Coronavirus au Luxembourg

29 septembre 2020 10:00; Act: 29.09.2020 10:25 Print

Les professions médicales ne sont pas plébiscitées

LUXEMBOURG - Le coronavirus n'a pas vraiment généré de boom des formations en ce qui concerne les professions de santé. Mais cela pourrait venir.

storybild

Les demandes pour devenir aide-soignant ont chuté de 400 à un peu plus de 150 ces dernières années.

Sur ce sujet
Une faute?

En première ligne dans la crise du Covid-19, les professions de santé ont prouvé combien elles étaient essentielles. De quoi susciter un boom dans les formations? Pas encore répond Maly Goedert, directrice du Lycée technique pour professions de santé (LTPS) qui réunit près de 1 200 élèves sur trois sites (Bascharage, Ettelbruck et Luxembourg). «Nous avons une centaine d'inscrits de plus que l'an passé mais rien de notable. Après la crise financière de 2008, nous avions noté en 2012/2013 un élan vers ces professions qui garantissent un job et un salaire intéressant», précise-t-elle. Comme un effet à retardement des vocations nées chez les plus jeunes.

Le LTPS dispense des formations en français, luxembourgeois, allemand dès le secondaire (aide soignant, assistant en pharmacie) et propose des BTS (sage-femme, infirmier…) puis des spécialisations. Surtout à de jeunes adultes. Les élèves plus âgés se réorientant après une autre carrière restent rares. Difficile de revenir à l'école pour trois ou quatre ans, sans paie. «L'offre de formation en cours d'emploi reste assez limitée. Mais nous y travaillons», précise Maly Goedert.

En attendant, elle constate que les demandes pour devenir aide-soignant ont chuté de 400 à un peu plus de 150, ces dernières années. «C'est en raison des clichés sur la profession qui en négligent les responsabilités». Or, il y a des besoins. «Aide-soignants et infirmiers formés ici trouvent presque tous un emploi». Et des salaires attractifs: à partir respectivement de 3 200 et 4 580 euros bruts (hors nuits et dimanches) en début de carrière.

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Simon le 29.09.2020 10:09 Report dénoncer ce commentaire

    A qui la faute, quand tout est fait ici depuis plus de 30 ans pour motiver tous nos jeunes locaux à devenir fonctionnaires ?

  • Dark le 30.09.2020 09:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La plupart ne sont ici que pour faire de l'argent voir le montant des consultations et les mauvaises prises en charges des patients.

  • Alexandre le 30.09.2020 09:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah bon et où ?

Les derniers commentaires

  • Lisa le 30.09.2020 09:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vous travaillez au CHL ? l'hôpital où il ne faut surtout pas être hospitalisé pour un A VC sinon sinon c'est la roulette russe vu le temps de prise en charges et l'équipe soignante où c'est exactement ça.

  • Lisa le 30.09.2020 09:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et on ne vous parle pas des aides soignants et auxiliaires de vie qui font souvent le même boulot sans aucune considération pour des salaires minables parcequ'en CDD ou temps partiels comme c'est la mode actuellement.

  • Dark le 30.09.2020 09:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La plupart ne sont ici que pour faire de l'argent voir le montant des consultations et les mauvaises prises en charges des patients.

  • Alexandre le 30.09.2020 09:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah bon et où ?

  • Alexandre le 30.09.2020 09:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et comment évoluer dans ces carrières ? Un auxiliaire de vie qui désire faire valider ses acquis de l'expérience en tant qu'éducateur doit se tapper un programme impossible en plus de son travail journalier pour éventuellement être accepté alors que bien souvent il assume déjà les mêmes fonctions et bien souvent est mal considéré. Et c'est quoi tous ces ces temps partiels et CDD ? Elle est où l'attractivité ? un 30 heures ne permet pas de vivre et en CDD comme c'est la mode aucune garantie. Il faut vraiment mettre tout ça à plat et reformer.