Santé au Luxembourg

30 novembre 2016 16:35; Act: 30.11.2016 18:49 Print

Les maladies infectieuses mieux surveillées

LUXEMBOURG - De la surveillance des patients à la collecte de données, le gouvernement luxembourgeois veut renforcer l'encadrement des maladies transmissibles.

storybild

L'État veut améliorer le système de surveillance des patients et la qualité des données communiquées par les médecins, médecins-dentistes et l'ensemble des acteurs de santé concernés. (photo: Editpress/Jean-Claude Ernst)

op Däitsch
Sur ce sujet

Le gouvernement luxembourgeois a donné son accord, mercredi, au projet de loi destiné à organiser un système de prévention, de surveillance et de contrôle des maladies infectieuses et transmissibles. Une organisation qui modifie et renforce l'existant face à «l'identification de nouveaux agents infectieux ou encore l'augmentation de la résistance aux antibiotiques».

L'État veut ainsi améliorer le système de surveillance des patients et la qualité des données communiquées par les médecins, médecins-dentistes et l'ensemble des acteurs de santé concernés. Ceci afin d'évaluer au mieux «la situation épidémiologique» au Luxembourg. Un futur «système centralisé» regroupera les données et des «laboratoires de référence» seront désignés pour assurer le suivi de différents groupes pathologiques.

«Les maladies infectieuses ont été remises au premier rang des problématiques de santé publique ayant des conséquences économiques évidentes», rappelle le gouvernement, qui est aussi dans l'obligation de coopérer avec l'agence européenne European Centre for Disease Prevention and Contrai (ECDC).

(NC/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • antibio résitant le 30.11.2016 19:12 Report dénoncer ce commentaire

    C'est bien de compter les maladies infectieuses! Mais que fait-on pour contrôler nos aliments ? En mangeant de la viande (non bio), nous nous gavons d'antibiotiques. Cela fait 30 ans que l'on n'a pas touvé un nouvel antibiotique. Comment va-t-on faire pour soigner toutes les infections? Les agriculteurs sont les plus gros consommateurs d'antibiotiques qui sont utilisés pour engraisser plus rapidement les animaux de bouche. La solution n'est pas de comptabiliser le morts, mains d'interdir la vente de viande gavée aux antibio. Il faut donc interdir les nombreux élevages intensifs au GDL.

  • Berger le 30.11.2016 19:23 Report dénoncer ce commentaire

    Ce que nos politiques et nos médecins ne veulent pas comprendre. C'est que si on laisse pâturer dans la montagne, 600 moutons, ils ne tombent jamais malades. Par contre lorsque l'on regroupe 6000 poules ou poulets dans le même poulalier (hangar), 200 bovins ou 300 cochons sous le même toit , tous les animaux sont constaments malades et les engraisseurs sont obligés de les gaver d'antibio. et comme les antibiotiques accélèrent la prise de poids, ils ne sont pas prêts de changer de pratique. En résumé, votre boucher est devenu votre pharmacien.

Les derniers commentaires

  • Berger le 30.11.2016 19:23 Report dénoncer ce commentaire

    Ce que nos politiques et nos médecins ne veulent pas comprendre. C'est que si on laisse pâturer dans la montagne, 600 moutons, ils ne tombent jamais malades. Par contre lorsque l'on regroupe 6000 poules ou poulets dans le même poulalier (hangar), 200 bovins ou 300 cochons sous le même toit , tous les animaux sont constaments malades et les engraisseurs sont obligés de les gaver d'antibio. et comme les antibiotiques accélèrent la prise de poids, ils ne sont pas prêts de changer de pratique. En résumé, votre boucher est devenu votre pharmacien.

    • Vrai le 30.11.2016 20:47 Report dénoncer ce commentaire

      Pas tort, mais les politiciens et les médecins le savent sauf qu'ils ne souhaitent pas le dire.

  • antibio résitant le 30.11.2016 19:12 Report dénoncer ce commentaire

    C'est bien de compter les maladies infectieuses! Mais que fait-on pour contrôler nos aliments ? En mangeant de la viande (non bio), nous nous gavons d'antibiotiques. Cela fait 30 ans que l'on n'a pas touvé un nouvel antibiotique. Comment va-t-on faire pour soigner toutes les infections? Les agriculteurs sont les plus gros consommateurs d'antibiotiques qui sont utilisés pour engraisser plus rapidement les animaux de bouche. La solution n'est pas de comptabiliser le morts, mains d'interdir la vente de viande gavée aux antibio. Il faut donc interdir les nombreux élevages intensifs au GDL.

    • Vrai le 30.11.2016 20:48 Report dénoncer ce commentaire

      C'est trop tard, tout est plein d'antibiotiques même le BIO y passe.