systémiques ( qui affecte tous les organes du corps) doivent se battre jour et nuit toute une vie avec leur maladie, avec une équipe médicale dévouée depuis des décennies, dont drs, drs-spécialistes ici et professeurs dr dr d'hôpital universitaire à l'étranger. s'ils demandent des analyses poussées, c'est qu'ils en ont besoin pour traiter convenablement leur patients de cas compliqués. ce n'est pas à la cns ou au labo de supprimer ces ordonnances de très grands spécialistes internationaux au détriment des malades, des vrais!

  • bibifok le 04.05.2018 08:37 Report dénoncer ce commentaire

    Franchement, le Ministre pourrait pas supprimer les cures thermales remboursées en partie, ou alors d'autres remboursement non vitaux? Je trouve cela injuste pour toutes les personnes qui témoignent ici, les personnes malades donneraient tout pour ne plus l'être, je parle surtout des malades chroniques, société pourrie qui le devient de plus en plus....