Piraterie internationale

30 mars 2021 12:09; Act: 30.03.2021 12:50 Print

Les navires luxembourgeois attaqués dix fois

LUXEMBOURG - Le ministre de l'Économie a fait le point sur la sécurisation des navires battant pavillon luxembourgeois.

storybild

Les forces nigériannes sont un peu dépassées par l'ampleur et la violence des attaques. (photo: AFP/Pius Utomi Ekpei)

Sur ce sujet
Une faute?

Le 14 mars dernier, des pirates ont attaqué le Bourbon Evolution 802 qui battait pavillon luxembourgeois. L'occasion pour la députée socialiste Lydia Mutsch d'interpeller le ministre de l'Économie sur la question de la sécurisation de ces bateaux. Franz Fayot a rappelé que depuis la création du pavillon maritime luxembourgeois il y a 30 ans, seuls dix navires ont été attaqués. La première attaque a été enregistrée en 2010, la dernière - avant celle du 14 mars - remontait à 2018.

Le ministre a indiqué que la majeure partie de ses attaques (6) «ont eu lieu dans le Golfe de Guinée par des pirates très probablement d'origine nigériane». Trois autres se sont déroulées dans la région de Malacca, entre l'Indonésie et la Malaisie, et un vol à main armée s'est produit dans le port de Freetown, en Sierra Leone.

La Guinée, la zone la plus dangereuse

Région richement pétrolifère où sont présentes toutes les grandes sociétés pétrolières mondiales, «le Golfe de Guinée constitue la zone la plus dangereuse au monde en matière de piraterie» (82 des 195 attaques mondiales en 2020). «Deux de nos armateurs sont présents en permanence avec des navires sous pavillon luxembourgeois», a indiqué le ministre, qui regrette les mesures «insuffisantes» de sûreté et de défense contre la piraterie mises en place par le Nigeria.

Alors que l'Organisation maritime mondiale exclut la possibilité pour les marins de détenir des armes, le Nigeria refuse d'autoriser la protection des navires par des gardes armés privés embarqués dans les eaux de Zone économique exclusive (ZEE), dénonce le ministre. C'est pourtant «cette mesure qui, conjointement avec des opérations d'unités militaires internationales, a mis fin à la piraterie dans la région de la Corne de l'Afrique et du Golfe d'Aden (Somalie) où il n'y a pas eu la moindre attaque en 2020.

Un grand exercice international

Un exercice naval de grande envergure, mené par les marines nigériane, américaine, britannique, italienne et française, s'est déroulé la semaine dernière, dans le golfe de Guinée.

L'exercice Obaganme Express, d'une durée prévue de cinq jours, visait à améliorer la lutte conjointe «contre la piraterie et les autres activités illégales maritimes dans le Golfe de Guinée». Six navires, deux remorqueurs, deux hélicoptères et un avion de patrouille maritime de l'armée nigériane ont été déployés aux côtés de navires de guerre des marines américaine, britannique, française et italienne.

Ces dernières années, les pirates se sont professionnalisés et ont étendu leur présence dans le golfe de Guinée, attaquant désormais des navires en haute mer. Le plus grand transporteur maritime au monde, Maersk, a appelé début mars au déploiement rapide d'une importante intervention maritime internationale pour lutter contre la piraterie dans le golfe de Guinée.

(mc/L'essentiel/AFP)