Pâques au Luxembourg

14 avril 2017 07:00; Act: 14.04.2017 10:58 Print

Les petits oiseaux siffleurs seront de sortie

NOSPELT/LUXEMBOURG - Comme chaque année, l’Emaischen sera le point fort du week-end de Pâques à Nospelt et dans la capitale.

storybild

Les petits «Peckvillercher» sont sortis du four ces derniers jours. Ils n'attendent plus que vous. (photo: L'essentiel/Frédéric Lambert)

op Däitsch
Sur ce sujet

Cette année encore, les petits oiseaux en terre cuite vont gazouiller dans les rues de Nospelt et de la vieille ville de Luxembourg, à l’occasion du lundi de Pâques. Une tradition qui remonte à loin. «Nospelt est un village de potiers. À l’origine, ils allaient en ville pour l’Emaischen puis ont décidé de l’organiser chez eux», dit Raoul Schmit, un des organisateurs.

Quant au petit oiseau dans lequel souffler pour faire de la musique, c’est un ancêtre du recyclage. «Les potiers les ont créés, à l’origine, avec les chutes de terre. Plutôt que de les jeter, ils ont voulu en faire un objet pour amuser les enfants». Lundi, à Nospelt, une quinzaine de stands proposeront les fameux Péckvillercher pour des prix allant environ de 10 à 25 euros.

Pour les faire, certains se servent encore de la terre de Nospelt et utilisent deux méthodes. «Il y a la façon traditionnelle, avec de la terre cuite au four. Et il y a la méthode un peu spéciale, où on met les oiseaux encore très chauds dans des copeaux de bois. Cela donne un craquelage particulier», explique Raoul Schmit. Pour en savoir plus, des démonstrations de potiers jalonneront la journée de lundi à Nospelt. Les festivités commencent samedi soir, avec un bal animé par les Providers, pour continuer dimanche avec une soirée rétrospective, «Emaischen goes millenium».

  • Emaischen. Lundi, de 10h à 20h à Nospelt et de 8h à 18h à Luxembourg-Ville.

Eugène dit "Usch" Biver nous retrace la longue histoire des "Peckvillercher".

(Jérôme Wiss/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.