Détournement au Luxembourg

13 juin 2019 07:00; Act: 13.06.2019 09:38 Print

Les contrôles continuent à la CNS après la fraude

LUXEMBOURG - L'audit de PwC n'avait pas pointé d'autres irrégularités, suite au détournement de 2 millions d'euros, mais l'analyse des procédures se poursuit.

storybild

L'IGSS s'intéresse aux procédures et vise à les améliorer à terme. (photo: Editpress/François Aussems)

Sur ce sujet
Une faute?

«Les opérations de contrôle se poursuivent. Nous ne voulons rien laisser au hasard», assure à L'essentiel Romain Schneider, ministre de la Sécurité sociale. Les résultats du premier audit mené par PricewaterhouseCoopers (PwC), à la suite de l'annonce du détournement de deux millions d'euros par deux fonctionnaires de la Caisse nationale de santé (CNS), ont été rassurants.

«3 000 heures de travail ont été consacrées à l'analyse de 100 millions de documents écrits. Et aucune irrégularité n'a été constatée. Il ne s'agissait que de deux cas isolés», rappelle le ministre, qui ne tient pas à ce que l'on jette l'opprobre sur les fonctionnaires de la CNS. «Ce sont d'excellents employés, techniques, à la moralité et conscience professionnelle irréprochables».

Le parquet reste discret

Un second contrôle effectué par l'Inspection générale de la sécurité sociale (IGSS) est toujours en cours. «Il concerne les procédures. Il s'agit de voir ce qui n'a pas fonctionné et comment les améliorer pour l'avenir pour que de tels actes ne se reproduisent plus».

Quant au volet pénal, le parquet reste discret sur cette affaire. Le ministre confirme en revanche que les deux employées qui ont été suspendues perçoivent leur salaire. «Dans l'immédiat, la présomption d'innocence est la règle. Une fois les enquêtes achevées et le jugement prononcé, il faudra se pencher sur le remboursement des sommes détournées et des salaires perçus si leur responsabilité est clairement établie», dit Romain Schneider.

(Gaël Padiou/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • lePetitBelge le 13.06.2019 08:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Très bonne initiative d'informer le public sur le suivi de ce dossier.

  • yadelargentareprendre le 13.06.2019 14:35 Report dénoncer ce commentaire

    les fautifs en prison ou au moins on confisque tous leurs biens

  • Grand Maître le 13.06.2019 11:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    voilà c'est transparent.

Les derniers commentaires

  • mouais mouais le 13.06.2019 16:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la cns fait du business...pas de l'assurance sociale.

  • @sabine le 13.06.2019 15:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Est ce que vous avez des exemples , ou des preuves pour vos accusations !?

  • yadelargentareprendre le 13.06.2019 14:35 Report dénoncer ce commentaire

    les fautifs en prison ou au moins on confisque tous leurs biens

  • Sabine le 13.06.2019 11:38 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut en finir avec le népotisme et les trafics d'influence. Il ne devrait pas y avoir autant de conflits d'interêts chez les gens de la CNS. La CNS devrait être totalement indépendante vis à vis des industriels de la santé et c'est loin d'être le cas.

  • Grand Maître le 13.06.2019 11:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    voilà c'est transparent.